Fulgurance

En écoutant des B.O. de films, notamment de westerns, notamment “Eldorado” :

Cyrano de Bergerac au siège d’Arras, c’est un peu John Wayne (et Richard Widmark) au siège d’Alamo. Certes, pour le premier, on pourrait dire qu’on lui a forcé la main (“vous aurez la bonté de vous faire tuer”), mais ce diable d’homme de Cyrano aurait refusé si cela avait été contraire à son sens de l’honneur. Dans les deux cas, il s’agit de cela : “les caves parlent d’un cas de conscience, nous on dit : un point d’honneur” (Pascal, dans Les Tontons Flingueurs). Voilà, ces hommes admirables se font tuer (ou blesser) à cause d’un point d’honneur. Ou est-ce à cause de ce point d’honneur qu’ils sont admirables ?

Je retourne à mon Souvaroff de steak haché. (mais bon sang, il faut que j’apprenne à peler les tomates, ça gche tout, ces petites peaux).

Ce contenu a été publié dans Réflexions, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Fulgurance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.