Cinétique du Pékin – Space Intruders

Dans la chronique « cinétique du pékin« , nous nous sommes cantonnés pour l’instant à un espace clos et bien délimité : la rame de métro. Avec, il est vrai, une incursion dans la dynamique, sous la forme de l’entrée-sortie de la dite rame, et du placement progressif dans la rame. Mais cela s’apparentait plus au mouvement du pion qu’à la diagonale du fou. Nous passons aujourd’hui dans un espace de caractéristiques opposées : une zone sans murs, sans couloirs, sans obstacles. Exemple : la salle des pas perdus d’une gare ; l’espace devant les quais ; la Place Carrée sous le Forum des Halles. Et nous rajoutons une contrainte pas si exceptionnelle : cette salle n’est pas trop remplie. Ce n’est donc pas la salle d’un concert à succès, mais plutôt un espace où l’on peut se mouvoir assez librement, mais pas seul.
Un parfait exemple de mouvement d’un gaz dans un espace certes clos, mais sans obstacles.
En observant ces conditions, on se dit : chic, nulle entrave, chaque corpuscule (le pékin lambda) va aller au plus simple, c’est-à-dire qu’il va se déplacer selon une droite depuis son point de départ jusqu’à sa destination.

Que nenni.

Car d’autres corpuscules se déplacent aussi dans cet espace, et étant donné que le pékin n’est pas une particule aveugle et insensible, il va essayer d’éviter les autres (alors que la molécule de gaz, elle, se contrefiche de jouer aux autos tamponneuses). Ce qui signifie que le pékin va mettre en oeuvre des mécanismes cérébraux dont il n’a certes pas conscience, mais qui remontent à l’âge des cavernes et aux glorieuses périodes de la chasse à la galinette cendrée. Il faut en effet anticiper les trajectoires des autres pékins, tout en mesurant leur vitesse, le tout sous une contrainte d’optimisation (prendre le chemin le plus rectiligne possible). Cela rappellera à une certaine génération le jeu Space Invaders : il fallait décaniller des envahisseurs, mais de temps en temps, zoupla, il y avait un vaisseau qui valait cher qui passait en haut de l’écran, alors il fallait tirer en tenant compte du fait que (1) le vaisseau qui valait cher se déplaçait vite (2) le missile devait passer entre les envahisseurs qui étaient méchants aussi mais qui ne valaient pas aussi cher (la preuve, ils se déplaçaient plus lentement).

Si l’on marquait chaque pékin à la fluoresceine, on verrait que la trajectoire de chacun s’apparente plus à une ligne brisée qu’à une droite raide comme la justice. Tel le chauffeur de taxi parisien, qui emmanche des bouts d’itinéraires les uns après les autres, le pékin réinvente sa marche. Qui chantera ces oeuvres d’art éphémères, tracés évanescents sur le marbre froid des capitales inhumaines ?

Cette entrée a été publiée dans Cinétique du pékin, Réflexions and taguée . Placez un signet sur le permalien.

2 Responses to Cinétique du Pékin – Space Intruders

  1. mamzelle dit :

    Doc, Vous ne travailleriez pas chez Nissan par hasard? 🙂
    http://www.wikio.fr/video/178391...

  2. Docthib dit :

    Ah, ça, mamzelle, vous êtes extra-lucide !
    (en fait, c’est de la sérendipité 🙂 Je prévois de continuer cette palpitante série de la Cinétique du Pékin par plusieurs analogies avec les bancs de poisscailles, comme quoi…
    Cela dit, votre vidéo, là, elle ne montre pas un *banc* de poissons, comme son titre racoleur essaie de nous le faire accroire, mais une file indienne vaguement automatisée. Je prévois bien mieux dans mes laboratoires secrets et souterrains. Mais patience.
    Et à propos de patience : les commentaires sont modérés, donc inutile de faire un tir groupé de 7 commentaires en espérant qu’ils s’affichent immédiatement. Le maître-mot désormais est : patience, respiration, réflexion.
    Cela nous changera un peu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.