Micro-siestes

Retour à Développement Personnel

Micro-siestes – ma pratique et mes ressources

Alternativement à la méditation, une autre manière de faire la pause est de faire une micro-sieste. J’ai découvert Lionel Vernois et sa méthode de sommeil partagé lors de l’écoute d’une de ses interviews, et tout ce que je décris ci-dessous est bien plus détaillé sur le site de Lionel Vernois (j’ai notamment téléchargé son livre gratuit sur le sommeil partagé et les micro-siestes, et j’ai aussi acheté son fichier mp3 d’endormissement pour les soirs où j’ai le cerveau en surchauffe).

Alors micro-sieste ou méditation ? Je vous conseille notamment la micro-sieste quand

  • vous observez des symptômes de sommeil : yeux qui piquent, bâillements, lecture de la même phrase pour la 3ème fois de suite…
  • vous savez que vous avez besoin de vous ressourcer (ex dans mon cas : journée de 7h30 de cours en anglais avec micro-sieste sur le temps de midi)

Dans ces cas-là, le protocole est le suivant :

– s’installer assis sur une chaise ou dans un canapé, mais pas allongé. Il s’agit d’envoyer au cerveau le signal que « ce n’est pas la nuit, c’est juste une sieste ».

– idéalement, mettre un masque de sommeil (type masque d’avion) et des bouchons d’oreille

– mettre son téléphone sur vibreur, et programmer une alarme pour 12, 15 ou 20mn après.  Ne pas dépasser 20mn, sinon on part dans un sommeil profond duquel on mettra des heures à se sortir. Donc une micro-sieste, c’est moins de 20mn, et une sieste, c’est un cycle de sommeil entier (de l’ordre d’1h30).

– placer le téléphone près de soi pour sentir le vibreur, fermer les yeux / placer le masque de sommeil et… respirer. Peu importe si on dort ou pas. Essayer de se concentrer sur sa respiration, avec une discipline : on ne peut enlever le masque que quand le téléphone vibre. En règle générale, je me dis que je ne vais pas dormir, les minutes passent… et je suis surpris quand le vibreur me réveille ! 🙂

– à la fin de la micro-sieste, on peut se frotter le visage, ouvrir la fenêtre, respirer profondément, faire quelques pas, aller parler avec quelques collègues… et se remettre au travail.

Avec l’habitude, je peux désormais faire des micro-siestes de 15mn ou moins, en fonction du temps dont je dispose. Mon record : une micro-sieste de 3mn avant de partir en cours 😉

Attention, une micro-sieste peut retarder l’endormissement de la nuit. Une micro-sieste de 20mn  faite à 18h ou après va contribuer à décaler l’endormissement d’à peu près une heure : le sommeil ne viendra que plus tard. Cela peut être à double tranchant : d’un côté, cela veut dire que faire une micro-sieste tard dans la journée va avoir un impact sur le rythme de sommeil nocturne (endormissement plus tardif), mais ça peut être  le but recherché (révisions, études, nécessité de travailler une partie de la nuit…)

Plus d’informations sur http://www.nos-projets-personnels.com/ (je ne suis aucunement affilié à ce site).

Les commentaires sont fermés.