Cinétique du Pékin – les Grumeaux

Dans notre typologie des mouvements urbains, nous sommes donc désormais dans la mécanique des fluides. Mais, après l’exposé liminaire (le déplacement dans un espace où d’autres pékins circulent), voilà les complications. Car tous les pékins ne se ressemblent pas. Il y a les pékins comme vous et moi, les normaux, quoi. Et puis il y a les grumeaux. Les grumeaux, ce sont ceux qui perturbent l’écoulement fluide des corpuscules. Voici donc quelques grumeaux types (on remarquera que certains d’entre eux avaient déjà été estampillés comme Batanas) :

  • le Blö : marche sans regarder devant lui.
  • Le Zouapla : alors qu’il est en vitesse de croisière, s’arrête brusquement, ou fait demi-tour.
  • Le Lambin : marche lentement. A tout son temps, ou de l’arthrite, ou veut démontrer aux autres que lui, il est pas un hamster qui cavale comme un taré dans sa roue.
  • Le Serpentin : ne marche pas en ligne droite, mais au contraire, a une démarche sinuante (dont il ne se rend pas compte, évidemment). Exemple : est en train de lire ; de parler dans son portable ; ou a tout simplement des problèmes d’oreille interne et de GPS biologique. Maintenir une distance de sécurité quand on double.
  • Le Kouple : marche en se tenant la main, créant ainsi une molécule plus longue, impossibilité de passer entre les deux, et de surcroît cette molécule a une vitesse qui est la résultante erratique de la vitesse des deux. Un Kouple devient, de fait, un Lambin au carré.
  • Le Kouple illégitime : ne se tient pas la main, mais maintient une liaison de covalence (distance maximum) pour diverses raisons : proximité affective, amicale ou familiale ; baladeur avec deux casques ; collègues de travail. Le Kouple illégitime se comporte, moléculairement, comme le Kouple, mais il est plus difficile à identifier (puisque les protagonistes ne se tiennent pas la main). Et attention, passer entre deux membres d’un Kouple illégitime, c’est prendre autant de risques que de se placer entre le bébé hippopotame et sa mère.

Quel est l’intérêt de les nommer ? eh bien, comme pour les Batana, le principe est de transformer l’innommé en nommé, de circonscrire notre énervement, bref, d’étiqueter le tracas. Et puis franchement, « va donc, eh, grumeau ! », c’est une insulte qui sonne bien…

Cette entrée a été publiée dans Cinétique du pékin, Réflexions and taguée . Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.