ça me réconforte quand…

ça me réconforte quand je tombe sur des allumés sympathiques sur le web. Que le Web soit une gigantesque usine à tout, c’est intéressant. Mais le fun, c’est de se dire : ce que je cherche doit forcément exister quelque part sur la Toile.
Exemple du midi :

  • Je bois du thé. Il faut 5 mn pour faire infuser le thé. Je pourrais avoir une minuterie (voire, horreur, faire infuser mon thé au jugé), mais ce n’est pas facilement transportable (bureau, maison, lit, cave) et je ne serais pas un geek si je ne pensais pas d’abord à un truc sur ordi.
  • J’ai donc cherché, et trouvé avec succès, un petit utilitaire de minuterie pour l’ordinateur. Pb : il faut en trouver un pour chaque plate-forme. Sous Winblues, il y en a 100 000 (je salue ces développeurs de freeware, qui en présence de 99 999 freewares de minuterie-pour-faire-cuire-les-oeufs se disent “Yeah, mais moi je vais le faire différemment, le monde a besoin d’une 100 000ème instance de logiciel de minuterie-pour-faire-cuire-les-oeufs”). Sous Linux Ubuntu, il y en a quelques uns, mais ils ne me satisfont pas : trop compliqués, moi je veux un truc que je double-clique, j’écris “5” et je clique sur “Démarrer” (je suis même prêt à cliquer sur “Start”, c’est dire ma flexibilité). Sur Mac OS, j’ai pas cherché.
  • Et puis l’illumination. Dans Grougle, je tape “compte à rebours en ligne”. Et je tombe sur ça, qui répond exactement à mes spécifications et qui est multi-plate-formes, puisque c’est sur le Web.
  • Ebaubi, et déjà rassuré par l’humanité, je lance l’infusion du thé et je regarde un peu la page, ça parle de Tim Ferriss, ça ne peut pas être mauvais. Et je vais sur le blog de David LeMieux (quel nom que j’aimerais avoir !), le concepteur d’e.ggtimer.
  • Et là.
  • Un gars qui a transformé son coffre de voiture en Photomaton ambulant, juste parce qu’il voulait avoir le Prix de la Voiture Ninja Super de Luxe avec Talent et Coolitude Extrême.

Il y a des assistantes sociales qui travaillent en milieu difficile ; des infirmiers qui enchaînent les heures de garde ; des artistes désargentés qui essaient de mettre un peu de beauté dans ce monde ; des scientifiques qui essaient de trouver le remède à des pandémies terribles, ou qui essaient de nous envoyer dans le cosmos (et éventuellement en revenir) ; des cinéastes, scénaristes, écrivains ; des artisans, ouvriers, employés. Même des profs, c’est dire.

Mais il y aussi des geeks, ceux qui se demandent s’ils ne pourraient pas faire torréfier leur café sur l’alimentation de leur PC, parce qu’ils ont la flemme d’aller au magasin. Et qui y arrivent le plus souvent (après avoir flingué 3-4 PCs).

Ce monde ne serait pas aussi génial sans les geeks. C’est ma réponse à l’apparente absurdité de la vie. Dans ma hiérarchie personnelle, il n’y a plus de hiérarchie aujourd’hui. Un gars qui essaie de savoir combien de temps Bill Murray a passé dans la ville d’Un jour sans fin mérite mon respect et mon admiration.

Cette entrée a été publiée dans Informatique et Internet. Placez un signet sur le permalien.

2 Responses to ça me réconforte quand…

  1. ulysse dit :

    Hum, dans ce cas il vous faut lire Cryptonomicon de Neal Stephenson un livre avec de vrais beaux morceaux de geekeries dedans.
    Par exemple 3 ou 4 pages sur la manière idéale de mélanger céréales et lait glacé.
    (accessoirement il y à aussi 800 ou 900 pages qui parlent d’autre chose m’enfin)

  2. Docthib dit :

    Oulà, 8 à 900 pages, brrrr ! Moi qui suis actuellement sur 3 livres en même temps, je crains l’overdose. Mais vous m’intriguez, je vais acheter pour voir… Merci pour le conseil !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.