Novela – la Stèle de l'Atlantide (2/4)

[Début de la nouvelle]

Le texte araméen racontait une dynastie sur une île perdue au milieu des mers. Les noms des souverains étaient inconnus pour le retraité, de même que plusieurs mots qui étaient visiblement des transcriptions phonétiques du langage atlante. La stèle racontait des guerres, des périodes d’abondance, et la litanie des souverains qui avaient gouverné cet îlot.
Quand le vieil homme fut satisfait de sa traduction araméenne, il s’attaqua au verso de la stèle, à l’écriture inconnue. Sa fraîcheur intellectuelle (toute relative, car il avait 77 ans) lui permit d’envisager tous les possibles : un signe pouvait représenter un mot, une syllabe, une lettre, ou encore un son ou une idée. Il envisagea même que cette écriture put se lire de droite à gauche, de haut en bas ou même, de bas en haut. Il est vrai que l’absence de ponctuation autant en araméen qu’en atlante ne permettait pas facilement de délimiter les phrases. L’homme savait que l’on commence généralement par retrouver les noms des souverains, rochers inamovibles dans le texte, puis que l’on navigue de manière concentrique autour de ces points de repère, à la recherche de courants favorables. Mais dès le début, cette stratégie de décryptage montra ses limites : les noms des rois n’étaient jamais écrits deux fois identiquement dans le texte en araméen. Certains souverains portaient alternativement plusieurs appellations (le fils de la lumière, l’élu des dieux, l’astre humain…) qui prêtaient à confusion. Refusant à recourir aux lumières d’un expert, le retraité s’échina pendant des mois sans réel progrès. Il était arrivé à isoler des bouts de phrases, pour lesquelles il avait une correspondance correcte avec le texte écrit au verso de la stèle, mais la plus grande partie du texte restait cryptée. Finalement, quand il constata que deux mois supplémentaires s’étaient écoulés sans qu’il aie découvert le sens d’un seul nouveau mot, il décida de requérir de l’aide. Mais l’homme était fier de sa découverte. Il écrivit donc à plusieurs journaux académiques dont il avait découvert l’existence à la bibliothèque de l’Institut des sciences, en indiquant quelques résultats, tout en masquant l’essentiel de son travail. Ses lettres restèrent sans réponse. Il s’adressa alors au conservateur du musée, qui le renvoya dans des dédales administratifs, des labyrinthes d’adresses de chaires de sémiologie, des hypothétiques chercheurs, des instituts fantômes.
Entre temps, la stèle avait quitté sa vitrine au cours d’une réorganisation des collections, et personne ne savait ou ne voulait dire où elle se trouvait désormais.
 
Le vieillard se proposa une dernière démarche qui, contre toute probabilité, se révéla décisive. Il fit publier une annonce d’énigme, avec récompense « à celui qui réussirait à traduire cette écriture secrète ». Cette offre, faite dans un journal populaire à fort tirage, n’aurait dû attirer que les aventuriers, les chômeurs et les excentriques. Mais au milieu des répondants statistiquement conformes à ce genre de demande se trouvait un doctorant en cryptographie. Celui-ci voyait là une occasion de tester ses algorithmes de décryptage, et de gagner facilement un peu d’argent. On peut imaginer la rencontre entre le vieil homme autodidacte, encore poussiéreux des rouleaux de papyrus vieux de plusieurs dizaines de siècles, et le jeune doctorant qui n’éteignait jamais son ordinateur ultraportable.
Ce bizarre assemblage permit à nouveau une grande ouverture d’esprit. Pour le jeune, ce n’était qu’un jeu, assorti d’un gain financier qui lui permettrait de financer 6 mois de sa thèse. Pour le vieil homme, revenu de toute illusion, c’était une occasion de poursuivre en solitaire, ou presque, sa quête. Il plaisantait en disant qu’il faisait ainsi une transfusion de cerveau neuf.  

L’informatique apporta une mise à distance, et en même temps un souci des détails. Par exemple, les deux investigateurs décidèrent de scanner l’ensemble des photographies. Cette mise à distance numérique, qui leur fit quitter le support physique de la stèle, posa le problème de la précision du scanner : fallait-il récupérer tous les signes gravés sur la pierre, même les plus infimes, ou se contenter de ceux qui étaient suffisamment larges et profonds pour indiquer une intervention humaine ? En d’autres termes, à quel niveau devait-on mettre le filtre, entre les éclats superficiels dûs aux chocs, et la gravure de véritables signes ? L’entreprise s’avéra plus ardue que prévu : de nombreux signes semblaient superficiels, et auraient pu autant avoir été causés par des chocs sous-marins ou terrestres, que sculptés par la main d’un scribe un peu négligent. Le jeune doctorant raisonna donc sur plusieurs ensembles de caractères, qu’il appela les 7 cercles de l’enfer : le premier cercle contenait les caractères indubitablement sculptés, et uniquement ceux-là ; le deuxième cercle contenait un peu plus de signes, parmi les plus marqués ; et ainsi de suite jusqu’au 7ème cercle, qui contenait toutes les marques visibles sur la pierre, sans exception.

Tout cela semblait rigoureux, méthodologique, et portait la garantie de résultats futurs. La complexité même des 7 ensembles de caractères ne posait pas de problème à un ordinateur qui peut réaliser plusieurs millions d’opérations à chaque seconde. Mais le ver était dans le fruit, et ce ver était l’être humain. La traduction depuis l’araméen avait été prise depuis le début comme référence absolue. C’était ignorer les possibles erreurs du retraité qui n’était après tout qu’un autodidacte en cette matière mais pire encore, c’était faire une impasse sur toutes les subtilités de traduction d’un discours. L’aube peut signifier en même temps l’arrivée du soleil, ou un vêtement blanc ; certains mots peuvent être pris au propre ou au figuré. Le jeune informaticien devait donc développer des algorithmes sémantiques qui tiennent compte du flou possible autour d’un mot ou d’une phrase. En résumé, ce n’était plus seulement une histoire de comptage de caractères et de probabilités, il fallait que l’ordinateur puisse s’accommoder de variations de sens.
C’est là où le retraité, qui n’avait aucune connaissance de l’informatique, introduisit une avancée majeure: il proposa d’introduire une part aléatoire dans les programmes informatiques. Il s’agissait de changer quelques caractères, au hasard dans le texte, avant de lancer la traduction automatique. Par exemple, si la séquence de caractères à traduire était A B C D E, le programme pouvait proposer en fait A B C X E, ou bien G B CD E. C’était, selon le vieillard, une manière de compenser aléatoirement les hasards de sa propre traduction, ou les double-sens. Cela peut paraître paradoxal de rajouter du flou à un système déjà peu fiable, mais les résultats furent très encourageants. Alors que le retraité avait traduit, péniblement, un tiers du texte total, le programme arriva à une bonne moitié de caractères traduits.

[à suivre…]

Creative Commons License
Cette nouvelle, comme tout sur ce blog, est publiée sous un contrat Creative Commons. Et aussi sous licence Touchatougiciel.

Cette entrée a été publiée dans Novela. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.