Sentier d'arrache

J’ai connu un braqueur de banques, il me racontait… ce qu’il voulait me raconter, et j’avais retenu un terme : les sentiers (ou chemins) d’arrache, c’est-à-dire les itinéraires de repli après un braquage (je suppose, pour éviter les barrages de police, j’ai une connaissance uniquement théorique et télévisuelle de ce genre de choses).

Ce n’est pas vraiment un Ubuntu, car ce n’est pas ce que j’appellerais un petit bonheur, et par ailleurs, le terme est déjà utilisé, ce n’est pas un néologisme. Mais je le mentionne quand même ici :

Sentier d’arrache : n.m. Itinéraire bis qu’on peut emprunter pour rejoindre son lieu de travail, quand l’itinéraire principal est bloqué par une grève, une avarie matérielle sur la ligne ou tout autre phénomène générateur de foule abondante sur les quais.

Évidemment, qui dit « sentier d’arrache » dit « temps supplémentaire ». Un bon sentier d’arrache, c’est une alternative qui coûte peu en temps supplémentaire. J’ai la chance d’avoir 2 sentiers d’arrache (qui me rajoutent 20 mn, mais qui fonctionnent mieux que le principal quand le principal ne fonctionne pas). C’est quand même mieux que le vélo.

Cette entrée a été publiée dans Ubuntu. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.