Le VirtualCAC 40 au-dessus des 12 000 points

Cela a commencé par un article que j’ai vu dans l’Ordinateur Individuel (n° 185, juillet-août 2006, p. 62). Consacré au jeux en ligne, cet article parle des transactions qui ont lieu sur E-Bay pour acheter des personnages de jeux de rôle. L’idée est la suivante : vous voulez jouer à World of Warcraft, mais ça vous embête de passer 100 heures (soit 5 jours) devant l’ordinateur pour faire progresser votre personnage, qui a démarré comme tout le monde, c’est-à-dire débutant. Plutôt que de vous abîmer les yeux, vous décidez alors d’écorner votre porte-monnaie, et d’acheter cet avatar sur E-Bay, où il est vendu par des professionnels de la gonflette de personnages. Pour quelques centaines d’euros (ce n’est rien, rapporté au temps “économisé” !), vous voilà nanti d’un colosse résistant aux sorts, capable de faire le salto arrière, et dotée d’une hache d’abordage hachement abordable. L’Ordinateur Individuel (OI) mentionne par exemple un Paladin qui coûte 800 euros sur E-Bay, ça fait cher l’électron téléchargé, et ça rend rêveur.
Passons à plus difficile.
Vous pouvez aussi acheter des pièces d’or. Non, pas des vraies, des virtuelles. Et à quoi ça sert, me demanderez-vous ? Ben voyons, à acheter une nuisette à votre Paladin, un casque lourd pour votre elfe ou une carriole 4 chevaux pour transbahuter votre princesse magicienne. La cotation change tous les jours, mais en juillet-août, et toujours d’après l’OI, 1 000 pièces d’or pour le jeu World of Warcraft (WoW) coûtent 146,32 euros sur E-Bay. Certes, ça ne vous servira que dans le jeu, mais franchement, une pièce d’or à 15 centimes d’euro, c’est donné. Vous avez tout de suite vu l’inconvénient majeur de ce type de transaction, car vous êtes diablement subtil(e)s : eh oui, c’est que le cours de l’or fluctue ! Par exemple, à l’heure tardive où je vous parle, 1 000 pièces d’or se vendent à moins de 49 €, ça fait 5 centimes la pièce, ou encore, -66% depuis août ! Bon sang, mieux vaut jouer en Bourse, on s’évite des coups de sang comme celui-là… Pour ceux que ça intéresse néanmoins, la bourse aux pièces d’or est par exemple .

De plous en plous difficile.

Sur le Blog de Nicolas Guyon, j’apprends que dans le jeu Second Life, on peut acheter des terrains (virtuels) avec des dollars (réels). Et Nicolas de  jouer le candide : cela vaut-il la peine d’acheter maintenant ? Les prix vont-ils monter ? Ma réponse : Nico, si tu penses que le RER virtuel va arriver pas loin de ton terrain virtuel, achète à mort, truste tout le quartier, et tu feras 10 fois la culbute (= tu auras 10 fois plus d’électrons).

De plous en plous débile.

Avant, quand on achetait un jeu vidéo de course de voitures, on avait les parcours, les voitures, il suffisait d’acheter une manette de jeu, et encore, ceux qui ont connu l’époque de la disquette souple de 5″1/4 faisaient tout au clavier, car à l’époque, on était des Hommes. Aujourd’hui, quand vous achetez un jeu vidéo de course de voitures (merci à Totalement Crétins pour le lien), vous avez juste quelques parcours défoncés, quelques épaves à faire rouler, et le reste, c’est en sus : achetez la voiture de vos rêves, payez vous le circuit de Monza ou d’Indianapolis, tant que vous avez de l’argent, vous pouvez vous faire plaisir. J’adore le passage sur la sortie de voitures (virtuelles) en série limitée.
Imaginez donc : ça va être le paradis de la contrefaçon. Là où seuls les gogos auront payé 2 euros pour une Ferrari Testarossa, les petits malins achèteront pour 0,20 euros une carosserie de Ferrari virtuelle montée sur un chassis virtuel de 2 CV virtuelle. Des hommes politiques virtuels qui habiteront dans le centre d’une ville virtuelle (les salauds ! ils savaient pour le RER !) essaieront de légiférer sur la contrefaçon, tandis que les contre-facteurs (une élite de la Poste) bricoleront à toute vitesse des Présidents de la République clonés, et tout cela passera à la télé virtuelle. J’en frémis d’impatience, ça nous changera…

Ce contenu a été publié dans Informatique et Internet, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Le VirtualCAC 40 au-dessus des 12 000 points

  1. camille dit :

    j’halluschtroumfe…

  2. Yann dit :

    La Chine est un des acteurs majeurs du farming.

    http://www.liberation.fr/transve...

  3. julient dit :

    Je crois que le questionnement de nico n’est pas si absurde. Il y a, d’après le Monde 2 de début juillet, des centaines de personnes qui gagnent plus de 20 000 $ par an grce au jeu. Et certain, notamment dans l’immobilier, beaucoup plus.

    Cela dit, tout ça est vrai jusqu’à la sortie de the next big thing…

    Au fait, pour les avatars de WoW, il y a moins cher qu’ebay. Parait-il que des petits chinois te font ça beaucoup moins cher…

  4. Lili dit :

    MMORPGhh! alors!
    selon edward castronova,specialiste des jeux virtuels (et économiste) un joueur moyen passe 8000h pour développer son avatar…le temps c’est de l’argent ,je te vends mon temps ,donne moi ton argent..
    mais nous vivons une époque formidable et rien n’arrêtant l’imagination de l’homo economicus…Selon toujours Edward Castronova, tout cela n’est qu’un début. Nous en sommes aux prémisses d’un développement potentiellement gigantesque. La prochaine génération de mondes virtuels devrait brouiller un peu plus la frontière entre jeu et réalité. Ils devraient héberger par exemple des magasins en ligne tenus par des avatars qui vendraient des objets virtuels aussi bien que réels .

    Project Entropia qui ne compte pas moins de 260 000 inscrits permet tout simplement à un joueur muni d’une carte bancaire de convertir de l’argent réel en monnaie du jeu et vice versa. Le jeu possède ainsi sa propre monnaie, les PED (Project Entropia Dollars) et leur taux de change, 1 dollar pour 10 PED. Il s’agit littéralement d’une économie parallèle dont les volumes d’échanges dépassent la centaine de millions de dollars par mois . C’est sur ce site qu’un Australien, David Storey, thésard en informatique, a acheté une île virtuelle au prix bien réel de 20 mille euros . Un achat qui a défrayé la chronique. Interviewé sur 01net.com, cet homme prouve en fait que son acte est loin d’être insensé ; il pourrait même lui permettre de réaliser une bonne affaire en revendant son île parcelle après parcelle, après quelques aménagements divers .

    Si on créait une guilde de spéculateurs ? VOus avez un plan?

  5. Lili dit :

    Ah, ben mmorpg alors!
    Selon Edward Castronova,spécialiste des jeux virtuels et économiste tout cela n’est qu’un début. Nous en sommes aux prémisses d’un développement potentiellement gigantesque. La prochaine génération de mondes virtuels devrait brouiller un peu plus la frontière entre jeu et réalité. Ils devraient héberger par exemple des magasins en ligne tenus par des avatars qui vendraient des objets virtuels aussi bien que réels .(et en plus pas de revendication syndicale !)
    Un autre mmorpg, Project Entropia qui ne compte pas moins de 260 000 inscrits permet tout simplement à un joueur muni d’une carte bancaire de convertir de l’argent réel en monnaie du jeu et vice versa. Le jeu possède ainsi sa propre monnaie, les PED (Project Entropia Dollars) et leur taux de change, 1 dollar pour 10 PED. Il s’agit littéralement d’une économie parallèle dont les volumes d’échanges dépassent la centaine de millions de dollars par mois . C’est sur ce site qu’un Australien, David Storey, thésard en informatique, a acheté une île virtuelle au prix bien réel de 20 mille euros (2, 18). Un achat qui a défrayé la chronique. Interviewé sur 01net.com, cet homme prouve en fait que son acte est loin d’être insensé ; il pourrait même lui permettre de réaliser une bonne affaire en revendant son île parcelle après parcelle, après quelques aménagements divers .

    On vit une époque formidable!

    et si on créait une guilde de spéculateurs ? Doc , quelques conseils?

  6. Lili dit :

    Désolée doc, j’avais pas vu que les commentaires étaient z’a présent modérés!
    (lutte anti-spam oblige)
    bref vous pouvez supprimer le surnuméraire!

  7. Lili dit :

    (je disais donc aprés trois ratages)
    mmorpg alors!

    Selon Edward Castronova,économiste et spécialiste des jeux virtuels, il faut 8000 heures à un joueur moyen pour développer un avatar élévé en plein air, d’ou la naissance de ces fermiers d’un nouveau type !
    toujours selon Edward C.,tout cela n’est qu’un début. ce ne seraient que les prémisses d’un développement potentiellement gigantesque. La prochaine génération de mondes virtuels devrait brouiller un peu plus la frontière entre jeu et réalité. Ils devraient héberger par exemple des magasins en ligne tenus par des avatars qui vendraient des objets virtuels aussi bien que réels .

    D’autres mmorpg comme Project Entropia qui ne compte pas moins de 260 000 inscrits permet tout simplement à un joueur muni d’une carte bancaire de convertir de l’argent réel en monnaie du jeu et vice versa.
    Le jeu possède ainsi sa propre monnaie, les PED (Project Entropia Dollars) et leur taux de change, 1 dollar pour 10 PED.
    Il s’agit littéralement d’une économie parallèle dont les volumes d’échanges dépassent la centaine de millions de dollars par mois .
    (C’est sur ce site qu’un Australien, David Storey, thésard en informatique, a acheté une île virtuelle au prix bien réel de 20 mille euros . Un achat qui a défrayé la chronique. Interviewé sur 01net.com, cet homme prouve en fait que son acte est loin d’être insensé ; il pourrait même lui permettre de réaliser une bonne affaire en revendant son île parcelle après parcelle, après quelques aménagements divers …what a beautiful world!
    et si on créait une guilde de spéculateurs histoire de faire sauter ce e-paradis?

  8. Lili dit :

    En fait les mmorpg,lire mondes continus,dixit edward castronova, constituent une économie parallèle dont les volumes d’échanges dépassent la centaine de millions de dollars par mois .

    D’autres jeux comme ,Project Entropia , possède sa propre monnaie, les PED (Project Entropia Dollars) et leur taux de change, 1 dollar pour 10 PED. C’est sur ce site qu’un Australien, David Storey, thésard en informatique, a acheté une île virtuelle au prix bien réel de 20 mille euros .
    en fait que cet achat est loin d’être insensé ; il pourrait même lui permettre de réaliser une bonne affaire en revendant son île parcelle après parcelle,

    (pour les hommes politiques, il y a belle lurette qu’a cours la monnaie de singe)

  9. Docthib dit :

    @ Lili(s) : non, je ne supprime pas, moi j’aime bien le surnuméraire (peut-être même plus que le numéraire), j’ai l’impression d’avoir 112 000 lecteurs. Pour un peu, ça me ferait monter d’un niveau dans le jeu de rôle de la vie.

  10. Yann dit :

    Félicitations, en réussissant le quête de Surnuméria et en détruisant l’infame Lilia et ses orques poilus (en fantaisy tous les noms finissent par a et les orques sont poilus), vous venez de passer mage élémentaire +10.
    Vos nouvelles capacité comprennent: Résistance ultime à l’haleine des gueux du premier rang les vendredi matin, +20 en diplomatie pour vos missions au sein d’ESCPia (aka ESMa le campus multiple de la terre du milieu et d’en haut à gauche, à droite et en bas à droite), capacités lingustiques en BreleyMeyersa (méthode Assimila +100)

  11. nerik dit :

    Ca y est l’informatique commence à me plaire….

  12. Docthib dit :

    @ Yann : c’est bien, c’est la preuve que tu suis. (rha, avoir des lecteurs assidus, Dieu me tripote, comme disait Desproges). Je voulais juste apporter une précision : l’haleine des premiers rangs ne m’a jamais gêné. En revanche, une fois, j’ai dû ouvrir les portes à cause d’une flatulence étudiante mal contrôlée. Le plus beau métier du monde…

    @ Nerik : tiens, t’es encore vivant, esclave du capital ? Si tu reviens plus souvent, Yann et moi, on t’initiera à Linux, et là, ma mère, l’informatique tu la verras plus jamais comment avant, ma parole !

  13. Lili dit :

    Bon mais là il faudrait bien s"étendre!
    le nombre de caractères des comms est-il limité? et si oui, combien?
    j’exprime ici ma colère et mon courroux coucou!
    (pour les fidèles du Tribunal des flagrants délires,mais vous tétiez encore votre mère?)

    @yann, vous avez oublié un "s" à capacités…faut bien justifier ma réputation d’infame,
    pourquoi spécialement le vendredi matin, le jeudi c’est mieux?

  14. Docthib dit :

    @ Lili : je suis toujours d’accord pour qu’on s’étende…
    A ma connaissance, il n’y a pas de limite en terme de nombre de caractères, cf. le commentaire de Benjamin, qui bat des records. L’antispam réagit à deux choses : les listes noires, les mots spam. Comme vous n’êtes pas sur une liste noire – puisque vous arrivez à poster de temps en temps – ça doit être que, comme d’autres blogueilleteurs qui commentent, de temps en temps vous glissez un mot spam sans vous en rendre compte. Ex : Nerik se faisait régulièrement bloquer dès qu’il parlait de poker. Excellent le Desproges, je n’écoutais pas à l’époque, mais j’étais contemporain. Et à cette époque, je ne têtais plus ma mère, j’en suis totalement sûr.
    Je pense que ce que Yann voulait dire, c’est que si les étudiants ne se brossent les dents que le week-end, c’est vrai que le vendredi, ça commence à fouetter.

  15. julient dit :

    D’autant que le vendredi est le lendemain du jeudi, ce qui en termes d’étudiants signifie lendemain de taule à HEC, ce qui, à moins d’un gratte langue, signifie haleine pas top…

    Pour d’autres, c’est plus structurel et je suis sûr que certains connaissent très bien cette sensation de pleupler 😉

  16. Docthib dit :

    Y m’énerve… J’ai encore pleupé hier, pffff.

  17. Yann dit :

    @ Lili, le rédacteur de fantasy fait souvent des fautes dans le texte, ça donne une air mal dégrossi et le fan de fantasy aime le mal dégrossi. Conan le Barbare, Gimli le nain, Farrugia (chercher l’erreur). Le FF est aussi d’une mauvaise foi sans nom. 🙂

    @Docthib, pour la réponse chercher chez Julient T; si la théorie est vrai vos classes sont plus vides le jeudi et le rang du fond possède encore plus d’être hirsute et mal rasé.

    @Julient T: Tout juste, on voit les expériences partagées…

  18. Lili dit :

    Capitaine ,ô capitaine , c’est votre cercle des poètes disparus ou quoi ?
    mais qu’est ce qu’ils foutent au lieu de bosser?:-)

    @yann, l’intrus c’est farrugia le connard?

  19. Docthib dit :

    @ Lili : non, ça n’est pas mon cercle des poètes disparus, ce sont des anciens étudiants virtuels, que j’ai achetés sur EBay, et qui occupent un espace cyber d’où je les rémunère en Project Entropia Dollars. Franchement, s’ils n’étaient pas payés, pourquoi est-ce qu’ils viendraient traîner leurs guêtres de gobelins poilus (oui Yann, les gobelins aussi, ça se poile) dans mon castel ?

  20. Yann dit :

    Bon puisqu’on parle jeux video. Il est impératif que vous lisiez ça, c’est un ordre:

    wii.nintendo.com/iwata_as…

    Une série d’entretien autour du développement de la nouvelle console nintendo: passionnant sur les thèmes du design, de l’innovation, de l’organisation………
    de tout en fait

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.