BDs lues – Jacamon et Matz – Le tueur (5 tomes)

Je me suis lu d’une traite les 5 BD de la série Le Tueur (Long feu, L’engrenage, La dette, Les liens du sang, La mort dans l’me), série qui hélas m’a l’air d’avoir été mise en sommeil (dernier tome paru en 2003).

J’ai beaucoup aimé, avec des points positifs et (quelques) points plus discutables :

Points positifs :

  • C’est très bien dessiné, en tout cas, le type de dessin que j’aime : de la ligne claire, sans bavures ni à peu près pour se la jouer branchouille. Ce qui n’exclut pas de l’inventivité : il y a des effets très graphiques, des découpages d’images très cinématographiques. Et puis les couleurs, riches, et les surimpressions, les effets de transparence, donnent beaucoup de qualité à l’ensemble. Pour prendre une analogie cinématographique, je dirais que c’est le fruit d’un travail entre un metteur en scène, un directeur de la photographie, et un chef-op pour la lumière. Ce que j’aime par exemple dans les films de Steven Soderbergh.
  • Le personnage central, le tueur, est très plausible, et malgré son amoralité (au sens littéral du terme, il choisit de ne pas avoir de jugement moral), il est… non pas attachant, mais plausible, compréhensible. Je trouve son itinéraire pas si délirant que cela, il aurait pu devenir cadre-sup, avocat, non, il est devenu tueur à gages, cela s’est joué – comme cela arrive plus souvent qu’on ne le pense dans la vie – à être dans un certain endroit, à un certain moment.
  • La plupart des personnages sont bien esquissés, on n’en sait pas trop sur eux, mais le dessin de leurs visages, avant même les mots qu’ils disent, donnent le sentiment de bien les connaître. On n’est pas loin de la morphopsychologie (mais ça, c’est mon délire), je veux dire que quand Jacamon dessine un personage, on se dit par exemple “Tiens, voilà un vieux beau dangereux”. Dans ce travail, cela n’égale probablement pas les animaux humanisés de Blacksad (superbe série), mais il y a une vraie recherche de “gueules”.

Points plus discutables :

  • Je n’apprécie pas forcément cette BD centrée sur un personnage amoral. Quoiqu’on en dise (oeuvre de fiction, distanciation) rappelons-le : tuer, c’est pas bien. Même si je peux entendre les circonstances vaguement atténuantes du “héros” (en gros, il nettoie la planète de quelques salauds), je suis mal à l’aise. D’abord parce qu’il y a une opposition entre deux leitmotivs du héros (“je ne cherche pas à savoir pourquoi je dois tuer telle personne” / “Je (ne) supprime (que) des salauds”). Ensuite, parce que son cynisme sur notre monde (que je partage, pour partie) est assorti d’un choix, qui est de se défendre seul et de se désintéresser du reste. Il y a un côté “je m’en lave les mains”, que je ne condamne pas (après tout, chacun sa vie), mais que je trouve incompatible avec des discours du type “j’ai des valeurs (amitié, liens)”. Enfin, parce que c’est trop facile, et idéologiquement dangereux, de faire un mélange des genres, du type “je suis payé, mais en même temps, j’ai une mission d’utilité publique, je suis un nettoyeur de la lie de l’humanité”. Non, coco, tu es un tueur sans valeurs. Je peux comprendre tes motivations, mais ne me demande pas de t’admirer.
  • Les BDs se lisent vite. Je pense que c’est parce qu’elles sont fluides, bien dessinées, mais il y a aussi, peut-être, une trame un poil trop simplifiée. C’est difficile à mesurer, parce que c’est un vrai travail graphique, et c’est toujours frustrant d’imaginer que le dessinateur a passé des mois à construire un volume que l’on s’est avalé en 20 minutes…

En conclusion, une bonne série, qui m’a bien plu. Mes bémols pourraient de toute façon être appliqués à d’autres séries, où ce que j’ai reproché ici est d’autant plus pernicieux, que dans ces autres BDs, il n’y a pas le discours assumé du héros comme ici.

Ce contenu a été publié dans Livres, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à BDs lues – Jacamon et Matz – Le tueur (5 tomes)

  1. L'inconnu du 4ème étage dit :

    Effectivement, c’est une bonne série. Je l’avais intégrée dans la catégorie "grand public" de la liste qui est en préparation (avec Blacksad et "le retour à la terre" (3 tomes) de Manu Larcenet).

    L’ayant lue à raison d’un tome par an, ce qui m’avait le plus déçu était la différence sensible (notamment en terme de scénario) entre le premier tome et le milieu de la série (3 et 4ème tome), différence moins perceptible lorsque l’on s’enfile les 5 tomes en une soirée.

    Un des vrais points forts est effectivement que sans s’attacher aux personnages principaux (qui sont de vraies ordures), on accroche pas mal à leur histoire.

    Petit teasing en attente de la liste :

    "Les pilules bleues" de Frédérik Peeters (Rien à voir avec Benoit)….. vraiment (mais alors vraiment) bien.

    Vivons heureux sans en avoir l’air (Monsieur Jean, Tome 4) de Ph. Dupuy & Ch. Berberian (7 tomes, mais il est préférable de commencer par le 4ème tome, revenir en arrière puis repartir en avant – ou du moins j’ai l’impression que c’est la meilleure façon d’apprécier la série).

  2. Cher inconnu du 4ème étage,
    je suis content d’avoir de vos nouvelles. Le teasing fonctionne, et il est prometteur. Je suis en train de mettre sur pied une méga-grosse-bonne liste d’achats sur Amazon, et m’en vais rajouter ces conseils. Pour “le retour à la terre”, j’en avais lu des bribes dans “20 minutes” ou “metro”, à raison d’un dessin par jour : j’aimais bien, je trouvais ça poétique, mais bon, je lis Peanuts depuis des dizaines d’années, alors ce côté “méditation sur le quotidien avec un oeil naïf” ne me semblait pas aussi novateur. Mais – comme d’habitude – je me trouve dur et déplacé : en fait j’avais bien aimé les petites saynètes de Larcenet, simplement, je ne sais pas si mon plaisir ira jusqu’à acheter les albums…

  3. L'inconnu du 4ème étage dit :

    Acheter une BD sur Amazon………… Mouih …… j’ai dû mal lire…….

    Ok pour le dernier Astérix ou le dernier IRS….. mais là on ne parle pas de ça……

    Que faites-vous du plaisir de préfeuilleter l’ouvrage et de vous enivrer des premières impresssions qu’il vous laisse ?

    Est-ce que je vous parle d’aller caler l’étagère qui est à la cave avec la dernière édition du Vernimmen ?

  4. Cher inconnu,
    je constate que vous êtes réactif, et que, soit, vous êtes abonné à un fil RSS, soit, vous baguenaudez sur le web pendant la pause déjeuner. Si c’est le premier cas, vous aurez un peu de mal à dire qu’Amazon c’est mal, et RSS c’est bien. Parce que dans les deux cas, il s’agit de gagner du temps.
    Je sais que cela peut nous entraîner loin, et que nous courons le risque de ne jamais être d’accord. Mais je me lance.
    J’achète sur Amazon depuis des années. Je ne vends pas la marque, je ne suis pas actionnaire, mais cela correspond(ait) à mon besoin : j’adore recevoir directement dans ma boite aux lettres le produit de mes achats. Fidèle à ma conception du coût du temps, je préfère passer 15 mn à acheter 10 livres en ligne, plutôt que 3h, temps de transport compris, à aller à la Fnac. Je vais vous dire ce qui me manque : quand j’habitais dans le 9-3, il y avait une librairie aux Lilas, Folies d’encre qui était un bonheur sur terre. Ils m’ont fait découvrir Haruki Murakami, Collum McCann, tout simplement parce que moi, lecteur passionné, j’arrivais avec mon cahier des charges, et que des lecteurs passionnés, face à moi, me conseillaient.
    J’ai bien compris votre argument du “je touche, je palpe, je renifle, puis j’achète”, et j’y adhère totalement. Mais les temps sont durs, la vie est courte, et donc je ne teste plus moi-même : je chourave des BDs (ex : la série du Tueur, c’était ce week-end chez mon beau-frère), j’ai un blog où j’interpelle (y compris, et surtout, pour ce sujet, vous), et tout cela, ça ne fait pas la même chose que d’aller feuilleter, mais ça s’en rapproche.
    Quant à utiliser Vernimmen pour caler des bibliothèques, passez quand vous voulez dans mon bureau, je vous donnerai un ou deux exemplaires pour vous aider à stabiliser votre monde souterrain 😉

  5. nerik dit :

    Attendez parce que moi les BD j’y connais rien mais si je peux avoir un exemplaire dédicacé de la denière mouture du B Myers, je suis cho !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.