Publications de gestion – un marché à ouvrir…

Je constate, quand je lis des ouvrages spécialisés, que j’écris des annotations nombreuses dans les premiers chapitres, puis que, au fil des pages, je note de moins en moins. Et il n’est pas rare que j’arrête ma lecture au tiers de l’ouvrage.
Donc j’ai l’idée d’un marché : écrire des ouvrages avec une intro brillante, une quatrième de couverture très vendeuse, et lâcher toute l’info dans les premiers chapitres. Après cela, faire confiance au temps qui passe, au lecteur qui se lasse, qui se laisse prendre à d’autres préoccupations, mais qui se souvient que c’était brillant (pour ce qu’il en a lu).
Les manuels sont comme “Le pendule de Foucault” : peu de personnes peuvent se vanter de les avoir lus jusqu’au bout. (je fais partie des deux catégories, mais pour le pendule, je m’y suis repris à deux fois, et la troisième fois, pendant une semaine, durant mon DEA, je l’ai dévoré).

Cette entrée a été publiée dans Réflexions. Placez un signet sur le permalien.

0 Responses to Publications de gestion – un marché à ouvrir…

  1. Da Vinci Yog dit :

    Pas très "Long Tail" tout ça…
    Fais donc un manuel ludique, avec tous tes thibilliets, remaniés ou non, et tu encaisses des millions comme Seth Godin avec "Small is the New Big" et "The Purple Cow"; c’est du bon sens et de belles métaphores: remarkable !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.