Le lièvre antique et la tortue amnésique

Préambule ô combien approprié

Conversation ce soir avec mon fils, au sujet de son épreuve sportive de l’année (courir 7 minutes d’affilée) :
– Dis donc, c’est super que tu aies couru 7 minutes !
(il ne réagit pas)
– Et moi, est-ce que tu sais combien de temps j’ai couru, hier ?
– Non, combien ?
– J’ai couru 1 heure et 58 minutes !
– … et combien de secondes ?
– ?! Euh, 20 secondes…
– Ha ! C’est rien du tout ! Moi je peux compter jusqu’à 20 !

Je vais donc vous parler de mes 20 secondes d’hier.

(la ligne rouge représente la vitesse que j’aurais dû maintenir sur toute la distance pour faire péter un chrono à 1h 50′)

La course s’est passée dans la vitesse (au début) puis l’essoufflement (très vite) puis l’allure de croisière, confiante et concentrée, avant la chute de performance à partir du KM 13.
L’impression de voir un compte-tours dont l’aiguille tombe, et on a beau se dire “il faut que j’accélère, que je remette la gomme”, les jambes ne répondent plus, et il ne s’agit plus que de mouliner des mollets avec ce qui reste d’énergie et de motivation.

Malgré la liste des avanies que nous avons subies (en rigolant pas mal), c’est-à-dire :
– un trajet en voiture avec multiples plantages, qu’un poivrot en zigzaguant il aurait fait moins de distance
– la présence d’un membre satanique, tentateur et sulfureux, aux assauts empressés duquel j’ai dû résister de toute ma candeur et ma probité, moi qui ne connais pas le mal (le mle non plus)
– une virée nocturne dans Amsterdam où on a marché pendant des vingtaines d’heures (au moins) en observant des mannequins dans des vitrines, bien mieux qu’au musée Grévin, ce sont des figurines animées (et dénudées), pour un peu, on jurerait qu’elles sont vraies
– un départ des courses depuis le stade situé en périphérie, mais aucun tramway ne marche le dimanche, c’est pratique…
– une pelade que rarement on a pelé comme ça, d’abord en attendant de voir passer les marathoniens, puis de les voir repasser, dans un vent coulis glacial, puis le deshabillage sur le trottoir, brrrr, mon épiderme de délicat bébé se garnissant de givre
– un accéléromètre dont j’avais oublié de vérifier la pile, et qui m’a lché 1mn avant le départ. L’accéléromètre, c’est ce qui me permet de vérifier que je cours à la bonne vitesse, régulière, ni trop élevée, ni trop lente. Je me suis dit “ça fait rien, on va le faire comme un trappeur du Saskatchewan, tous les kilomètres je vérifierai mon temps, et j’ajusterai à chaque borne kilométrique”. Las,
– les bornes kilométriques étaient au ras du sol, donc je n’ai vu que le KM 5, puis le KM 10. Un peu difficile de s’ajuster, quand on n’a que 2 points de référence sur la première moitié du parcours

Le pire arrive.
J’ai passé la première moitié de la course à une vitesse qui aurait dû me permettre de finir en 1h45, mais les présomptueux oublient toujours qu’après la première moitié, il y a une deuxième moitié. Au KM 17, j’étais plutôt calé sur 1h50. Au final, j’ai fait 1h 58′ 20″.
Et tout le monde de me féliciter, moi le premier me disant “allez, j’ai un peu cramé des muscles au début, mais bon, nouveau record personnel, je passe sous les 2h”.
Jusqu’à ce que, ce soir, je revienne à mon compte-rendu du semi-marathon de Paris, il y a 6 mois. Et que je me rende compte qu’il y a 6 mois, j’ai fait 1h 56′ 53″, presque 2mn de mieux que ma performance d’hier.
Je me sens vieux.
Je hais mon blog.
Je hais ma mémoire à trous et mon optimisme inoxydable.
Je vais me coucher comme une serpillière moisie.

Ce contenu a été publié dans Courir. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Le lièvre antique et la tortue amnésique

  1. julient dit :

    C’est pas (que) pour te remonter le moral, mais c’est plutôt une bonne performance. Je m’entraîne moins que toi, mais depuis que je cours sur des tapis, j’ai une meilleure notion du kilomètre heure. Alors quand je vois au bout de 20 minutes à 12 km/h dont une pointe à 14 pendant 5 minutes comment je suis content que le chrono s’arrête et que le tapis ralentisse, je me dis que courir plus d’1h50 à 11 km/h, c’est bien joli !

    Va falloir que je m’entraîne encore un peu et la prochaine fois je t’accompagne

  2. Lili dit :

    Bon alors, Doc,vous reprendrez bien un petit (20 KMS) Marseille-Cassis le 29 Octobre ?:)

  3. Une serpillière moisie ?! Tu en as de ces références.
    ELLE est d’accord pour dormir à côté d’une serpillière moisie ?

  4. Yann dit :

    Mes félicitations!
    Faut pas être si pessimiste, dans un environnement inconnu, après un long trajet c’et sans doute une meilleure performance; et ce n’est pas à un prof de finance qu’on va apprendre à pondérer une performance non de non.

  5. Docthib dit :

    @ Julient : je te prends au mot. La prochaine fois, c’est avril. Bon entraînement, hinhin.

    @ Lili : quand je marche, j’ai les articulations qui font crouic-crouic, ça m’étonnerait que je me sois transformé en Steve Austin d’ici fin octobre, allez, ce sera pour une autre fois…

    @ la Grande Loulou : ELLE n’est pas là pour sentir le moisi.

    @ Yann : oui, bien sûr, aujourd’hui je relativise, mais hier, après avoir dit pendant 24h que c’était ma meilleure performance, de m’être rendu compte que c’était faux, ça m’a achevé… Aujourd’hui est un autre jour, la preuve : on est déjà demain depuis 9 minutes.

  6. culture dit :

    je te remercie Docthi pour cette imagev 🙂 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.