Essayage

Etonnant comme les femmes, qui savent pourtant ce qu’elles veulent, peuvent être crédules devant une vendeuse. Une bonne vendeuse ne manquant jamais d’imagination quand il s’agit d’argumenter, disant tout et son contraire, le principal étant d’être d’accord avec la cliente. “Il peut se laver à 180° ce body ?” “Oui oui sans problème, il ne rétrécit pas, il s’agrandit même un peu”.
Et une question abyssale : quand, en sortant de la cabine d’essayage, une femme vient se regarder dans une glace, elle a souvent un regard… un peu lointain… ou au contraire en dedans. Que voit-elle exactement ?

Ce contenu a été publié dans Fonds de miroir, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Essayage

  1. CaLilypige dit :

    Euh..Doc, m’enfin !personnellement je ne sors pas de la cabine d’essayage en body !
    quant au regard lointain c’est pour ne pas voir la peau d’orange (ben oui quoi!) parce que les lumières des magasins sont sans pitiè, et que les magazines sont sans pitiè et que les hommes sont sans pitiè!
    Arrghh, le monde est cruel!

  2. Docthib dit :

    Ah, voilà, c’est la faute des hommes et des oranges.
    ça m’intrigue, ce regard sévère, impérieux, scrutateur, dont l’exigence a l’air d’être entièrement tournée vers des problèmes graves : "est-ce que je suis bien comme ça ? est-ce que ça ira avec mes bas à fleurs dorées ? est-ce que ça se lave en machine ? est-ce que je peux me le payer ?"

  3. Lulu dit :

    Et les femmes rêveuses alors … Oui, oui ça n’existe vraiment.
    En général, elles entrent un peu par hasard, attirées par un joli pull, quelques couleurs chatoyantes, le sourire d’une vendeuse (c’est un peu exagéré mais en imaginant qu’elle soit très rêveuse, c’est tout à fait plausible).
    Alors commence la phase "elle chine", insouciante, juste pour se faire une idée. Bien sûr qu’elle ne sait pas ce qu’elle veut. Puis elle écrit pas loin de 12 scripts de scènes fascinantes (n’insistez pas je ne donnerai aucun détail!) en "se" regardant dans le miroir. N’omettons pas l’épisode des oranges, tout de même… Et les scripts, c’est peut-être bien à cause d’un homme, mais tout ne tourne pas autour d’eux :o)
    Et voilà, sa vie a pris un nouvel élan, inspirée, elle prend le body plutôt que le pull de la vitrine. Allez savoir pourquoi ?
    Et puis sort de sa bulle pour reprendre le métro, son vélo … Arghh, elle a un gateau dans le four !

    PS : les chinois ne s’offusquent-ils pas que nous chinions … aux puces ?

  4. Docthib dit :

    @ Lulu : merci pour cet aperçu dans la psyché féminine, que dis-je, félinine, que dis-je, fellinienne. Ah non ? Ah bon !
    Un gteau au four ? Dites, ho, elle est rêveuse, la rêveuse : la minuterie, c’est pas fait pour Bocuse…
    Et un bteau qui mouille en Mer de Chine, jette-t-il l’encre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.