Diététique de la psyché

J’ai l’impression que le travail sur soi (psychanalyse, psychothérapie, …), c’est comme les régimes :

  • D’abord, il n’y a pas de recette universelle, chaque personne réagira plus ou moins bien à un régime donné (= une thérapie / école de pensée donnée)
  • Certains ne font pas de régime, alors qu’ils devraient en faire (= travailler sur leur personnalité) ;
  • d’autres en font, mais pas les bons (= psychanalyse alors qu’il leur faudrait une thérapie du cri primal par ex.) ;
  • d’autres en font, découvrent peu à peu le bon, mais c’est quand même un travail d’une vie, ou pas loin ;
  • d’autres enfin, les happy few, n’ont pas besoin de faire de régime. Et là encore, il y a encore plusieurs catégories :
    • ceux qui s’alimentent naturellement et ne grossissent pas (= ils savent naturellement comment faire, sans suivre une méthode)
    • ceux qui peuvent manger de tout sans prendre de poids, parce que leur physiologie « brûle » les calories (= résilience devant les événements, « ils savent gérer »)
    • ceux qui se foutent d’être gros (= peu/pas de dépendance à l’opinion des autres)

Le parallèle est vraiment intéressant, parce que très riche.
Et pédagogique 🙂

Cette entrée a été publiée dans Réflexions. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.