Epistémologie ontologique du sabre laser


Quand mon grand-père avait vu “la guerre des étoiles” (on ne disait pas encore Staroirz), dès le début (attaque du vaisseau diplomatique de la Princesse Leïa par les forces de l’Empire), il avait tiqué.
On voyait des braves soldats se faire dézinguer à coups de pistolasers, et ça faisait Piou Piou tandis que des éclairs lumineux et brefs jaillissaient de la bouche fumante des pistolasers.
Mon grand-père, qui n’était pas Polytechnicien pour rien : “Ce ne sont pas des pistolasers ! Un laser, c’est comme une lampe-torche, tu l’allumes et la lumière en sort, et si on n’éteint pas, le faisceau lumineux s’allonge sans rupture. Là, ce sont des balles traçantes.”
Mon grand-père avait laissé son me d’enfant quelque part, il raisonnait en froid polytechnicien. Personne n’est parfait.
D’où mon interrogation du jour, dont la profondeur égale la question sur le demi-tour d’Actarus dans Goldorak :

comment fonctionne un sabre laser ?

Prolégomène :
un sabre laser produit un laser qui

  • est limité en hauteur
  • est analogue à une épée, qui peut couper de taille (avec son tranchant) ou d’estoc (avec sa pointe). Par exemple, quand Krung Grop Tep, le mentor d’Obi Wan, se fait trouer par Dark Maul, c’est un coup d’estoc.

Interrogation suite au prolégomène :
un vrai laser, version 2008, et pas version “il y a très très longtemps, dans une galaxie très très lointaine”, est un rayon lumineux qui troue et coupe, mais qui n’est pas limité en longueur. Donc ma question, c’est “qu’est-ce qui stoppe le laser du sabre laser à 1m20 du fourreau pour lui donner cette ergonomie d’épée archéo-futuriste ?”

La première idée est : un miroir. J’y ai beaucoup réfléchi dans le métro, et j’aboutis au dessin ci-joint. Alors tu vois, le manche bleu ple, c’est le manche, celui qu’on tient à la main et que R2D2 envoie à Luke dans “Le retour du Jedi” pour abattre l’infme Jabba. On pousse sur un bouton, et hop, le générateur de laser (carré rouge) envoie le laser (trait rouge). Ce laser passe à travers un miroir sans tain (noir pointillé) et va taper dans un miroir (noir plein), hop, le laser bondit vers le haut, et à 1m20 de hauteur, un autre miroir biface décomplexé (triangle noir en haut) renvoie le laser vers le bas, ad vitam aeternam. Ainsi, on a un laser limité en longueur, mais qui coupe bien, avec en plus un raffinement : plus le sabre laser est allumé longtemps, plus le rayon est concentré (multiplication des allers-retours), plus il est puissant. On pourrait appeler ça “La concentration de préchauffe de Thibierge”, en toute modestie.

Mais argh, je ne serai jamais prix Nobel :

  1. Il n’y a pas de miroir en haut (ou alors, on ne voit pas comment il tiendrait tout seul dans l’air)
  2. Si on se débrouillait pour en installer un (“on dirait que quand on allume le sabre, un miroir se matérialise en haut”), il n’y aurait plus d’effet d’estoc, et Krup Gong Couic n’aurait pas pu être troué par Dark Maul.

Nous voilà – presque – revenus au point de départ. Et là, j’ai une idée, mais j’ai besoin de physiciens, éventuellement ‘Pataphysiciens, ce serait plus fun. On va dire qu’il y a un champ de force qui est créé quand on allume le sabre, et que c’est ce champ de force qui repousse le laser à partir de 1m20, jouant le rôle du miroir distant.
Cf. la figure suivante, où le champ de force – appelons-le “Field Castro” – est figuré sous forme d’un mignon nuage moutarde. Mais reste le problème de l’estoc : un champ de force capable de repousser un laser, il ne va pas permettre de toucher son ennemi, le dit ennemi sera lui-même expulsé de la zone de combat par le champ de force (effet blocus de Field Castro).
Je ne m’en sors plus. Des idées, quelqu’un(e) ?

Ce contenu a été publié dans Réflexions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Epistémologie ontologique du sabre laser

  1. Yann dit :

    Pour préciser, en anglais on dit lightsaber, donc le prolégomène peut en être modifié.

  2. Christian dit :

    Question très intéressante !

    1) pour le coup d’estoc, je propose qu’il y ait un peu de déperdition d’énergie, que le miroir ne soit pas entièrement réfléchissant mais qu’il absorbe une partie sous forme de chaleur, et on conserve ton miroir à fond triangulaire, permettant d’avoir prosaïquement une pointe chaude permettant de "trouer son adversaire". .

    2) pour le miroir en haut, plutôt que de se dire qu’il n’y en a pas, pourquoi ne pas essayer de mettre un "couvercle" sur la base du sabre.
    En mode éteint, le couvercle recouvre l’excavation d’où sort le laser, ce qui permet d’éviter toute sorte d’accident domestique.
    A l’activation, le couverture monterait progressivement, jusqu’à une position stationnaire.
    Restent à trouver :
    – comment fabriquer le champ magnétique pour faire monter le couvercle (en se rappelant que son alliage doit absorber une partie de la lumière du laser)
    – comment stopper la progression du couvercle pour obtenir la bonne longueur de sabre laser ?
    – bien sûr le tout devrait satisfaire aux règles modernes de sécurité et de qualité…

    Pour une esquisse du couvercle mobile limitateur de longueur de sabre laser, voir ici (c’est une mauvaise esquisse) :
    docs.google.com/Presentat…

  3. Doc, si jamais on avait pu douter de votre état de geek, ce billet nous rassure pour de bon 😉

    Ceci dit, vous avez négligé une propriété importante des sabres lasers.
    Ils font également ricocher ce que votre grand-pére appelait les "balles traçantes".
    Du coup ça complique encore plus.
    Par exemple que se passe t’il quand le jedi vise mal et réceptionne la balle traçante avec le miroir au bout de son sabre?
    Celui-ci est-il détruit?

  4. Docthib dit :

    @ Yann : ton "Plasma ?" me titille la coloquinte. Il faut que je me renseigne proprement sur cette technologie. Quant à lightsaber, OK, mais le laser, c’est de la light, alors à mon avis, on est dans le même champ de réflexion.

    @ Christian : bonne idée, celle du chapeau pointu, et forcément, s’il y en a un, il absorbe une partie de la chaleur. (on va pas commencer à parler de briques réfractaires dans la constellation de Tatooine…). Je reprendrai ton esquisse, fort claire, ainsi que tes réflexions, dans une version 0.2 de l’article, ainsi que celles de

    @ Ulysse (bourrin libidineux) : argh, bien sûr ! Il faudrait vérifier, car je ne suis pas sûr que les sabres fassent *ricocher*, je crois plutôt qu’ils *absorbent* les lasers-traçants, gagnant ainsi en énergie.

    A tous : merci pour vos commentaires. Continuez à réfléchir. J’essaierai de pondre un article plus avancé. Mais plus le temps passe, plus je me dis qu’un "couvercle" physique n’a pas de sens : il doit vraiment s’agir plutôt d’un champ de force répulsif. Par ailleurs, je viens d’y penser : dans Dune, quand un bouclier est mis en contact avec un laser, il y a une explosion énorme. Je crois que les boucliers, même s’ils sont bien décrits, ne sont pas détaillés en termes de technologie. Sans chercher à créer une explosion, on pourrait se fonder sur la technologie des boucliers dans Dune pour réfléchir à une possibilité de dévier, voire réfléchir, un rayon laser par champ de force. C’est dans ces moments-là que je regrette d’avoir un doctorat en finance, et non en science-fiction-appliquée.

  5. Doc, je confirme dans dune la seule manière de tuer quelqu’un avec un bouclier sans risquer sa vie, est le couteau manié avec art pour que le bouclier le laisse passer.
    A noter que les "atomiques" semblent détruire ces boucliers également…

    Dans les jeux video starwars, les sabres renvoyent les lasers traçants.
    Mais du coup je ne sais pas si c’est également le cas dans les films 🙁

  6. Falsch Gordon dit :

    La solution est certainement plus prosaïque:

    – le sabre-laser est un truc bricolé (aucune fabrication industrielle n’est d’ailleurs connue):
    les deux miroirs sont rattachés entre eux par un de cble. D’un métal résistant à l’énorme chaleur dégagée par le rayon lumineux (d’où une durée d’utilisation très limitée pendant un combat), ce cble s’allonge jusqu’à sa hauteur max. C’est la vibration de ce cble qui donne ce son particulier au sabre laser en mouvement et l’éclair est produit lorsque 2 cbles entrent en contact.

    – le sabre-laser est fondé sur les principes physiques habituels sur les planètes de la taille de la terre: il peut donc frapper d’estoc à cause du principe de diffusion de la lumière. Vous en connaissez tous le principe, pas la peine de le rappeler, mais autour du miroir externe se diffuse une chaleur et une lumière suffisante (certes moins efficace) pour frapper d’estoc.

    – le sabre-laser n’est maîtrisé que par une personne ayant la force avec elle:
    Seuls les jedi ou sith peuvent en effet contrôler l’angle du miroir opposé à tout moment, y compris en cas de contact avec une autre lame.

  7. Linkos dit :

    Les Sabre laser sont en faite du plasma ^^, ce nom est juste une trad francaise, normalement ca devrait etre sabre lumineux >>. Le gaz est tellement chaufée que les atomes se sépare d’un electrons, on peut modeler le gaz ionisé avec un champ magnétique. Bon par contre, c’est pas aujourd’hui qu’on va en faire, ca couterait cher et ca serait très chiant de reussir a mettre tout ca juste dans le manche d’un sabre.

  8. Linkos dit :

    aussi pour les renvoie de rayon des pistolet laser, jpense que c’est du au champ magnétique qui repousse le plasma du pistolet.

  9. Docthib dit :

    Merci beaucoup Falsch Gordon (on dirait un nom de catcheur) et Linkos. J’avais déjà vu cette explication sur le plasma, et en effet, en anglais, c’est lightsaber, il n’est donc pas implicitement fait mention au Laser. J’avoue ne pas tout comprendre à la notion de plasma, décrit si je ne m’abuse comme “une bouillie d’électrons”. Je m’en vais explorer Wikipedia 🙂

  10. Mario dit :

    Je ne comprends pas :hap:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.