Quick win #1

Dans la série “les conseils à deux sous qui font gagner beaucoup de temps”. Cela faisait plusieurs jours que j’avais dans ma to-do list un truc à faire, assez long (1h-1h30) et je n’avais pas le temps de m’y consacrer. J’appelle le demandeur, et je lui dis “je ne vous oublie pas là-dessus, je vous le fais avant demain soir”. Il me répond “Non, mais c’est OK, on a avancé de notre côté, on a envoyé un premier doc”. “Ah”, réponds-je, “Alors est-ce que vous avez besoin de mon doc ?”. Et là, bénédiction des dieux, bouffée d’oxygène, il me dit “Non, on a changé un peu de perspective, on vous tiendra au courant des évolutions”.
Je viens donc de découvrir qu’il y a encore une autre manière de gérer des to-dos. J’avais déjà :

  1. Ne pas les faire (pas important).
  2. Les faire faire par d’autres (déléguer).
  3. Les faire.
  4. J’ai désormais :

  5. Vérifier qu’elles sont toujours à faire.

2 minutes de coup de fil, 1h30 économisée. Imaginez, si je n’avais pas appelé !
Ce temps dégagé va me servir :

  • à rédiger ce thibillet (ça c’est fait)
  • à me consacrer à un truc qui n’était pas sur la to-do, qui vient de tomber, et qui est important et urgent
  • à travailler sur un de mes projets pendant au moins 1h.

Sensation (très agréable) de contrôle de ma vie (professionnelle…).

Ce contenu a été publié dans Productivité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Quick win #1

  1. Bonjour,
    Je suis le demandeur anonyme
    (la salle : "Bonjour le demandeur anonyme!")

    Voilà, j’avoue, mon organisation est floue et j’ai un peu oublié d’annuler ma demande…
    (la salle : "bouh, ahhh, sale, nul, deux!")

    Bref, dans la manière de gérer la to-do on peut rajouter un 5ème point :
    "bien vérifier que nos demandes sont encore d’actualité et penser que les autres ont aussi autre chose à faire que de penser à nous!"

    Penser un peu aux autres dont on dépend professionnellement fait du bien!

    Merci pour cette note pleine d’humour, 😉

  2. Docthib dit :

    @ Le Demandeur Anonyme : désolé, hein 😉
    Vous avez choisi de faire pointer votre nom pointe sur mon blog, c’est cool, mais c’est pas moi, le demandeur anonyme ! Alala, ces petits jeunes qui conaissent pas les bleugs…
    Pour le conseil 5 : oui, bonne idée, mais alors, ça demande *vraiment* de la discipline, déjà que c’est pas facile de se rappeler de tout ce que l’on doit faire, alors en plus, s’il faut se rappeler de ce que l’on a demandé aux autres 🙁

  3. Atchoum dit :

    Indépendamment de la chute, qui est amusante et instructive, j’aime bien ton idée du départ : appeler la personne et lui dire : "je ne vous oublie pas, je m’en occupe demain". C’est un truc que j’emploie souvent : me fixer une contrainte (typiquement, une contrainte de délai) pour être obligé (sauf à me renier moi-même, horreur) de faire le truc. Car comme a écrit Léonard de Vinci, qui a semble-t-il accompli deux ou trois trucs dans son existence : "La force naît par la contrainte, et meurt par la liberté."

  4. Docthib dit :

    Jolie et instructive, cette chute du grand Léonard. Les gars de l’Oulipo étaient assez d’accord, de la contrainte pour faire jaillir l’oeuvre. Cela dit, je me méfie des pièges qu’on se tend à soi-même. Se contraindre à faire les choses, OK, mais pas au point de prendre les autres à témoin, car les rats, ils peuvent être impitoyables quand on a manqué à sa parole. J’ai trop promis trop de choses à trop de personnes pour m’engager à nouveau sereinement dans cette voie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.