Livre (re) lu – Charles Bukowski : Hollywood, et un poil de Bourse

Je lisais Hollywood, de Charles Bukowski (Livre de poche n° 9597) en parallèle du Golem de Gustav Meyrinck, et au-delà de la satyre – vécue – du milieu hollywoodien (on croise Jean-Luc Godard, Sean Penn, Werner Herzog, Mickey Rourke, Faye Dunaway “le dernière des grandes stars”), j’en ai glné quelques citations qui m’amusent, ou entrent en résonance avec des thèmes de finance :

A un fiscaliste, qui lui explique comment défiscaliser ses revenus (acheter une voiture, se transformer en société, nommer un conseil d’administration, etc.)

Quelle horreur ! Ecoutez, j’ai l’impression que c’est des conneries. Je ferais peut-être mieux de continuer à payer mes impôts. Je ne tiens pas à ce qu’on m’emmerde. Je ne veux pas qu’un inspecteur des impôts vienne frapper à ma porte en pleine nuit. je suis même prêt à payer plus pour être sûr qu’on me foute la paix.
Charles Bukowski, Hollywood, Livre de poche n° 9597, p. 55.

J’adore ce travers humain bien compréhensible qui dit “je suis prêt à payer un supplément pour obtenir ma tranquilité d’esprit”.

A propos des courses de chevaux (mais les marchés boursiers ne sont pas loin)

A être trop gourmand, on commet des erreurs dans la mesure où sont en jeu des sommes importantes qui risquent d’affecter le processus de pensée. […] Vous comprenez, on est assis et on entend tous ces gens raconter qui va gagner et pourquoi. C’est à vous rendre malade. Des fois, vous avez l’impression d’être dans une maison de fous. Et d’une certaine manière, vous y êtes. Chacun de ces frappés s’imagine en savoir plus que les autres frappés, et ils se trouvent tous réunis dans le même endroit. Et moi j’étais là, avec eux.
Charles Bukowski, Hollywood, Livre de poche n° 9597, p. 237.

A propos de la Bourse, un chroniqueur sur Yahoo Finance (info glnée sur FinanceProfessor) rappelle ce que tous les chercheurs et les profs de finance savent déjà depuis longtemps :

  1. Passer du temps à choisir ses actions (stock picking) est une stratégie perdante, comparée à l’achat d’un portefeuille indexé sur l’indice boursier (indexing) ;
  2. Confier ses fonds à un gestionnaire, un fonds d’investissement, une Sicav ou un FCP est une stratégie perdante, pour la raison 1., et parce que la performance de ce fonds est amputée des frais salaires et commissions que le fonds doit payer ;
  3. Acheter un portefeuille automatiquement indexé, par exemple par le biais d’un tracker (thibillet ici), permet de réaliser exactement la performance du marché boursier. Pas plus, mais pas moins…

Mais ce que ce chroniqueur ajoute, c’est une quantification de la sous-performance. Sur les 35 années de 1971 à 1994, les fonds gérés ont sous-performé le marché de 0,87% à 1,05% par an. Ce qui donne -26% à -31% sur 35 ans, ou -8% à -10% sur 10 ans. Ceux qui m’ont suivi jusqu’ici diront : “oui, mais c’est une sous-performance en moyenne, il y a certains fonds qui ont sur-performé le marché”. Réponse : oui, mais il n’y a pas de persistance historique (le meilleur de 1994-1996 n’est pas le meilleur de 1997-1999) et on ne peut connaître “les bons” qu’après coup.
Bref, achetez des trackers et allez dormir, vous gagnerez plus d’argent. Vous pourrez alors me payer une bonne bouteille de Margaux.

Ce contenu a été publié dans Livres, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Livre (re) lu – Charles Bukowski : Hollywood, et un poil de Bourse

  1. Gekko dit :

    Tout cela est valable sur du long (voire très long) terme.
    Encore faut-il choisir les bons trackers.

  2. Docthib dit :

    @ Gekko : tout dépend de la définition de long (voire très long) terme. Pour moi, investir en actions en Bourse ne devrait pas être fait à un horizon de moins de 5 ans. Certes, on connaît tous les histoires des day traders qui achètent à 9h pour revendre à 11h, mais ceux-ci oublient toujours de nous parler de leurs frais de transactions.
    Quant aux “bons” trackers (y en a-t-il de mauvais ?), ils doivent être diversifiés géographiquement, j’en donnais la source dans la page séminale citée dans ce thibillet.

  3. Nerik dit :

    No way. Gonna beat them all.

  4. Yves Duel dit :

    L’autre solution est de boire le Margaux dès maintenant en votre compagnie : ce qui est certainement plus enrichissant à court, moyen ou long terme.

    (cque ça doit être chiant d’avoir de l’argent à placer ! que de soucis !)

  5. Docthib dit :

    Cher Yves, c’est une excellente idée. En effet, pourquoi remettre à demain, etc. Cela dit, certains agents économiques ont une préférence pour la consommation immédiate, d’autres pour l’épargne. Donc il faut aussi parler pour ceux qui souhaitent placer, et justement, leur enlever ce souci du crne. Allez, à la bonne vôtre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.