Poudlard

Fêtes de Noël obligent, je me suis retrouvé ce matin à monter le Chteau de Poudlard (la version Lego). J’ai donc eu du temps pour méditer (à peu près 2h).

A propos de Harry Potter, j’ai toujours admiré le travail du traducteur (Jean-François Ménard) de la série de romans. Trouver choixpeau pour sorting hat ou détraqueurs pour dementors dénote un don pour l’équilibrisme entre le fait de coller au texte de l’auteur, et la capacité à introduire des nuances créatives ou poétiques. Et dieu sait si les mondes de J. K. Rowling nécessitent des acrobaties  de langage. J’avais d’ailleurs, en son temps, médité sur les diffiicultés du rôle de traducteur : ni auteur ni machine à traduire mot-à-mot, il essaie le plus souvent de s’en sortir, non pas au mieux, mais au moins mal.
Mais il y a un mot qui me chagrine dans toute cette oeuvre : Poudlard, l’école des sorciers d’Harry Potter, traduit de Hogwarts school. Jean-Pierre Ménard s’en explique fort bien (je résume) : hog = porc ; wart = verrue. Comme on imagine mal de nommer une école “verrue de porc”, il a choisi un glissement de sens : pou de lard, soit Poudlard. (Ce qui, à mon sens, ne vaut pas tellement mieux en terme de marketing de l’école).

Reprenons et travaillons ensemble. Hog warts = verrues de porc. Mais warthog = phacochère. Il y a dans ce nom d’Hogwarts un côté moyenngeux, inquiétant, mais en même temps, c’est une école, voire une maison pour certains collégiens qui fuient leur propre foyer. Hogwarts sonne comme un nom ancien, mais qui doit aussi avoir une consonance familière. Or Poudlard, c’est comme Chougnard, la terminaison en “ard” sonne de manière plutôt péjorative ou ridicule (mastar, costard, cornard, btard) et le “dlard” encore plus. Pour reprendre phacochère, “Chaire Phaco” (ou toute autre orthographe) aurait pu déjà avoir un sens en même temps solennel et mystérieux, comme Hogwarts. (Une remarque intéressante : Hogwarts n’a été traduit dans quasiment aucune autre langue : les italiens, espagnols, et autres européens parlent de Hogwarts).

Mais sur cette page fort instructive, on apprend que J. K. Rowling s’est en fait inspirée du nom d’une fleur. L’article de wikipedia sur Hogwarts nous donne le vrai nom de cette fleur (Hogwort) ce qui nous conduit à son nom en français : Croton Capitatus. Nous ne sommes pas plus avancés avec ce nom. On pourrait envisager une référence à Milon de Crotone, mais ça nous amène un peu loin d’une école de sorcellerie en Écosse.

Je propose une alternative. Sachant que cette fleur est une variété de Lys, on peut reprendre le Lys bien connu de James Barrie et Walt Disney : Tiger Lily (souvent improprement traduit par Lily la Tigresse), soit Lys Tigré dans les versions françaises.

Je propose ainsi le Chteau de Tigrelys (ou Tygrelis). On y retrouve une mention à un animal féroce (tigre contre phacochère), ainsi qu’un ton moyengeux (le lys renvoie à la fleur de lys des étendards). Et franchement, ça en jette mieux pour une école que Poux de Lard…

Évidemment, il est bien trop tard pour changer le nom de ce chteau.
Mais ce thibillet nécessitait d’être écrit.

Ce contenu a été publié dans Réflexions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.