Le ciel est gris, on ne voit plus rien, il est temps d'éteindre les lumières…

Grâce au blog du bouchon, et à sa génitrice (du dit et de la dite), j’ai été informé de l’opération black-out. Certes, en ayant mes organes connectés à 200 blogs en permanence, je n’aurais pas pu ignorer ce phénomène : tous les blogs de BD en parlent.

Donc : ce soir, de 19h55 à 20h, vous faites comme moi, vous éteignez tout. Les lumières, les veilleuses. Après, dans le noir, vous faites ce que vous voulez, certains proposent de faire l’amour (ils sont nombreux, on est en France), d’autres se relient à l’actualité du jour (regardez le dessin et son animation…).
Certes, c’est pas 5 mn de consommation électrique en moins qui nous empêchera de mourir suite à la montée des eaux glaciaires (tiens, ça me rappelle une nouvelle de finance-fiction), mais c’est un geste.

Donc j’y vais de mon Dazibao et de mes réflexions sur le sujet.

Vous pouvez commencer par lire le billet de La grande Loulou, car elle est journaliste, intéressée aux choses scientifiques, et a la vocation de faire bien son métier. Un modèle de clarté (lumineuse, ouf ouf ouf !).

Vous pouvez aussi lire les contributions de Tristan Nitot, qui ne parle pas que de standards : un simple “4×4” tapé dans son champs de recherche donne quelques beaux billets (je ne sélectionne que les billets synthétiques, et en français) : citation du jour, Marketing viral et Chevrolet.

Tant qu’à faire, je peux parler de lui sans qu’on me taxe de proximité intéressée, car il s’est retiré de la campagne présidentielle : Nicolas Hulot soutient les 10 gestes quotidiens pour améliorer la situation. Par ailleurs, je ne sais pas si son pacte écologique , avec ses 10 objectifs et ses 5 propositions, suffisait pour un programme politique de président, mais c’est tout de même d’actualité, non ?

Mes réflexions sur le sujet :

  • encore une fois, tout passe par l’éducation. Tant qu’on ne sait pas qu’un TGV consomme 7 à 10 fois moins d’énergie qu’un avion, on n’a pas les moyens de choisir.
  • toute cette réflexion, notamment l’objectif n°1 du pacte écologique (“concevoir les produits industriels pour qu’ils durent, soient réparés ou recyclés afin de réduire les flux de matière, de déchets et d’énergie”) est totalement en phase avec le livre que je lis dans des lieux raffinés, Entrepreneur malgré moi d’Yvon Chouinard (fondateur de Patagonia, un gars qui a décrété que quand les vagues étaient bonnes, tous les employés avaient le droit d’aller surfer) et dont je vous ferai critique quand je l’aurai torché (hum hum…)
  • chaque geste compte. Chaque geste est une goutte d’eau, et l’océan est fait de gouttes d’eau.
  • mais il faut intégrer le temps passé à accomplir ces gestes, et raisonner en économie globale. Quelques exemples, je sens que vous pataugez :
    • Si je me positionne au niveau de mon nombril, je n’ai aucun intérêt à trier mes ordures ménagères : c’est fastidieux, quotidien, et ne me profite pas directement. C’est peut-être pour ça que 30% de gros baveux ne le font pas. Maintenant, je le fais, car je suis ordonné, citoyen, et que ça occupe mon vide existentiel. Ainsi, quand je vois des marguerites dans mon jardin, je les entends dire “merci, t’es le plus gentil”.
    • Remplir mon stylo-plume me donne régulièrement une grande satisfaction : j’adore écrire à la plume, je sais que je ne vais pas jeter des cartouches vides, je ne jette pas les stylos-bics (que j’utilise peu, et c’est tant mieux, je serais angoissé par La question). la contrepartie, c’est que je m’en fous souvent plein les doigts, alors qu’il serait si simple d’aller voler des stylos jetables et polluants au secrétariat. Mais je suis citoyen, et les feuilles de papier, ensemencées par ma plumes, accouchent de jolis mots Cadum.
    • N’utiliser que des piles rechargeables n’a que des avantages : moindre pollution, moindre coût.
    • Au boulot, nous recyclons les feuilles vomies par l’imprimante laser : dès qu’elles ne servent plus (c’est-à-dire après lecture), hop, on les place dans un bac, et les salariés diligents de mon école en font des blocs notes dont une face est blanche. C’est poilant, en plus d’être développement durable fashion, ça permet de ne pas s’ennuyer en réunion : on lit au dos ce que les autres ont imprimé. Ah les nains, qu’y sont cons ! (pardon)

Enfin, vous me connaissez, fallait bien que je parle de finance et d’argent. Derrière tout ça, y a des gros sous. Plein plein plein, voui. Et plein de bons sentiments, aussi.

  • Par exemple, les téléphones portables, ça se recycle, et ça donne du boulot aux gens d’Emmaüs. Un acte, deux gains.
  • Ou bien, dans un registre plus intéressé, les fonds d’investissement se spécialisent dans les énergies alternatives (biocarburant, éolien, solaire). Eh oui, quand y a du développement, y a de la croissance, donc de la rentabilité, ouéééé. Selon New Energy Finance, les transactions dans ces secteurs auraient atteint 100 milliards de dollars en 2006. Faire le bien en gagnant de l’argent, pas mal, non ? Un acte, deux gains. (source : Les Echos d’hier, p. 19).

Moi j’t’y dis, faut les tenir par le larfeuille, y a que comme ça que ça marche (on dirait du Audiard).

Bon, moi je vais pas tarder à éteindre, alors vite lu, vite fait, hop, éteignez tout ! (même la Tour Eiffel s’y mettra…)

Ce contenu a été publié dans Verts de terre. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Le ciel est gris, on ne voit plus rien, il est temps d'éteindre les lumières…

  1. Humm ! Pssitt ! Heu M’sieur ?
    Je suis journaliste, pas une encyclopédie vivante !
    Et en plus je n’y connais pas grand chose en énergie, ça fait trop longtemps que je n’ai pas couvert le secteur. Bref aux antipodes de l’experte supposée. De toute manière, par définition, un journaliste n’est expert en rien

    Je suis très gênée, là …

  2. Docthib dit :

    Hey, Loulou,
    tu te détends, tu fais une sieste de 15 min, et tu t’embêtes pas…
    Je te rendais hommage, en apportant ma contribution, mais ne te sens pas gênée. La vie est courte, et la calotte glaciaire fond… A bientôt, j’espère.
    Doc.

  3. Bibi dit :

    Pour ce qui des petits gestes que nous pouvons accomplir pour économiser l’énergie, je suis sidérée par l’illumination démentielle des pavillons privés pour les fêtes de Noël…
    C’est une mode qui prend une ampleur formidable dans les campagnes et ailleurs. Versailles. Bon d’accord, c’est la fête mais… M’enfin, si au moins, ils pensent à ne pas laisser leurs appareils en veille.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.