Beaucoup plus fort que de publier dans "Journal of Finance"

J’avais déjà eu le cas il y a quelques années. A l’occasion d’un article publié dans Les Echos (puis d’un deuxième), j’avais eu des retours impressionnants : plusieurs coups de fils, des mails, des courriers. Alors que si j’avais publié dans International Stochastic Journal of Obscure Research, personne n’aurait salué ces trois ans de travail.
Là pareil. Un journaliste a pris l’annuaire (les pages blanches) et m’a interviewé au hasard, pour une chronique. Super. Mais le plus marrant, c’est que depuis ce matin, j’ai reçu un SMS, un mail, et l’honneur d’être cité dans un blog de référence mondiale.
Andy Warhol is alive.

Ce contenu a été publié dans Perso. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Beaucoup plus fort que de publier dans "Journal of Finance"

  1. Et ce n’est que le début, ma chère maman est passée brièvement à la télé en début d’été (dans un obscur journal régional en plus) et depuis régulièrement elle est félicitée, par le fils du charcutier ou le petit cousin du voisin de sa mère à Plouarnec les deux églises.
    Alors que quand son nom apparaissait dans Nature, personne n’en parlait…

    Ceci dit j’écouterai votre prestation ce soir, j’imagine le plaisir que vous avez pu prendre à martyriser un pauvre journaliste accro aux pages blanches 😉

  2. Je viens de lire les deux articles sus-cités (je me demandais justement ou était passé liberty-surf il y a peu), et j’ai particulièrement apprécié votre méthode d’évaluation des startups…

    Le pire c’est d’imaginer qu’il y à des gens qui ont pris ça pour argent comptant…

  3. Docthib dit :

    @ Ulysse : en terme de notoriété, j’en suis à 4 mails, un SMS, une interception dans la rue, un billet sur un blog ami. Pas mal, sachant que mon nom n’est pas cité, donc que ces personnes m’ont reconnu à cette diction sibilante qui fait mon charme…

  4. effectivement, beau score!

    une interception dans la rue?
    Vous y parlez souvent seul pour qu’on vous y reconnaisse à la voix?!

  5. Docthib dit :

    Non, c’était une gracile personne qui sortait du même lieu de travail que moi, et qui subit donc, depuis des années, mon organe…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.