Lithiase – Saskatchewan

Tel le saumon migrateur
Je remonte le courant de mes e-mails
Revenant aux origines de mon existence numérique
J’exhume dans le limon glacé
Des traces de mon passé
J’entends enfin les échos de voix qui me réclamaient
Qui ne font plus que chuchoter
Au fond du torrent.

« A chaque vague qui le ramenait doucement vers la côte, il opposait un coup de rames têtu. »
Laurent Gaudé, Eldorado, Actes Sud, 2006, p. 145.

Ce contenu a été publié dans Caillou, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Lithiase – Saskatchewan

  1. Monsieur Jean dit :

    J’avais oublié cette théorie de la gestion actif-passif des mails. J’ai aussi oublié de trier/ranger/répondre depuis un bout de temps. Vous me feriez une restructuration de dette en bonne forme (et en dollars, histoire de profiter en plus de la glissade et même de la baisse des taux des Fed funds…), avec réchelonnement et clauses de rendez-vous… ?

  2. Monsieur Jean dit :

    Mmmm… moui, désolé… ces digressions financières sont toutes aussi froides que vos excursions canadiennes – en moins dépaysantes.

  3. Docthib dit :

    Hello Monsieur Jean, il y aurait en effet beaucoup à dire sur le “découvert” abyssal que créent les mails entrants, avec ce paradoxe, plus j’ai de mails, plus je suis en découvert. Après, passer aux taux variables ou changer de monnaie, oulala. Ou alors, des dollars canadiens 😉

  4. Christian dit :

    Moue dubitative devant la citation de Laurent Gaudé.
    Comme tous les gogos, j’avais acheté le prix Goncourt, le soleil des Scorta, et j’en étais revenu, pour rester poli, plus que déçu.
    Beaucoup de clichés, de scénographie empruntée au cinéma, et une trame des plus convenues.

  5. Docthib dit :

    OK, Christian, je ne l’ai pas lu, je suis dans Eldorado. Pour l’instant, je ne serais pas aussi dur. Critique dans quelques jours, j’espère.

  6. Christian dit :

    J’adore ce nom plein de promesse, de renoncement et de promesses renouvelés, un peu comme un … Eldorado : Saskatchewan

    (Si j’étais cynique, je dirais que ça ferait un super nom de marque de vêtements polaires, mais je ne suis pas cynique, j’use peut-être un peu trop de la litote, certes).

  7. Docthib dit :

    Christian, j’a un autre nom qui peut faire rêver, et qui vend des vêtements polaires : Patagonia. Fondateur, un certain Yvon Chouinard, auteur de “entrepreneur malgré moi” (critique à venir). La boucle est bouclée…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.