Magnolia Express – 1ère partie – # 10

Les loups et les hommes
 
Alors je suis rentrée avec ces deux livres et demi sous le bras, j’étais plutôt embêtée, j’aurais préféré acheter un livre et puis voilà. Quand je suis sortie de la librairie il souriait toujours gentiment, puis il s’est penché à nouveau vers l’étagère du bas.
 
Quelques blocs plus loin on voyait une devanture avec des étalages de fruits, je me suis acheté une pomme verte et une pomme rouge, et je me suis assise sur un banc à côté. Il y avait juste un petit souffle de vent, et on entendait un peu de musique dans une maison en face, là où un rideau bleu ciel bougeait doucement à une fenêtre. J’ai croqué dans la pomme verte en ouvrant le premier livre et j’ai commencé à lire, dans ces cas-là on ne sait pas du tout ce que ça va être, et puis après on ne se souvient plus de rien, on se laisse juste entraîner, il y a des livres bien, et puis il y a les autres, jusqu’à la dernière page on attend ou on espère.
Le livre s’intitulait “Les loups et les hommes” (j’aime bien les loups) et il commençait comme ça : “Dans un système écologique, les prédateurs ne peuvent jamais être plus nombreux que leurs proies, sous peine de mourir de faim rapidement. La régulation cyclique des espèces (un être naissant prend la place d’un être mort) assure la survie harmonieuse de chaque groupe : dès qu’un point d’équilibre est rompu entre prédateurs et proies, on assiste à un mécanisme de régulation. L’une des espèces se développe jusqu’à un nouveau seuil d’équilibre, ou bien se réduit, faute de nourriture. L’observation d’une pyramide alimentaire permet de comprendre qu’il existe un équilibre naturel entre chasseurs et proies”.
En fait, je devais m’en apercevoir, ça n’était pas un livre sur les loups, enfin pas ceux auxquels je pensais.

Creative Commons License
Roman, publié progressivement, sous un contrat Creative Commons. Et aussi sous licence Touchatougiciel.

Ce contenu a été publié dans Romano, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Magnolia Express – 1ère partie – # 10

  1. linca dit :

    Pourquoi parler d’équilibre dans les systèmes proie-prédateurs quand une modélisation mathématique simple de ce type de systèmes montre que justement ce sont des systèmes souvent chaotiques, et donc sans point d’équilibres, et avec des niveaux de population de proies et prédateurs variant fortement et rapidement?

  2. Docthib dit :

    D’abord, il faudrait en parler à l’auteur du livre “Les loups et les hommes”. Ensuite, vous avez peut-être oublié un paramètre : quand le prédateur devient proie, et vice-versa, bref, quand, d’un monde binaire (tu es blanc, je suis noir), on passe à un monde de potentialités (je sais qui je suis à cette seconde – et encore – mais qui sait qui je serai demain ?). La suite nous le dira peut-être. Ou pas 🙂
    Merci en tout cas pour votre contribution, qui prouve que j’ai des lecteurs attentifs (et cultivés).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.