"Laissez-nous chanteeeer […] Sous vos ailes d'acieeeer, oh laissez-nous chanteeeeer" (Gold, 1986)

Ceci est un thibillet énervé, mais court, car je n’en suis pas à ma première jérémiade sur le sujet, et par ailleurs, je suis descendu à 80 mails restant à traiter, j’ai envie de partir en WE avec une boite mail étique comme un aspirant marathonien (vous ai-je dit que j’ai perdu 6kg, et que je suis “mince comme un pied de micro”, comme dit l’excellent Sanseverino ?)
Ce qui nous ramène à notre sujet.
Comme mes lecteurs (?) fidèles (?) le savent (?), je publie progressivement un roman, à raison d’un texte par jour, quand je veux.
J’ai aussi mis en place des illustrations musicales.
Ces illustrations demandent un peu de temps, mais dans un monde d’Hommes de Bonne Volonté, cela devrait être rapide. Ce n’est pas le cas. Exemple avec le morceau que je voulais mettre hier soir, et qui n’apparaîtra (si je ne craque pas avant) que ce soir ou demain matin très tôt dans la nuit :

  • Le morceau s’appelle Bleecker Street, c’est la troisième chanson du premier album de Simon & Garfunkel, Wednesday morning 3 AM.
  • Je suis propriétaire de l’album, un 33 tours vinyl que j’ai dû acheter il y a 20 ans (jeunesse !). Je suis propriétaire.
  • Etant donné que je n’avais pas l’énergie de connecter mon ordi à la chaine hifi, de télécharger un freeware qui enregistre les sons d’une chaine hifi et les encode en MP3, j’ai acheté sur fnacmusic la chanson dont je suis propriétaire. Super, je suis propriétaire de deux chansons (enfin, c’est la même), j’ai la sensation d’avoir une résidence secondaire, à quand l’ISF ?
  • La chanson que j’ai achetée est en WMA avec des DRM (oui, en combinant cet acronyme avec deux E, on obtient le mot de Cambronne), c’est-à-dire protégée :
    1. je peux l’écouter “indéfiniment” (sauf si je change de système d’exploitation… Vous imaginez le vendeur de 33 tours à l’époque, qui aurait dit : “ce disque ne peut être écouté que sur des platines Akaï” ? (Ah, Akaï…)
    2. je ne peux graver cette chanson sur CD que 5 fois, et la copier sur un baladeur (enfin, uniquement un baladeur compatible) que 7 fois.
    3. Après, pouf, apu chanson dont j’étais propriétaire.
  • Je me dis “Ceci est un travail pour Techno-Beauf !” (c’est mon nom de super-héros). Et donc
    1. Je grave la chanson (merde, plus que 4 vies !) sur un CD RW (faut pas gcher) au format CD-audio-lisible-dans-platine-laser-toute-marque-pas-besoin-Windows-inside
    2. J’utilise DB Power Amp (a marche pas), puis WinLAME (a marche pas), finalement Windows Media Player (oui, je sais) pour encoder cette chanson format CD audio (.cda) en MP3
    3. Je dégrade la qualité de la chanson (faible kbps, mono) conformément à ma Charte Déontologique
    4. et ce soir, si ça passe bien, je couperai la chanson pour n’en garder que les 19 premières secondes, avec DirectCut
    5. Après, une paille, j’aurai juste à uploader la chanson sur mon site, à intégrer le lecteur dans le billet, et à sauvegarder le tout.

Tout cela est bien compliqué.

PS : trois remarques :

  1. quand je dis “ça va être un thibillet court”, ça dégénère rapidement…
  2. celui (celle) qui me dit “mais t’es pas propriétaire, pauv’ pomme, tu as juste acheté un droit d’écoute”, je lui réponds “interopérabilité”. Quand j’achète une voiture, je m’attends à ce qu’elle puisse rouler sur toutes les routes, et qu’elle puisse prendre de l’essence Total, Shell ou Divine (essence divine, haha).
  3. dimanche, Semi-marathon de Paris, ça va déchirer du muscle encore…
Ce contenu a été publié dans Informatique et Internet. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à "Laissez-nous chanteeeer […] Sous vos ailes d'acieeeer, oh laissez-nous chanteeeeer" (Gold, 1986)

  1. julient dit :

    On vit vraiment un drôle de monde… A force de nous prendre pour des voleurs, de rendre l’écoute difficile et pénible avec des contraintes techniques d’un autre temps, on va arrêter de l’acheter leur musique !
    Au moins je sais pourquoi je n’achète plus de disque, et ne télécharge plus de musique (même illégalement)…
    J’essaye de me mettre à la musique libre (Jamendo, etc), mais il y a vraiment à boire et à manger…
    Beurk

    Ps: toutes mes pensées pour ce semi !

  2. Docthib dit :

    Merci pour tes pensées, Julien, tu vois, j’ai survécu…
    Pour la musique, oui, c’est un vrai problème. Certains disques ne peuvent pas être écoutés sur ma vieille platine, à cause du copy-control.
    Seule solution : tout passer en MP3 et avoir une solution nomade.
    Avantages : s’affranchir des verrous ; éviter d’avoir des disques rayés (je suis bon pour racheter l’excellentissime Reptile d’Eric Clapton, et aussi Emilie Jolie…) ; on peut supprimer les morceaux qu’on n’aime pas.
    Inconvénients : prend du temps ; nécessite de trouver la bonne solution technologique (faut-il payer le prix fort en achetant un Ipod ?).

  3. Yann dit :

    Pour l’Ipod je ne pense pas. On trouve pour moins cher et plus libre des appareils de même facture, permettant de lire plus de format, dont le OGG (format libre).
    De plus la gestion actuelle des DRM par Apple (obligation au niveau matériel de lier Ipod à Itunes, Problème du transfert des morceaux I tunes sur d’autres supports) ne me semble pas satisfaisante.
    Quand à la qualité, mes à priori me font penser que les solutions nomades ont un son inférieur aux solutions fixes mais je ne demande qu’à être contredit.

  4. Docthib dit :

    Oui, Yann, arguments sensés, mais :
    – l’Ipod offre une solution de connexion à la chaine hifi (socle d’alim connectable à prise Aux)
    – l’Ipod a – je crois – une télécommande
    – l’Ipod peut embarquer du MP3 (donc permet de s’affranchir d’une dépendance, il est vrai contraignante, à Itunes)
    Ces trois critères ne sont pas l’apanage de ce baladeur, mais les autres (ex : disques durs Archos) n’offrent pas forcément la même ergonomie. Le sujet reste ouvert, clairement, je n’ai pas fait mon choix (et n’ai pas trop le temps d’investiguer pour l’instant).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.