On refait le match…

A propos du dernier match des Bleus, et de toute la presse avant et après ce match, quelques impressions personnelles :

  • Amour-Haine. Les supporters devant le match (majoritairement des étudiants français) étaient venus, donc étaient intéressés, mais très vite, l’ambiance a tourné à la revanche : le premier but de l’Afrique du Sud a été applaudi, et encore plus pour le 2ème, il y avait un côté punition collective, brûle ce que tu as adoré, etc.
  • Le stéréotype sur le Français. Le Français est réputé pour être arrogant et donneur de leçons. On pourrait croire que ce genre de match, et tout ce qui l’a précédé, permettrait de donner une bonne humilité à tous. En fait, on a rarement entendu autant de donneurs de leçons qu’actuellement. Ce déchaînement sur cette équipe et ses responsables a déclenché beaucoup de critiques, mais peu d’autocritique. Le mot « humilité » n’est jamais sorti, je crois. Or, pour paraphraser le héros dans V pour Vendetta « les dirigeants sont lamentables, mais qui les a élus ? » C’est peut-être un trait français, finalement : beaucoup de critiques, peu d’autocritique.
  • Comme d’habitude, on en appelle à une réflexion et des nouvelles réglementations. Mais c’est comme pour les marchés financiers : croire qu’une loi va changer les choses, sans intégrer l’esprit humain et ses motivations, c’est nier la nature même d’un peuple à forte composante méditerranéenne comme le Français. Et c’est jeter de la poudre aux yeux tout en manifestant la volonté de ne rien changer.
  • Par ailleurs, il y a (parmi tant d’autres) une question de fond : le football est-il un divertissement, un business ou une vitrine nationale ? J’ai l’impression qu’il y a confusion entre intérêts personnels et représentation nationale. Demande-t-on à chaque chanteur, chaque acteur, de représenter la France ? Y a-t-il un devoir de réserve à partir du moment où l’on est la cible des caméras ? Les exemples de discrétion ne manquent pourtant pas : qui saurait citer le nom du président du tribunal de l’affaire Kerviel ? Pourtant, ce magistrat fait son métier ces jours-ci devant un parterre bien fourni de journalistes…
  • Cette affaire de football, c’est comme Gala. Du consommable en terme d’indignation, de rêve, de discussions chez le coiffeur, et on passera vite à autre chose, comme le mariage d’une princesse ou les mésaventures alcooliques d’un pipol. Ce qui me gêne, comme dans Gala, c’est cette capacité de jalousie à se déclencher devant les vies des autres. On a l’impression qu’il y a dans beaucoup de Français des personnalités ambivalentes : protecteur égoïste de ses propres intérêts, et critique collectif des intérêts des autres. Je ne crois pas qu’on peut se construire par la négation, en ayant des comportements réactifs par rapport aux actes des autres.
Cette entrée a été publiée dans Réflexions. Placez un signet sur le permalien.

3 Responses to On refait le match…

  1. Gon0S dit :

    La coupe du monde, c’est du business, et ça permet de satisfaire le peuple (les romains parlait du pain et des jeux, blablabla…).

    Que nos politiques s’indignent et que notre président se charge personnellement de cette affaire (pour régler quoi ? personne n’en saura rien, et il n’y a certainement rien à régler comme cela), bref ce tapage tant politique que médiatique permet de remplir les médias mainstream d’informations totalement futiles, tout comme une qualification voir une victoire aurait permit de faire oublier à la plèbe que des choses plus graves ont actuellement court. Les discussions de comptoir étant pour une fois raccord avec le buzz médiatique, jusqu’à ce que la femme du curé sera à nouveau repéré dans le lit d’un autre… (comment ça le curé n’a pas de femme ??)

    Bref, on brasse beaucoup de bits et de papier pour des futilités, et là encore, désolé de ne pas faire preuve "d’humilité", mais on parle beaucoup, on rle beaucoup, mais pour rien… Le peuple partira sur la côte d’azur se faire griller la pilule, puis viendra la rentrée de septembre o* l’on entendra comme chaque année le marronnier de saison, à savoir que tout augmente, qu’on a passer des lois en cachette pendant l’été,etc… Mais à part rler, parler, se plaindre, on ne verra toujours rien venir pour changer tout ça. Bienvenue en France, pays des droits de l’homme et des libertés…

  2. Benjamin dit :

    Sans oublier l’affaire d’état… Sarko a envoyé bouler plusieurs ONG de lutte contre la Pauvreté et la Faim pour recevoir Thierry Henry. Du Pain et des Jeux en somme. Ou plutôt devrais-je dire "Des Retraites et des Jeux" si j’en crois les cris dans la rue…

  3. Docthib dit :

    @ Gon0S : OK, je trouve le commentaire un peu poujadiste, en même temps, j’ai choisi un sujet qui ne brille pas par sa finesse. Et entièrement d’accord sur ce panurgisme des saisons, c’est l’été on oublie tout, c’est la rentrée on recommence sur une ardoise vierge. Les sociétés humaines n’apprendraient donc jamais ? Est-ce que cette capacité d’oubli est spécifiquement française ?

    @ Benjamin : meu non, il n’y a pas d’affaire d’Etat en France. Surtout pas actuellement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.