Joe La Pasta

L’autre jour, j’entendais un analyste dire que sur certains titres boursiers, il fallait bourrer la cabane.

Voilà une expression qui me plaît bien, tiens, “bourrer la cabane”.

Alors voyons : 500 g de spaghettis secs, ça fait… ah ouais, je me suis enfilé 1,5 kg de ptes cuites. Tu m’étonnes que j’en sois à prendre une tisane maintenant. Et après avoir bossé un peu, hop, je vais me boire mes nouilles liquides (mon sperm bull, comme disent mes amis (?) coureurs) dont l’étiquette me précise obligeamment que 150 g de poudre blanche diluée dans 1 litre d’eau et ingurgitée progressivement, c’est l’équivalent de 650 g de ptes.

Bourrer la cabane…

Ce contenu a été publié dans Courir. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Joe La Pasta

  1. Kate dit :

    Sophia Loren disait : "Tout ce que vous voyez, je le dois aux spaghettis."

    Mais en même temps, on ne connaît pas son temps au marathon, hein. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.