La Bourse : les boules

Julien me demande des conseils sur la Bourse (qui turbule pas mal actuellement), tout en précisant qu’il ne va pas investir, parce qu’il n’a pas d’argent.
Je dis : bienheureux ceux qui, par quête intellectuelle, cherchent à comprendre, sans chercher automatiquement à s’enrichir.
Je vais donc donner mes opinions sur ce phénomène, avec quelques garde-fous (car vous êtes des fous, si, si !).

La suite va représenter mes opinions sur le sujet. Nous sommes donc dans le subjectif. Néanmoins, pour les contradicteurs éventuels, avant de vous exprimer : (1) lisez tout ce que j’ai exprimé sur ce blog en matière de marchés financiers ; (2) réfléchissez ; (3) éventuellement, faites un doctorat en finance.
Je ne veux pas me positionner comme un mandarin élitiste, mais je ne veux pas non plus avoir à répondre à des questions à deux balles du genre “l’action XX a fait +33% en une semaine, c’est bien la preuve que les marchés ne sont pas efficients, hein, hein ?!!”.

Maintenant que nous sommes entre nous, allons-y.

La crise des subprime

Je ne comprends pas tout. Ce que j’en saisis, c’est que des banques américaines ont vendu des crédits immobiliers à des personnes qui ne pouvaient pas rembourser, et que (c’est le point important) le risque de non remboursement n’a pas été assumé : les banques se sont refinancées auprès d’autres banques qui se sont refinancées auprès d’autres, l’information se diluant (involontairement ou volontairement ?) à chaque passage.
– “ah ouais, euh, je te refinance, mais c’est pour quoi exactement ?
– Oh, beuh, tu sais, des trucs classiques de banquier, pas de malaise…
– Ah OK alors je te fais un super taux façon banquier, on est entre nous…
– T’es sympa, vieux, j’en attendais pas moins de toi.”

La conséquence

Badaboum.

Mon opinion

Badaboum dans les journaux, ça permet de faire vendre des journaux.
Badaboum en Bourse, ça permet d’expliquer à tous que nous sommes mortels, ça emploie des traders (qui vont mouiller la chemise), et ça va générer des commissions (rappel : les courtiers touchent une commission quand on achète, ou quand on vend, bref, ils touchent une commission quand les marchés bougent).
Mon opinion 2ème niveau, qui est plus une intuition : il y a deux catégories de personnes sur les marchés financiers. Il y a toi, qui représente 90% du marché. Toi, tu es trader, tu es gestionnaire de patrimoine, tu es retraité ou tu es boursicoteur. Ton horizon : 3 jours. Ton addiction : les graphiques boursiers. Ta testostérone : quand ça monte. Ton biais comportemental : quand ça baisse, tu sur-réagis.
Et puis il y a moi, et quelques autres (10% du marché, ou moins). Moi, et quelques autres, on a fait de la recherche en finance, et on est vieux, et on investit avec de l’argent qui est déconnecté de notre rémunération, sans exigence de rentabilité à court terme. Quand ça sur-réagit, on sent que ça sur-réagit, parce que nous, tu vois, on sait qu’on va se réincarner 12 fois, alors qu’est-ce que 10 ans, hein ?

Ce que j’ai fait

J’ai vu la Bourse baisser. Je sens (intuition) que quand la Bourse fait -5% en une journée, c’est de la sur-réaction. Et qu’il suffit d’acheter à ce moment-là, puis d’attendre (parfois quelques mois, ou années) pour récupérer ce 5%. Le maître-mot est “avoir des liquidités prêtes, et être zen”.
Donc hier, vers 10h du matin, j’ai acheté de l’indice Eurostoxx.
Pouf, ma banque m’a dit (par Internet) : “Ouah, hé, coco, t’as pas les ronds pour claquer autant !”
J’y ai répondu : “Que si ! Je te mets grave, avec mes picaillons !”
Qu’elle m’a répondu : “Je te vois pas, minable, t’as 2 centimes sur ton compte et ta mère elle sghy les jkrvc sur le bvsjkbh (illisible)”

J’ai donc eu une discussion virile avec ma banque. Bien m’en a pris : quand enfin tout s’est débloqué, j’ai passé mon ordre, il était 14h et quelques, et j’ai acheté au plus bas (presque).

Résumé

J’ai acheté de l’Eurostoxx à 36,07 €. 23h après, aujourd’hui à 13h04, ça cotait 37,79. Je calcule ça, grmmrlmmrlrm, ça fait +4,77% en 23h. (il y a une heure, ça faisait +5,1% en 22h.)
Imagine +4,77% sur un million d’euros.
Oui, je sais, t’es jaloux. Mais pour alimenter ta jalousie : suis l’indice, divise par 100, et calcule ma performance.
Ah oui , j’oubliais : tu ne sais pas combien j’ai investi. Boh, suppose 150 euros.
Et multiplie par 100, pour voir.

Bémol

Tu crois vraiment que c’est si facile ?
Tu crois que si j’avais perdu en Bourse, j’aurais fait un Thibillet ?
Encore une fois (conseil n°2) : réfléchis. C’est gratuit, c’est en vente libre, et tu es le contrôleur du résultat.

Cela dit : Champagne !!

Ce contenu a été publié dans Blog. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à La Bourse : les boules

  1. Yves Duel dit :

    Ouais, monsieur le brillant boursicoteur, et pour les transac, on vous a facturé combien ? qui annulent, quelle coincidence, vos 5% ?

    Niark niark : c’était juste pour faire du mal à votre réputation 🙂

    Plus sérieux : ya un tès bon premier papier ds La Tribune de ce jour sur les Sub

    C’est plus compliqué que ce que vous dites : il y a aussi, au départ, le mécanisme de vente par des Brokers, donc pas soumis à quelque obligation de prudence, contrairement aux banques ; et il y a, après, l’effet de levier : le sous-jacent est tellement faible que le moindre incident dans les remboursements des crédits produit un effet démesuré.

    Et enfin, il y a le double ou le triple packaging des dérivés, qui empèche les clients des CDO de savoir ce qu’il y a vraiment dans les produits…. C’est pour ça que ça ne fait que commencer, la crise !

  2. Yann dit :

    Tu es quand même une des rares personnes à qui s’engueuler avec son banquier a du faire du bien récemment.

    J’aime bien apprendre des termes nouveaux avec la crise, un bien sympa c’est NINJA Loan (No Income, No Job Loan). Ces financiers, quels pouets quands même!

  3. Hello.

    Voui ça fait longtemps que j’étais pas venu bafouiller dans le coin.
    En fait je bosse dans une société cotée (ça arrive), du coup je suis mollement l’activité des marchés (ça m’amuse).

    J’ai également tendance à sentir que -5% sur une journée c’est trop (et donc à vouloir acheter), ce que je ne comprend pas, c’est pourquoi vendre à rien du tout alors qu’on peut garder ses sous et attendre que ça remonte?
    L’immense majorité des investissements boursiers serait-elle a si court terme, qu’il vaille mieux perdre 10% aujourd’hui que 12% demain ou 3% après demain?

    Et puis est-ce si dur de comprendre que plus on vend, moins ce qu’on vend vaut cher?
    Et que vendre à tout prix, c’est vendre à moitié prix? (que pour la bourse, ça ne s’applique pas forcément à tout).

    J’ai l’impression que la bourse est plus sensible à la méthode du bon docteur Coué que n’importe quoi d’autre:
    On dit que ça baisse alors tout le monde vend du coup ça baisse encore plus…
    Et pourquoi au lieu de vendre on ne dirait pas que ça va remonter plutôt?

    Pourquoi mon banquier ne m’appelle pas pour me dire de ne pas vendre à perte? Ca sauverait mon argent et le sien?!

    Qu’est ce que je loupe?

    @Yves
    5% de commission? Mauvaise banque, changer de banque!

  4. Docthib dit :

    @ Yves : je voulais ajouter dans mon thibillet, et puis j’ai oublié : la politique monétaire des US. Mais je ne suis pas compétent (eh oui), donc c’est plus une intuition. Faire marcher la planche à billets, ça marche un moment, mais il y a des conséquences. Que je ne mesure pas, je l’ai dit, je ne suis pas compétent…

    @ Yann : ton Ninja me plait bien. Non pas pour le sous-jacent, mais pour le terme en tant que tel. J’avais lu un article, il y a fort longtemps, qui disait "ces financiers, ils ont tellement de stress, qu’ils inventent des termes pour faire comme si c’était un monde ludique. Exemple : chevalier blanc, pilules empoisonnées, parachute doré…

    @ Ulysse : welcome back !
    Pour la Bourse : je n’ai pas de réponse comme ça, juste quelques idées :
    1. Nous sommes tous – humainement – accros au court terme. Quelques valeureux ont fait leur dazibao, et investissent désormais vers le long terme. Mais tous les autres chocottent dès que ça plombe dans les résultats.
    2. Les banques, et les gérants, préfèrent avoir tort avec tout le monde, plutôt qu’avoir raison tout seul, pour des raisons de comparabilité ("j’en ai une plus grosse que la tienne, etc.")
    3. Le banquier, il s’en tape, que ça baisse, ou que ça monte, il donne ses recommandations, et touche ses commissions. Le pire pour un banquier, un gérant, un trader, un analyste, c’est *quand les marchés sont atones*. Parce qu’il n’y a rien à recommander, puisque ça ne bouge pas…
    4. La réponse à Yves, j’y aurais pas pensé, mais elle est fatale ! 🙂

  5. psyke dit :

    yup
    ah…de la bonne finance 🙂

    n’empêche que ça fous les chocottes quand t’as investi un peu ! bref, vaut mieux attendre que ça remonte plutôt que de vendre quand ça vaut rien ….donc je vais attendre, même si je pense que cette année va être minable niveau bourse !

  6. Le-copain-à-Marie-Pierre dit :

    Mais comme disait mon Papa: "Tant qu’on n’a pas vendu, on n’a pas perdu."
    En général, ça marche.
    En général, car parfois ya un (Euro)tunnel…

  7. Docthib dit :

    @ Psyke et Le-copain-à-Marie-Pierre (alala, elle fait faire ses commissions, je la vois bien scotchée à Boursorama, c’est tout-à-fait elle…) : de même que, tant qu’on n’a pas vendu, on n’a rien perdu, tant qu’on n’a pas réalisé, on n’a rien gagné. Les titres des journaux me faisaient rire, quand ils disaient que la Bourse avait effacé 100 milliards de valeur. C’était une valeur bien fictive. La preuve, elle était effaçable en quelques jours ! Moi je dis : faut s’accrocher à la rampe, et savoir couper les pertes. (ça fait belle lurette que j’ai revendu les Eurotunnel de mon grand-père…)

  8. couic dit :

    Alors là monsieur me voilà déçue. Mumuse avec les sous vous faites ! La spéculation me dérange profondément, et je ne vous ferai pas l’insulte de ne pas croire que vous ne connaissez pas les tenants et aboutissants de ces mouvements financiers ni leur signification profonde. Tant pis, je sais dans quel camp économique vous ranger. Reste certains de vos billets que je prendrai quand même toujours plaisir à lire.

  9. Docthib dit :

    Ouh, le commentaire qui fait mal… Alors quelques réactions à mon tour. D’abord, je n’aurais pas qualifié cela de spéculation, mais de bon timing. La spéculation, pour moi, c’est acheter à une minute, et revendre à une autre. Cet achat d’Eurostoxx (de fait, je n’achète jamais que cela), c’est de l’investissement sur indice, à un horizon d’au moins 5 ans. En bref, je n’ai pas revendu, et ne revendrai pas avant plusieurs années. C’est vous dire que ma vantardise sur la performance n’a pas de sens, comme beaucoup de vantardises : elle repose sur une hausse qui peut s’annuler, et que je n’ai pas réalisée. Je suis conscient de tout cela, soyez en assurée. Mais que voulez-vous, je suis jeune.
    Les tenants et aboutissants de ces mouvements financiers, je ne suis pas sûr de bien les connaître. Leur signification profonde encore moins. Je lis beaucoup, j’analyse, et j’entends beaucoup de choses, dans tous les sens, avec peu d’esprit de doute. Donc je suis preneur d’une analyse profonde, argumentée, et non orientée dogmatiquement : j’apprendrai probablement beaucoup, et j’en serai content. Si vous avez cette analyse, ou la référence d’un article, je suis preneur.
    Vous savez déjà dans quel camp économique me ranger : eh bien, c’est parfait, il faut que les choses soient rangées, même mal, du moment que vous vous y retrouvez dans votre système de rangement (penser c’est classer, disait Georges Perec). Tant que vous ne succombez pas à la pratique du bovinage (cf. batana), et quand bien même, vous êtes libre. Mais comme le dit le philosophe Florent Pagny, vous n’aurez pas ma liberté de penser.
    Enfin, je suis content que vous soyiez contente de certains de mes thibillets. Même si j’ai toujours refusé d’avoir comme ligne éditoriale le consensus mou ou la polémique facile, juste pour faire de l’audience, j’avoue que je prends plaisir à savoir qu’on me lit – parfois – avec plaisir.

  10. couic dit :

    Soyez pas vache, j’essaie autant que possible de ne pas faire le mouton. Je n’irai pas jusqu’à crier à la méchante bourse capitaliste, mais enfin quand même, oui je l’avoue, et tout à fait dogmatiquement bien sûr, j’ajoute même de pur parti pris idéologique (heureusement encore, je sais ce que je préfèrerais comme société) tout en admettant humblement ne pas avoir toutes les solutions (vous êtes encore là?) quand même donc, ce système d’investissement et la puissance financière à l’exclusion de toute autre valeur qu’il me semble avoir, ne correspond pas à mon petit dogme de citoyen lambda. Je ne me mesure pas à votre analyse, vos compétences dépassant largement les miennes le duel est perdu d’avance.
    Et je vous présente mes excuses pour cette case inoportune, ce n’était pas bien et stupide de ma part. Je n’aime pas les cases. Puisque je vois que vous êtes adepte de Florent Pagny peut être puis-je vous envoyer un de ses CD en guise de calumet (hé hé hé).
    Oui, je vous lis souvent avec plaisir. Et je continuerai.

  11. nerik dit :

    FYI Doc. Attention si tu as pris le MSE LYXOR ES50… LYXOR, ca reste un produit dérivé de la Générale…. La cotation et la vol du produit sont TRES discutables en ce moment….
    Pour conclure, je ne sais pas si tu as en mémoire nos discussions mais prend ta perf et quitte le loft.

  12. Docthib dit :

    @ couic : bon, ben voilà, on s’est parlé 😉 Pour votre souhait d’une société meilleure, soyez assuré que je le partage, simplement, je me méfie des solutions trop simplistes, du genre "y a qu’à foutre tous ces capitalistes au poteau et leur couper les… gains boursiers". En revanche, et je l’ai souvent dit dans ce blog, j’ai toujours été étonné (et c’est peu dire, je suis poli) par le court-termisme myope des marchés, où une entreprise qui licencie voit son cours boursier remonter, alors que les conséquences économiques et financières de ce licenciement conduiront plutôt à une destruction de valeur (je résume).
    Dans le genre "je dis n’importe quoi", je vous conseille ce billet, qui a déniché une belle perle.
    Pour le Florent Pagny, ne vous embêtez pas, un calumet cyber sous forme de commentaire me va amplement (d’autant que je ne fume plus la pipe depuis maintenant plusieurs mois).

    @ Nerik : il y a plusieurs trackers Lyxor ES 50, et a priori, les miens ne sont pas ceux de la SG, mais merci du tuyau, j’ai vérifié, c’est toujours utile… Quant à quitter le loft, pas tant que je n’aurai pas été dans la piscine avec toi 😉

  13. Atchoum dit :

    Pas du tout d’accord avec couic et le Doc ! Moi, je suis pour une société plus pourrie, hin hin hin (rire machiavélique). Que les pauvres le restent, que les riches le deviennent davantage, que Famine, Guerre et Pestilence (j’ai oublié le Quatrième et le Cinquième cavalier, au temps pour moi, pardon à Jean et à Terry) ravagent ce qui reste de ce "caillou minable", et vive le cancer du colon. Mouhahahaha (rire dément).

    Blague à part,
    Très intéressant ce billet de Yves Duel. Il me rappelle le propos d’un homme politique connu qui disait en substance : "puisque la Société Géniale avait quelques milliards à perdre mais reste solide malgré ce léger incident, elle aurait mieux fait d’augmenter ses salariés à hauteur de 5 milliards". Dans le genre démago qui fait semblant de ne rien comprendre, c’est pas mal non plus.

    Ce que je trouve épatant, c’est l’administrateur qui fourgue ses actions pour un petit 100 millions d’euros juste avant que le machin soit rendu public. Est-ce que le gars imagine une seconde s’en tirer comme ça ? est-il si naïf ? Ou est-ce qu’il s’en fout, parce que même s’il se fait prendre au fond il ne risque pas grand-chose ? C’est un vrai mystère pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.