20 km à pied, ça use, ça use…

Hier, je courais donc les 20 km de Paris. C’était, pour rappel, ma première course officielle après mon entorse du mois d’août. Une course test pour la préparation (cahotique) du Marathon d’Athènes, le marathon des origines.

  • 20′ d’échauffement sur les premiers kilomètres, puis à 19’38 », je suis passé à la vitesse que je visais : 5’30 » au kilomètre, en espérant tenir cette vitesse sur toute la distance.
  • Bonne nouvelle : je l’ai tenue. J’ai fini en 1h53’23 », ce qui est mon meilleur temps sur les 20 km de Paris (1h58 en 2003, 1h57 en 2005).
  • Moins bonne nouvelle : je ne peux pas tenir cette vitesse sur un marathon. J’ai bien senti, dans les jambes, que j’arriverais au Km 20. Peut-être, s’il avait fallu, j’aurais encore couru jusqu’au semi (21,1 km), mais c’était vraiment le maximum. Cela signifie donc que sur un marathon, je dois viser une vitesse plus lente, mais régulière (c’est tout le problème).
  • Mauvaise nouvelle (encore que, c’est pas dramatique) : c’est la première fois que j’ai autant souffert du peloton. Il faut dire, pour faire la photo, on avait attendu la dernière minute. Résultat : je me suis retrouvé tout en queue de peloton. Ce qui n’est pas dramatique, sauf que : j’ai passé mon temps à zig-zaguer. Et ça a été encore plus dur à partir du moment où je suis parti à 5’30 » au km. Il y aurait des papiers scientifiques à écrire sur la dynamique d’une foule en mouvement. Contentons-nous de quelques observations :
    • les rues de Paris peuvent être très étroites quand 2 000 coureurs s’y engouffrent en même temps (nous étions 30 000 au total)
    • il y a eu plusieurs moments où le peloton a été obligé de s’arrêter et marcher, jusqu’à ce que ça déroule à nouveau
    • ce n’est guère qu’à partir du Km 15 que j’ai pu courir un peu librement, et encore, j’ai continué à zig-zaguer, monter sur les trottoirs, me faufiler, attendre derrière des groupes, bref, ronger mon frein.
    • Au final, ça ne changerait probablement pas grand chose à mon temps : des années de course m’ont appris que tout ça se joue à quelques poignées de secondes. Mais je suis sûr que j’aurais eu une plus grande tranquillité d’esprit.

Maintenant, nous sommes à 4 semaines du Marathon d’Athènes. Je pars avec une bonne sensation (j’ai fait mon meilleur temps, ever, sur les 20 km de Paris) et une angoisse (je ne suis pas assez entraîné pour un marathon, because entorse). Comme d’habitude, parce que je ne me changerai pas, la bonne sensation l’emporte : je vais m’aligner sur la ligne de départ, et on verra bien. D’ici là, ça va représenter quelques réveils dans la nuit, pour aller enquiller des kilomètres.
Première fois que je fais ça de ma vie (mettre un réveil sur 6h du matin, m’habiller dans la nuit en baillant, partir sur du macadam dans des rues désertes). Sensation amusante.

Cette entrée a été publiée dans Courir. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.