Poinçonnage

Il y a des personnes qui ont des voix assourdies, et d’autres qui ont des voix qui portent. Ces dernières n’ont pas besoin de crier : tout ce qu’elles disent s’entend parfaitement et clairement. Dans les restaurants, dans le métro, ces voix s’imposent à tous, alors qu’on aimerait bien, un peu, avoir sa bulle, pour lire le dernier Harry Potter (en anglais de surcroît), au hasard. Envie d’un brouilleur de fréquences de la voix, un peu analogue à ce désir.

Ce contenu a été publié dans Réflexions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.