Oxymore oxygène

Voilà, ça y est, ce blog a atteint sa vitesse de croisière. Je ne parle pas des quelques 80 thibillets déjà pondus, ou des 6-10 dans les tiroirs, ni des apports futurs si les petits piranhas ne me mangent pas (changer la cosmétique, publier mes nouvelles voire mon roman, passer sur une plate-forme dans l’espace et coloniser Callisto, satellite de Jupiter…).
Je parle de la reconnaissance absolue, éternelle, absolument pas éphémère, d’un billet sur un autre blog. Voué, voué, y en a un qui m’a trouvé, comme ça, hop, par hasard.
Par delà 13 ans (?), un ancien élève – euh, comment dire – “pas spécialement intéressé par la finance, et peu regardant sur les horaires et les présences en cours” (ces deux points montrant la maturité qu’il possédait déjà, il était affranchi d’un système dans lequel nous courons tous comme des hamsters dans leurs petites roues en nous disant “cours, camarade, le vieux monde est derrière toi”), donc, bref, arrêtez de m’interrompre dans ces ouvertures de parenthèses, lui, là, il m’a trouvé et m’a croqué. Tel le grand méchant loup face au petit chaperon rouge que je suis, il m’a ramené 13 ans en arrière, quand je n’avais pas de doctorat, mais encore des cheveux, et quand on avait – ô grand luxe – une messagerie électronique interne à l’école, un truc complètement dingue, on pouvait envoyer un message électronique (pas un fax, non, un texte écrit sur ordinateur) à n’importe quelle personne de l’école, c’était fou, pour nous, le summum de la communication. Internet ? Euh, on aurait dit que c’était une marque de lessive, du genre : (musique pimpante, avec des trompettes)

Il passe entre les mailles, et rend les chemises proprettes,
en poudre ou bien liquide, je chéris Internet

Et maintenant, le petit Ari est devenu un bloggueur, il a bossé pour des dot com (comme tout le monde) mais c’est fini (comme tout le monde), il aime bien Brice de Nice, il a même son permis de conduire, c’est dire s’il a réussi dans la vie. Content de t’entendre par la voie cyber, amigo.

Ce contenu a été publié dans Blog, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Oxymore oxygène

  1. Ari dit :

    Pour un peu, ça donnerait presque envie de trackbacker ton trackback.

    Et sinon, consolation pour consolation, moi qui avais une coupe à la Mike Brant (enfin, juste après sa chute de 25 étages), moi qui avais des cheveux à ne plus savoir qu’en faire, moi dont le système capillaire faisait gémir quelques jouvencelles à la myopie prononcée, moi, oui, voilà qu’une calvitie naissante est en train de me ratrapper.

  2. Egoblog dit :

    Un prof de finance sympa, oxymore ou réalité ?

    Au gré de mes lectures, je suis tombé sur le blog de Christophe Thibierge, qui fut mon professeur de finance dans une école de commerce où je me suis longtemps (trois ans) fourvoyé. Christophe Thibierge, c’est le genre de mec qui serait

  3. ça prouve que tu travailles avec ta tête…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.