Novela – Clash boursier

24 décembre 2019, 19h40, je suis au boulot. Cela pourrait être une semaine plutôt calme, les marchés sont peu liquides, mais je dois peaufiner ma formation aux jeunes traders. L’Instance de Marché m’a transmis ses desiderata, il faut donner une “perspective historique” à la présentation de notre système financier. Je t’en foutrai, de la perspective historique, il vaudrait mieux dire aux jeunes de s’acheter des chaussons de plongée en néoprène, ça leur évitera de se cailler les doigts de pieds à longueur de journée, et ça leur servira plus que des souvenirs poussiéreux sur nos ancêtres financiers. Bon, j’ai un peu de temps avant de diffuser le flash éco de 20h, j’y retourne.

“Le début du vingtième siècle a été marqué par de grands mouvements de spéculation (première guerre mondiale de la Terre, crise de 1929, deuxième guerre mondiale de la Terre). Les États-Unis, qui représentaient alors un pouvoir important dans l’ordre géo-économique, instaurèrent en 1944 le système de Bretton-Woods : désormais, le système de change était à parité fixe.”

C’est du jargon, qui est-ce que ça va intéresser ? En plus, je suis sûr que je n’aurai que 50% de l’effectif des stagiaires. Et je les comprends.

“Cela veut dire que le dollar (la monnaie des Etats-Unis, à l’époque) avait une valeur en or, et que cette valeur était fixée. Vous donniez un dollar, on vous donnait un poids en or, toujours le même. C’était censé stabiliser les échanges commerciaux.”

Bon sang, j’allais rater l’envoi du flash. Heureusement, j’ai tout pré-enregistré, il suffit d’appuyer sur le bouton.

Flash Intercom de 20h, Terra. Les marchés sont gelés, la liquidité se fait attendre. La monnaie universelle cote 32 onces d'or, soit une hausse de 3,3 points. Il y a une forte volatilité sismique, la baisse ne devrait pas tarder. Restez sur un cours de 31,5, puis décrochez vos positions en cas de forte baisse.
Prochain flash à 20h15.

Je vais me faire un potage, le distributeur du troisième étage doit encore fonctionner. Avant de quitter mon poste, je sauvegarde mes données sur une laserchip, puis je déconnecte l’alimentation. Je fais un signe à Virgil, il est sur le marché des matières premières, je vois à peine ses yeux derrière son masque de plongée. Il est un peu parano, Virgil, on a de l’eau jusqu’aux chevilles, et lui porte un masque. Mais c’est le meilleur trader que j’aie vu jusqu’à présent, alors on lui passe ce genre de lubie. Le potage a un goût de varech, pas étonnant, une des conduites d’eau douce a dû se rompre, l’Océan est en train de gagner du terrain. Alvin, qui est en train de discuter près du distributeur, me dit que les bonus vont être réduits, seuls les 30 meilleurs traders gagneront leur part. Je lui souris, puis je retourne à mon poste. Alvin parle beaucoup, moi je travaille, on verra au final qui a raison.

“Cette parité fixe n’a pas duré longtemps. Les Etats-Unis avaient des échanges commerciaux avec la Terre entière, le credo était celui de la libre concurrence (rappel : à l’époque, les prix étaient fixés par la confrontation entre l’offre et la demande. Il n’y avait aucune régulation, et c’était le jeu des consommateurs et des producteurs qui fixait les prix de vente).”

Le flash de 20h15 approche, les marchés ont peu évolué, l’indice sismique est stable, il faut donc sortir un flash nouveau alors que rien n’a bougé. Je passe mon flash précédent au Simul, je corrige, Ok, ça sonne bien.

Flash Intercom de 20h15, Terra. Alors que la stabilité des capitaux se maintient, on cherche les flux d'argent. MU +3,1, pour un équivalent de 31,9 onces d'or. Des explosions distantes font craindre une baisse, mais sans confirmation. Allégez sur une baisse.
Prochain flash à 20h30.

Je regarde ma montre, la buée a recouvert le cadran, saloperie de camelote, je n’aurais pas dû l’acheter à la Halle un jour de marché. Il est trop tard pour prendre une subnavette, je vais donc rester ici, je finirai ma synthèse historique, et je l’enverrai demain matin, avant la marée haute, au chef Bronson. Si avec ça, j’ai pas mon bonus, je veux bien devenir nautonier.

“Au début du 21ème siècle, le système financier avait atteint sa limite. Des Etats surendettés déclenchaient des guerres pour s’approprier des ressources pétrolières, la bourse offrait une succession de périodes euphoriques et de krachs (l’ancêtre du Clash) retentissants, et les errements des monnaies détruisaient tout compétitivité des échanges. En 2008, Arnold Schwarzenegger, nouveau président des Etats-Unis, décida de revenir à une parité fixe de la monnaie. Désormais, un dollar vaudrait, de manière inflexible, 0,43 grammes d’or pur. Les autres zones économiques importantes (Euro-est, Asialand, Oceania) se rallièrent au mouvement, et en quelques mois, toutes les devises étaient fixées sur une parité or. Les devises furent alors fondues en une seule dénomination, l’ancien dollar devenait la Monnaie Universelle (MU). l’âge d’or pouvait recommencer, la stabilité était assurée”.

La secousse m’a pris par surprise, j’ai été éjecté de mon siège. Heureusement, l’Autovalid a sauvegardé instantanément mes données, tandis que je basculais dans un éclaboussement d’eau glacée. Je me suis relevé en frissonnant. Virgil rigolait en me regardant, la main agrippée à un rail de sécurité, il continuait à envoyer ses dépêches. A l’autre bout de la salle de marché, je voyais un trader essayer de remonter son poste de travail dégoulinant sur son bureau, mais il n’y croyait plus, ça se voyait.

Flash Intercom de 20h30, Terra. Disruption forte sur l'échelle sismique, on craint une attaque indépendantiste inuit pour faire chuter les cours. Les sociétés de soutien semblent combler le déficit, mais leurs stocks d'explosifs sont à un niveau bas. Objectif de cours : MU = 29 onces. La liquité revient, et laisse espérer une hausse.
Prochain flash à 20h45.

Il faut que je finisse vite cette présentation, nous pouvons avoir une coupure d’électricité à tout moment.

“Hélas, c’était compter sans les déséquilibres des pays non alignés sur ce développement. Des nations demandèrent des aides financières, arguant de la famine de leurs populations. L’or était à prix fixé, les marchés étaient enfin stables, mais c’était encore trop cher pour certains. Des manifestations furent organisées par les opposants à la monnaie universelle. Suite à des débordements anarchiques, les mouvements de contestation furent officiellement interdits. Un marché noir de Pyrite (l’or des fous) se développa de manière spéculative, entraînant un sur-endettement des ménages. Les pays pauvres, qui ne savaient pas utiliser seuls les ressources de leur sous-sol, remirent en cause les contrats des grandes sociétés d’exploration. L’appui militaire des grandes puissances permit de rétablir la situation, mais on était loin de la stabilité. La parité fixe Monnaie Universelle-Or était certes un premier pas vers la stabilité, mais comment aller plus loin qu’une parité fixe ?”

Flash Intercom de 20h45, Terra. Les niveaux de liquidité du marché remontent. La tendance, et les fondamentaux, rappellent le Clash de 2015. Prudence sur les échanges, le marché est frileux. Gel des capitaux possible.
Prochain flash à 21h.

“Le déclenchement vint d’un groupe extrémiste, recourant à un acte désespéré. Pour contrer l’extraction de leurs réserves de pétrole en Terre Adélie (pole sud de Terra), ils firent sauter plusieurs gisements à l’aide d’explosifs à magma. La déflagration, et les incendies des puits de pétrole, entraînèrent un réchauffement brûlant sur plusieurs centaines de kilomètres, le niveau des océans monta de plusieurs dizaines de centimètres. Ce ne fut que quelques mois plus tard, lors de la publication de l’article désormais célèbre de Cook-Johnson dans Nature, que l’on se rendit compte que cette déflagration, et la fonte importante des glaces du pole sud, avaient modifié la gravité de Terra. La découverte scientifique était importante, mais la paternité de l’intuition économique revient au consortium Petro-Helium. Celui-ci accumula d’importantes réserves d’or, avant de dévoiler son analyse : la parité fixe signifie que pour une masse d’or, on a un poids d’or fixe, et pour ce poids d’or fixe, on a un montant monétaire fixe ; mais si la gravité changeait, pour une masse d’or fixée, on n’avait plus forcément le même poids d’or que précédemment, donc on obtenait un montant monétaire variable. Il suffisait de jouer sur la force de gravité de Terra, en faisant fondre plus ou moins les calottes glaciaires des pôles. Petro-Helium venait de contourner la parité fixe monnaie-poids, en instaurant une variabilité masse d’or-poids d’or. La conséquence ne se fit pas attendre : tous les grands intervenants du marché s’équipèrent en explosifs à magma (dont les cours furent multipliés par 1 000 en trois semaines) pour liquéfier les pôles, et en gaz liquides (cours de l’Argon : + 9 523% en 5 jours) pour refroidir rapidement les pôles.”

Une succession d’explosions proches me fait tourner la tête. Ce ne sont pas, comme d’habitude, des explosions aux pôles, dont on voit les lueurs sur les nuages. Là, il s’agit d’un acte terroriste visant à frapper au coeur du pouvoir. Je patauge vers la fenêtre. Je me plaque contre le mur, car je reconnais la silhouette d’un commando d’inuits, à dos d’orques. Bon sang, ils ne sont jamais descendus aussi bas, il sont dû déborder les patrouilles d’intervention. Quand ils passent devant notre btiment (l’enseigne Walrasian Trading est heureusement court-circuitée depuis plusieurs semaines), je note tout ce que je peux sur leur nombre, leur équipement, leur route. Je les vois se diriger vers la Bourse, OK, je tiens mon scoop. Je rédige vite quelques lignes, il faut prendre le marché de vitesse. Juste avant de diffuser mon annonce, je passe quelques ordres en crypté : je liquide toutes mes positions gelées, et j’achète le maximum de gaz refroidissant, en diversifiant mes ordres sur plusieurs marchés mondiaux, et avec plusieurs identités jetables. Une fois que mes ordres sont garantis, je diffuse le flash, puis je quitte vite le bureau. Virgil voit le flash, il me voit filer vers l’escalier, je lui fais signe de monter, il a tout de suite compris, il prend son écran portable, et court vers l’escalier.

Flash Intercom exceptionnel, Terra. Nos informateurs pensent qu'une attaque terroriste de grande ampleur est imminente sur le quartier des affaires d'AmericaNY. La liquidité devrait monter au-dessus du niveau du Clash de 2013. Achetez fort gaz, limitez autant que possible hausse du liquide. Bloquez les comptes-écluses, canalisez les tsunami vers les zones défavorisées.
Prochain flash à ##h##.

Les explosions qui se déclenchent au centre-ville ne sont rien à côté des explosions des graphiques sur les écrans. Tout le monde se rue sur les stocks de gaz refroidissant. Virgil et moi montons quatre à quatre les marches, en jetant un oeil sur nos écrans à chaque palier. Le phénomène physique, nous le sentons bien : le sol et les murs tremblent, et l’on entend le déferlement des vagues qui ont redoublé d’ampleur. Bon sang, ces anti-libéraux inuits sont en train d’inonder le quartier, tout ça pour des familles de pêcheurs de poisson ! Quant au phénomène économique, il est d’autant plus effrayant qu’il se passe silencieusement, tandis que des traits de couleurs s’affolent sur nos écrans. Nous arrivons au dernier étage, et débouchons à l’air libre. Au nord, les nuages noirs véhiculent l’odeur grasse du pétrole qui brûle. Virgil se tourne vers moi en grimaçant “Salaud, qu’est-ce que tu as vu, que tu ne m’as pas dit ?!” Tout en gardant les yeux fixés sur l’eau qui monte, à trois étages en dessous de nous, je lui réponds “Vends du gaz, à terme. J’ai profité de la panique, en l’activant un peu, après avoir pris mes positions. Et il y a vraiment un commando qui fait péter les vannes.” Virgil ne m’écoute plus, il pianote d’une main sur son écran tactile, je sais qu’il est dans son élément. L’eau est à deux étages en dessous de nous. Je pense à mon appartement, qui doit être submergé à cette minute. Je m’en fous, avec mon bonus sur cette opération, je peux m’acheter la Tour Soros.

Virgil me rejoint, il est calme, il a fait tout ce qu’il pouvait. Nous regardons l’eau qui monte toujours. Je me sens entièrement confiant. Je sais ce qui va se passer. Après cette frénésie spéculatrice, le Clash va être endigué. Trop d’intérêts sont en jeu : des entreprises inondées, des productions retardées, des actionnaires mécontents. Tous les traders du monde sont en train de prendre des positions sur des stocks de gaz dont (je regarde mon écran) le cours est 27 fois plus élevé que quand je l’ai acheté, il y a dix minutes. Il ne va pas s’écouler douze heures avant que des avions militaires déversent des tonnes de bonbonnes de gaz sur les deux pôles, figeant la liquidité pour au moins plusieurs mois. La parité sera à nouveau fixe, le monde reviendra sur ses bases. Jusqu’au prochain débordement.
Et moi, j’aurai mon bonus.


Cette nouvelle est sous licence Touchatougiciel. Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Creative Commons License

Ce contenu a été publié dans Novela, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Novela – Clash boursier

  1. Yann dit :

    Hé be…………. Sacré morceau que celui-ci. En plus l’insider trading est tellement à la mode. En tant que lecteur de SF en tout genre my 2 cents:

    Référence: Cela m’a un peu fait penser au pendant ultracapitaliste de Révolte sur la Lune. http://www.amazon.fr/exec/obidos...
    C’est un compliment vu à quel point j’aime ce livre délicieusement anachronique (ou pas).

    C’est une vraie Short Story, à l’anglo-saxonne. Il faut quand même reconnaître que peu d’auteurs français maîtrisent réellement ce format et je retrouve là ce qu’il me plait dans les shorts stories américaines, le bon équilibre entre la description de l’univers, l’histoire, la présence plus ou moins flou d’un commencement et d’une fin. C’est digeste agréable à lire. L’utilisation de 3 voies de narration permet notamment une multiplication des points de vues et de l’information sans "ptés indigestes".

    Sur le plan critique, en ce forçant parce que je n’ai pas grand chose à dire :
    "Salaud, qu’est-ce que tu as vu, que tu ne m’as pas dit ?!" La phrase à un je ne sais quoi qui me dérange, un peu trop parfaite pour une situation de stress (mais je n’ai pour l’instant rien de mieux à proposer). De plus Virgile porte toujours son masque « Sanaud, qu’est ce que tu as nu, que tu ne n’as pas dis »

    « Virgil voit le flash, il me voit filer vers l’escalier, je lui fais signe de monter, il a tout de suite compris, il prend son écran portable, et court vers l’escalier. » petite répétition : « cours vers moi » ?

    Et puis ce qu’une idée en appelle une autre, toujours dans la SF au sens large et sur le jeu mots pris au sens propre le magnifique Neverwhere http://www.amazon.ca/exec/obidos... de Neil Gaiman, aussi auteur de Sandman

  2. Julien T dit :

    C’est marrant, en lisant la nouvelle, je n’ai pas arrêté de penser à une BD. C’est qu’elle doit être très imagée cette nouvelle. En tous cas, j’ai froid aux pieds maintenant.

  3. nerik dit :

    canon !!!! La suite ? La V2 ? Une autre ?

  4. Léo dit :

    Bravo. Vraiment prenant, bien ficellé et tout… comme tarta j’imaginais les 2 mecs… sympa

  5. j’ai adoré. Y a-t-il une suite ? (comme ça, on sera au moins deux à la demander). Ou une autre nouvelle ?

  6. Docthib dit :

    @ Yann : wahou, quels commentaires ! Merci pour tes compliments, et les références littéraires. Je suis assez fatigué actuellement, donc j’ai du mal à lire des trucs compliqués, de la SF, ce sera parfait. J’ai éclaté de rire avec la prononciation restituée de Virgil, on va dire qu’il a un synthétiseur vocal étanche aux goëmonds, donc il parle comme toi et moi. Je suis content que le côté “il y a un début, un milieu, et une fin” soit passé, car je travaille beaucoup là-dessus (et c’est ce que je reproche à quantité de nouvelles : elles établissent une ambiance, mais ne fnissent pas vraiment).

    @ Julien T : Mes nombreux (?) admirateurs (?) m’ont souvent fait la réflexion que j’écrivais de façon cinématographique. Je ne sais pas si tout le monde perçoit cela, mais c’est vrai que je raisonne en visuel. Le principal problème (le mien) est de retranscrire mes images en phrases brèves.

    @ Nerik : Insatiable Nerik. On te donne ça (geste) et tu veux ça (geste). Il y en a d’autres, et aussi un roman, mais je ne sais pas s’il sera adapté à une mise en ligne. Bon, on peut essayer…

    @ Léo : Merci, ça m’amuse tous ces commentaires, car je me disais “la nouvelle est trop longue, elle ne passera pas facilement le cap à l’écran”. Je pervertis la notion de billet, voilà, j’avais un jouet, y faut que je le casse 🙁

    @ La grande Loulou : Insatiable Loulou. On te donne ça (geste) et tu veux ça (geste). Bon, à deux demandes, c’est mieux qu’un 1-1 face à la Corée. Je vais y réfléchir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.