Caillou – Hephaïstos

Toi qui as vu
Sous tous mes masques
Ma tristesse inexpliquée
Tu me connais.

Ce contenu a été publié dans Caillou. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Caillou – Hephaïstos

  1. Kate dit :

    Mieux que d’entendre, certains soirs d’orage,
    "Depuis des années, je me demande qui tu es,
    Toi qui ne te livres jamais."

    Constater une nouvelle fois, presque avec détachement,
    Qu’en effet, il n’en sait rien.

    Réactiver l’ancienne souffrance
    De ne pas être connue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.