Livre lu : Fred Vargas – Dans les bois éternels

Mon plaisir à lire Fred Vargas n’est plus à démontrer. Non seulement ses polars (“rompols” comme elle le dit), mais aussi un petit ovli comme son Petit traité de toutes vérités sur l’existence (j’avoue que je goûte moins Critique de l’anxiété pure, et je ne saurais me prononcer sur La vérité sur Cesare Battisti, quoique la thèse m’en semble très savonneuse).

Revenons à nos moutons, ou plutôt nos bouquetins, et soyons brefs. J’ai donc lu Dans les bois éternels (Viviane Hamy, 2006, 444 p.)
C’est un des meilleurs Fred Vargas que j’aie lu.
Je vais commencer par les nonpatan, puis je dériverai – à la Adamsberg – vers les bonheurs. J’ai aimé ce livre,

  • non pas tant parce que l’on y retrouve les personnages récurrents de plusieurs histoires
  • non pas tant parce que de nouvelles têtes peu à peu prennent leur place dans le quotidien de ce commissariat
  • non pas tant parce qu’une partie a lieu en Normandie, avec de solides normands qui boivent le coup et ponctuent

… même si tous ces arguments faisaient déjà bien pencher la balance dans le bon sens (mais pouvait-il en être autrement, je ne suis plus objectif après avoir écrit ça et ça et ça).

Il y a dans ce Fred Vargas tout ce qui fait le charme de la recette Vargas : des mots, des descriptions, et surtout des dialogues percutants ; l’irruption du bizarre, ou du décalé : ça tient autant aux fantômes qu’aux piqûres d’araignées, il n’y a pas de priorité dans les tracas de l’existence ; et puis, évidemment, la référence moyengeuse, historique, qui fait la trame de beaucoup d’énigmes à la Vargas.
Alors, qu’y avait-il en plus de cette benne de roses que je déverse ici ?
Du sentiment. De la tension, palpable. Plusieurs passages m’ont littéralement pris. Et je ne m’y attendais pas, me connaissant (croyant me connaître) et connaissant Fred Vargas (croyant la connaître).
Et puis, subtilement, de manière plus affirmée que dans les précédents romans, désormais, on attend une suite. La comparaison va être fcheuse, mais c’est un peu comme une sitcom en fin de saison : il y a des choses que l’on connaît sur les personnages, leurs relations, et l’on aurait envie de savoir tout de suite comment ça va évoluer.
Ne reste plus qu’à attendre un an et quelque…

Ce contenu a été publié dans Livres, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Livre lu : Fred Vargas – Dans les bois éternels

  1. Christian dit :

    Chris, j’ai également lu "Dans les Bois éternels".
    J’y ai pris un grand plaisir tout comme toi, néanmoins certaines petites choses m’ont chatouillé et ne m’ont pas permis d’apprécier autant que toi.

    1) Vargas arrive vraiment à croquer les personnages : l’Espagnol de voisin ou les Normands sont assez savoureux, cependant de temps en temps c’est un peu too much, et on est à la limite du cliché (je ne dis pas ça par politiquement correctness, mais vraiment parce que c’est fastoche et manque un peu de recherche). Les premiers dialogues avec les Normands sont toutefois vraiment énormes.

    2 ) C’est quand l’artiste rate son effet que l’on se rend compte que c’est un artiste et qu’il excelle à ce qu’il fait la plupart du temps : je ne m’étais jamais rendu compte à quel point il est difficile d’écrire des romans policiers avant que Fred ne trébuche.

    *attention spoiler pour ceux qui ne l’ont pas lu, passer ce passage
    Je m’explique : lorsqu’ils lisent pour la première fois le grimoire de la vie éternelle, c’est évident que ça n’est pas anodin et que ça permet de tout lier ensemble, voire de donner la clef du mystère, il faut attendre 10 pages pour que la brigade percute !
    Il faut vraiment être une virtuose pour jauger l’intelligence de ses lecteurs et distiller les indices au fur et à mesure. Quand on va trop lentement, ça gche un peu l’effet, c’est tout. (attention, je n’en profite pas pour dire, je savais depuis le début)
    3) le passage de la traque de Retoncourt est aussi un peu lourdingue avec le chat. Si la relation entre le chat et R. est plutôt comique, la traque s’éloigne un peu du style de l’ensemble du bouquin.
    *fin du gchis

    4) Enfin : l’intrigue est un peu décevante et tirer par les cheveux (sinon effectivement, on trouverait rapidement), mais l’identité de l’assassin et ses mobiles sont là aussi un peu too much

    A part ça, j’ai passé un bon moment, et j’attends aussi le prochain de pied ferme.

  2. Julien T dit :

    Aaaaahhh c’est moche, se faire mettre un spam en trackback ! Ils te lcheront plus. Ils savent où t’habitent, quelles bières tu bois et quel jour tu ne portes rien sous ton pantalon !!

    Mon dieu, dans quel monde vivons nous ?

  3. Docthib dit :

    @ Christian : je n’avais pas spécialement été “averti” de l’intrigue : je me suis laissé emmener sans savoir où ça menait. Bon, je suis peut-être bon public… ou alors je cherche à ne pas chercher.

    @ Julien T : t’as vu la rapidité ? Hop, mister DocT le nettoyeur t’a re-cleané le bleug qu’il en est tout propre ! Pour ta gouverne, jeune Padawan, ça fait plusieurs mois que je suis spammé, et plusieurs semaines que j’ai un anti-spam (spamplemousse), que je nourris copieusement de mots-clés du genre viagra cialis et autres credit report. Ah diantre, je vais me faire mettre en quarantaine… PS : hier je portais quelque chose sous mon pantalon.

  4. roze dit :

    Pour moi ce n est pas le meilleur VARGAS que j ai lu.J ai aussi trouvé un peu trop gros le coup du super chat qui retrouve sa maitresse.C est aussi du n importe quoi les transfusions sanguines à l hopital.Ca ne peut pas se passer comme ça .Le sang meme avec le bon groupe et le meme rhésus n est pas forcément compatible.J ai été déçu par le manque de crédibilité.A suivre

  5. Docthib dit :

    OK, roze, ça me va comme remarques, en effet, il y a peut-être des choses tirées par les cheveux (héhé), mais je reste sensible au style. Et puis du sang "même du bon groupe et du même rhésus n’est pas forcément compatible", peut-être, mais il n’est pas non plus incompatible, non ? Donc je ne vois pas de manque de crédibilité là-dedans…

  6. André dit :

    A ma grande honte, j’avoue que je n’avais jamais entendu parler de Fred Vargas, avant d’aller voir le film de Wargnier en janvier dernier… Depuis, séduit par l’atypique commissaire Adamsberg, j’ai lu tous ces fameux "rompols" et je viens de finir "Dans les bois éternels" cet après-midi: Docthib, je suis entièrement d’accord, on attend la suite des aventures de ces personnages attachants comme la nouvelle saison d’un feuilleton télévisé ! L’épisode de la Boule retrouvant Retancourt ne m’a pas paru tiré par les poils, grce à la bonne dose d’humour qui s’en dégage. Ce matou avachi devenant le guide de toute la brigade (hélicoptère en prime !) cadre parfaitement dans le style de Fred Vargas qui nous rappelle souvent que les apparences peuvent être trompeuses… Vivement le prochain (on sait quand est-ce prévu pour ?) !

  7. chrismontaigu dit :

    J’ai choisi ce livre à offrir à ma tante pour noyel car Fred Vargas pense que c’est toujours son dernier livre qui est le meilleur. Mais en fait comme j’ai déja lu beaucoup de livres de fred vargas je savais d’avance qu’il serait bien. C’est grace à Fred que j’ai commencé a ecrire des policier en m’inspirant de son style, j’ai remporté un prix dans un concours sur internet et c’est grace a elle! Merci Fred!!!!

    PS: Pour que je vous envoie mon roman, demandez moi a chrismontaigu@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.