Coûts cachés et société de consommation

Cela fait quelque temps que je souhaite développer cette idée, mais par manque de temps (air connu), je n’ai pas pris le temps d’approfondir. Et hier, les moyens d’information classique (Libération) et cyber (le blog FreeMoneyFinance) m’ont remis le pied à l’étrier (et l’étrier est un os de l’oreille interne, donc proche du cerveau).

Dans Libé d’hier, p. 10, un article intitulé Le yaourt aux fraises est gourmand en pétrole offre quelques informations réjouissantes :

  • un pot de yaourt aura parcouru 9 115 km avant d’arriver dans mon frigo (attention, cela inclut aussi le trajet de toutes les matières premières)
  • acheter un yaourt en prenant sa voiture consomme 136 grammes équivalent pétrole (gep) par Kg de yaourt, contre 97 gep si l’on achète le yaourt sur Internet (car dans ce cas, il est livré par un camion commun à tous les acheteurs. Finalement, les cybermarchés en ligne sont les transports en communs des emplettes).

Cela résonne avec plusieurs billets de FreeMoneyFinance. Ce blog américain donne, entre autres, quantité de conseils pour économiser/gagner de l’argent dans sa vie personnelle. Cela inclut des antiennes comme “débarrassez-vous de vos cartes de crédit” (Rappel : les américains vivent essentiellement à crédit, et les européens en prennent allègrement le chemin. Rappel du rappel : une offre de paiement différé – par exemple avec une carte de grand magasin – coûte actuellement 19,66% par an (TEG) pour un crédit inférieur à 1 524 euros, tandis qu’un crédit à la consommation coûte aujourd’hui du 2,9% TEG fixe. Cherchez la meilleure solution. Réponse : ne vivez pas à crédit) ou “traquez les petites dépenses”. Une batterie de conseils porte sur les comportements d’achat, et il y a quelques semaines, le conseil était “Evitez de faire des courses 3 fois par semaine, essayez plutôt deux fois par mois”. L’argument était financier (coût du transport en voiture) et psychologique (rester à l’écart du magasin permet d’éviter les achats compulsifs). Je me souviens, quand j’étais jeune et célibataire, que mon médecin m’avait demandé si je pratiquais un sport, j’avais répondu “Oui, je fais mes courses le samedi après-midi dans un hypermarché”. Quand j’arrivais aux caisses, j’entendais des conversations comme “Oh, il est déjà 17h, on est ici depuis 10h du matin !” (c’était un centre commercial). Et juste avant de passer en caisse, je passais en revue scrupuleusement mon caddie : avais-je vraiment besoin de tout cela ? Il n’était pas rare que je remette un ou deux produits en rayon, les ayant identifiés comme “achats compulsifs”.

Aussi, le conseil de Tonton Thib, et la conclusion :

  • faites vos courses une fois toutes les deux semaines, et faites-les par Internet : cela réduit les tentations (il y a moins d’achat compulsif si l’on n’est pas devant le rayon), diminue les coûts logistiques (les frais de livraison + le pourboire doivent représenter la moitié, voire le quart, du coût de l’essence d’une voiture) et surtout, cela diminue beaucoup de coûts cachés.
  • les coûts cachés sont soit des coûts dont on n’a pas conscience (ex : le temps passé à conduire la voiture, remplir le caddie, payer, remplir le coffre, conduire la voiture, vider le coffre. Comme le dit le philosophe Roland Magdane dans un sketch “le soir, quand tu sors la boite de petits pois pour préparer le dîner, ça fait la 15ème fois de la journée qu’elle te passe entre les mains”) ou bien des coûts mutualisés, c’est-à-dire supportés par la collectivité (ex : la pollution de toutes les voitures allant vers / ou revenant de / l’hypermarché).

En conclusion(s) :

  • Aller faire ses courses tous les week-ends, avec un 4×4 (voiture très polluante) acheté avec un crédit auto, c’est pô intelligent
  • Surfer sur le web et se faire livrer à domicile, et utiliser son temps libre pour lire des livres dans les transports en commun, c’est bon pour la santé (ça pollue moins), la santé (on marche plus), la santé financière (on dépense moins) et la santé intellectuelle (on lit des livres, au lieu d’écouter SuperRadioFunMaxRap). Et ça c’est intelligent.

Bon, je ne vous dis pas où je me situe, je suis modeste, et puis la réponse est difficile à trouver…

Ce contenu a été publié dans Réflexions, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

0 réponse à Coûts cachés et société de consommation

  1. Julien dit :

    Bonjour,

    Petite suggestion : pour vos courses sur internet, comparez les cybermarchés avec un guide des courses en ligne : http://www.supermarche.tv

    Bonne journée.

  2. Merci pour la suggestion. Je n’en suis pas à comparer scrupuleusement chaque cybermarché (un coût caché, c’est le temps d’apprentissage, et de constitution des listes) mais ce site a l’air de bien synthétiser les avantages / inconvénients de chaque vendeur en ligne.

  3. Doc, dit :

    Vous allez adorer radins.com …

  4. Certes Tonton Thib, la solution Internet est séduisante. Mais il me semble qu’elle ne soit possible qu’à partir d’un certain montant. Et puis certains ont déjà couplé Internet à la voiture, histoire de raboter sur ce coût caché qu’est le temps (pour soir).
    leblogdubouchon.over-blog…
    Et puis la commande par Internet a le désagréable inconvénient de nous déconnecter encore plus de la nourriture et de l’instructive lecture des étiquettes. Déjà qu’on ne sait plus comment sont abattus les poulets, que les poissons ont des yeux dans les coins, …
    La DS d’over-blog en avait parlé en un temps où elle tenait encore son blog
    ds.marketeuse.over-blog.c…
    (l’initiative de certains pourraient peut-être la faire revenir)

    C’est pourquoi je me perds en coûts cachés temporels, mais je prends le temps de choisir, quitte à rajouter au panier un ou deux achats compulsifs. Le meilleur moment de la semaine étant celui du marché, moment d’une grande qualité où l’on apprend les nouvelles du jour. Moment délicieux où le bouchon choisit elle-même ses poissons, ses fruits et ses fromages.
    leblogdubouchon.over-blog…

    Pssittt: dîtes-moi si je mets trop de liens. J’attends le retour de L Che sur le web pour en mettre moins.

  5. Docthib dit :

    Merci pour ces liens, moi je lis tout et l’esthétique m’importe peu, sinon je mettrais du Flash partout et les pages mettraient trois plombes à se charger. La solution d’Auchan m’a l’air tirée par les cheveux, c’est être le Q entre deux chaises : tant qu’à me soûler à faire mes courses sur internet, je ne vois pas pourquoi j’irais me déplacer pour faire mettre des choses dans mon coffre : c’est direct maison par livraison. Sinon, votre DS a très bien écrit et décrit. Mais lire toutes les étiquettes, ça multiplie la durée des courses par 72… Une solution intermédiaire (dont parle DS) : lire Que Choisir chaque mois…

  6. Lire que choisir tous les mois? Je m’y refuse depuis que je j’ai vu l’envers du décor en étant conviée à leurs conférences de presse. Je m’étais énervée sur le sujet fin janvier,
    leblogdubouchon.over-blog…
    je ne suis toujours pas redescendue de mon piédestal de grogne. J’ai bien pensé à les descendre une seconde fois, mais ai capitulé devant la masse de sujets à écrire.

    Lire les étiquettes a multiplié la durée du premier passage en supermarché il y a vingt ans par 72, aujourd’hui une lecture rapide des nouveaux produits suffit à mon informer mon cerveau.

  7. Docthib dit :

    Ok, je m’incline (mais je continue à lire Que Choisir).

  8. scousser dit :

    Certains vous diront que cela coûte plus cher d’acheter via un supermarché en ligne.

    Mais songez-y à deux fois et prenez également en compte les paramètres suivants avant de parcourir http://www.supermarche-ligne.fr, site référence en terme de comparatif des cybermarchés : – le gain de temps pour passer plus de temps à votre travail et effectuer les heures habituellement consacrées aux courses en heures supplémentaires payée (ne s’applique pas à tout le monde). – moins d’achats impulsifs car vous serez moins tentés de craquer sur la dernière promo de biscuits. Cet argument est incontournable si vous avez des enfants. Avec eux c’est radical, on achète toujours plus€¦ – pas de frais de déplacement (voiture, essence) à dépenser

    Ces quelques arguments compensent sans problème les quelques euros de la livraison sur les supermarchés en ligne. De plus, les cybermarchés proposent régulièrement des promos (voir une liste des promos à jour sur http://www.supermarche-ligne.fr) la plus commune étant les frais de livraison offerts, soit pour votre première commande soit parce que votre panier est au-dessus d’un certain montant.

    A noter que http://www.supermarche-ligne.fr propose un outil très pratique : un moteur de recherche de la couverture des supermarchés en ligne en fonction du code postal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.