Buzz – démarche de salubrité publique

J’ai le plaisir de vous annoncer la naissance du blog “Objectif zéro sale con”, qui sert de support au livre éponyme qui paraîtra en avril (lui même traduit depuis The no asshole rule, en cours de parution aux US). Pour avoir eu la primeur de quelques pages, et du plan, j’avoue que l’auteur m’a l’air documenté, pertinent, et entomologiste dans son approche 🙂
C’est mon éditeuse maudite (déjà citée plusieurs fois dans ce bleug) qui récidive, et qui s’attaque à un gisement quasi infini : les sales cons au travail. Le terme lui-même demande à être défini, et c’est ce qu’elle s’attellera à faire dans les prochains jours.
D’ici là (publicité gratuite), n’hésitez pas à la lester de quelques histoires d’enflures, de pète-sec, de crevures au boulot, elle est comme moi : dans un boulot tellement rêvé qu’on ne connaît pas ces basses contingences humaines, tout le monde est gentil chez nous…

Ce contenu a été publié dans Livres. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Buzz – démarche de salubrité publique

  1. Monsieur Jean dit :

    Alors, disons que nous sommes trois… chez moi, il n’y a que les horloges qui m’em… (à moins que ce ne soit les horlogers qui n’ont mis que 24 heures dans une journée). Ah, et aussi… euh… en fait non.

  2. Lili dit :

    Rhha, Doc, un blog-mur des lamentations, non merci!
    ça me rapelle trop les propos de la salle des profs (grands spécialistes des lamentations) ou de la cantine,
    z’avez pas quelquechose de plus réjouissant ?de moins politiquement correct?
    genre comment j’ai découvert que Josiane la secrétaire sous ses airs de sainte-nitouche ou Robert ( cadre sérieux et bon père de famille) était une bombe sexuelle …
    et puis c’est pas comme ça que vous z’allez construire un esprit d’équipe ???
    je préfère le regretté "le journal de Max" , premier blog de décompression au boulot (encore en ligne), beaucoup plus drôle et mieux écrit…

    Monsieur Jean , vous courez toujours aprés le temps?

  3. Docthib dit :

    @ Monsieur Jean : welcome back ! Et puis, la petite (toute petite) aiguille, elle trotte, elle trotte !

    @ Lili : merci pour le lien du Journal de Max, j’irai voir ça. C’est pas Spamplemousse qui vous avait bloquée (j’ai plus Spamplemousse), c’est SpamClear qui est tellement habitué à me voir classer les messages avec URL en “spam” qu’il tire plus vite que son ombre. Voilà qui est réparé, j’ai rééduquée SpamClear pour vous… 😉
    Pour les cons, moi je trouve ça bien. C’est pour moi la même démarche que pour les batanas : parler pour enfermer les soucis, échanger une connivence. De la même manière que je suis preneur d’une recette pour que les oeufs n’attachent pas au fond du soufflé, par exemple. Mais si voulez pas alimenter mon éditeuse, je vous avoue que je n’en mourrai pas… (et moi j’ai pas d’histoires à lui donner).

  4. Monsieur Jean dit :

    @ Lili : Au travail, dans ma grosse baleine blanche, oui. Mais, comme partout, parfois, on court sans savoir pourquoi*. Mais on court parce qu’on a toujours couru, voyez vous. Et dans le reste de ma vie, me direz vous ? Et bien, je ne sais pas. Mais sur mon ploug, c’est le temps qui me court après. [‘solé Doc, de vous squattez comme média – promis, je ne verrais pas de lettre ouverte chez vous, enfin, plus ! 😉 ]

    * Pas comme d’autres qui courent pour une vraie cause…

  5. Docthib dit :

    Monsieur Jean, étant donné que vous vous êtes auto-exclu de la blogosphère, il faut bien que quelqu’un vous héberge. Vous repassez quand vous voulez, et ne vous sentez pas obligé de parler du sujet du thibillet, on n’en est plus là 😉
    (Je me sens un peu comme “Le messager” entre Monsieur Jean et Mamzelle Lili…)

  6. Lili dit :

    Doc, j’adore "ne vous sentez pas obligé du sujet du thibillet" , 🙂
    et puis vous savez que vous zêtes pas mal en ami Ricoré (vous savez l’ami du thidéjeuner ?),
    hein, monsieur jena ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.