Further on up the road – Marathon de Dublin

Lundi 25 octobre, je courrai mon dernier marathon, le 10ème.

Probablement au son de Bruce Springsteen, mais pas seulement, j’arpenterai les rues de Dublin sur les 26,2 miles (je préfère le calculer dans le système impérial) du parcours.

Pas eu le temps de m’entraîner correctement. Ce sera donc un dernier tour de piste, à vitesse réduite, et non pas la quête d’un nouveau dépassement. Je resterai donc à mon temps historique, mon meilleur temps sur marathon, de 3h36′ à Paris 2010.

Et l’état d’esprit est loin de toutes ces angoisses des dernières épreuves, peut-être (en fait, probablement) parce que je pars sans objectif, sinon de profiter de la ville et de passer la ligne d’arrivée. Un état d’esprit illustré par le morceau Cavan potholes.

Cette entrée a été publiée dans Courir. Placez un signet sur le permalien.

2 Responses to Further on up the road – Marathon de Dublin

  1. Claudio dit :

    Extrait du chemin de développement d’un certain type 😉 : "Pour les ENFP qui ne prennent pas suffisamment soin de leur corps, et ils sont nombreux, ils doivent prendre conscience que leur santé en dépend et que de la santé découle tout le reste. Ce faisant, ils développeront l’écoute de leurs sensations intérieures et entreront mieux en relation avec la partie inconsciente et profonde d’eux-mêmes"
    Je vois que ça, c’est fait ! Bravo.

  2. Docthib dit :

    Bon, maintenant, est-ce que courir un marathon, c’est être vraiment à l’écoute de ses sensations intérieures ? Est-ce que mes sensations intérieures ne me recommanderaient pas plutôt de faire une sieste sur le canapé ? Trop tard, réponse demain 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.