Ardoises électroniques

En d’autres temps, et pour d’autres raisons, j’apprécierais la dématérialisation des factures papier. En effet, l’argument écologique est non négligeable : économie de papier, d’enveloppe, de transport de courrier. Mais ces factures électroniques présentent plusieurs inconvénients :

  • D’abord, la démarche est inversée. Autrefois, on recevait (mode passif) une facture papier, elle était livrée à domicile à échéance fixe. Aujourd’hui, par exemple pour les comptes bancaires, on doit penser à se connecter régulièrement (mode actif) pour consulter ses comptes. C’est un argument qui semble de peu de poids, mais il a son importance pour moi : je cherche depuis des années à me libérer le cerveau de tâches, to-dos, rappels… Or, dans le cas d’une facture électronique, il faut faire la démarche d’aller voir, cela rajoute une chose à laquelle penser.
  • J’en viens à mon souci principal : si la facture est dématérialisée, on se connecte finalement assez peu pour la consulter. Sur les 6 derniers mois, je n’ai probablement jamais consulté mes factures d’abonnement Internet+téléphonie fixe. C’est pour cela que je ne veux pas passer aux factures électroniques pour mon téléphone portable : cela me priverait de ma vigilance sur les sommes dépensées au-delà du forfait.
  • De là, mon impression du jour : sous le couvert d’un discours écologique qui les arrange bien (green washing), les différents opérateurs doivent finalement se frotter les mains de voir tant de personnes passer aux factures électroniques « consultables en ligne ». Parce que personne ne les consulte, ou avec retard. La facture électronique, c’est la fin de la vigilance sur les comptes. Cela me rappelle un conseil – à mon avis très juste – sur les to-do listes : si vous faites votre to-do liste sur un ordinateur, imprimez-la. Si ce n’est pas imprimé, vous ne ferez pas les tâches.
Cette entrée a été publiée dans Réflexions. Placez un signet sur le permalien.

4 Responses to Ardoises électroniques

  1. joséphine dit :

    sans compter le frottage de mains pour les économies réalisées, qu’on ne répercute en général pas trop au client.
    mais ça bon, ça ne nous change pas grand chose alors on va pas rler pour rler.

  2. Docthib dit :

    Bon sang, mais tu as raison ! Et dire que j’oubliais ça… Ah les escrocs ! Si au moins ils branchaient un mécanisme piezo-électrique sur leurs mains, ça génèrerait un peu de courant…

  3. Ambiome dit :

    100% d’accord avec ce billet ! J’ai horreur des factures électroniques, je n’en veux pas. Déjà que je ne regarde pas assez bien le courrier que je reçois, si je dois penser en plus à aller chercher en ligne mes factures, je ne suis pas prête de les voir !

    Quant aux to do lists, j’ai vraiment besoin d’un papier et d’un crayon, ça rend mes taches plus réelles…

  4. Atchoum dit :

    Entièrement d’accord. La facturation électronique, c’est un attrape-gogos pour économiser du fric sous couvert de vocation pseudo-écologique. D’ailleurs, au risque de passer pour un dangereux naturophobe, je ne suis pas convaincu que l’industrie du papier soit si destructrice qu’on veut bien le croire pour l’environnement ; d’une, de plus en plus de vieux papiers sont recyclés ; de deux, la fabrication de pte à papier "neuve" contribue indirectement à l’entretien, à la préservation et au renouvellement des forêts. Oui, les fabricants de papier coupent des arbres (quand ils ne peuvent pas récupérer ceux tombés lors d’une tempête, par exemple), mais pas plus vite que ces arbres ne poussent, et en attendant ils bichonnent leur future matière première… ça ne veut pas dire qu’il faut gaspiller, mais me priver de relevés de comptes pour faire gagner du blé à mon banquier, il peut toujours se brosser !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.