Magnolia Express – 4ème partie – #15

Sautillons sautillons
 
Il y a longtemps, quelques jours après que j’aie rencontré Aline, alors que je la connaissais encore peu, je devais la retrouver non loin de chez moi, il y avait un club de tennis à côté de la forêt et elle y jouait de temps en temps. Je laissai Libellule à l’entrée du petit chemin et me dirigeai vers le court n°3. J’avançais dans un couloir de verdure entre les courts et de temps en temps je jetais un coup d’œil dans la haie à droite, un coup d’œil à gauche, à travers le feuillage grillage on voyait des joueurs blancs sortis de la machine à laver et on entendait « OUT ! », « HAN ! », « Tiens mieux ton revers ! » ou bien simplement des rires.
Je m’acheminai donc benoîtement vers le court n°3, il était à une cinquantaine de mètres devant, quand soudain, jetant un coup d’œil distrait à droite, je ralentis, m’arrêtai, regardai franchement. L’homme se préparait à servir, il me faisait face tout au bout du court, faisant soigneusement rebondir la balle sur le terrain, se préparant à l’assaut. La jeune fille (jeune femme ?) me tournait le dos, attendait, bien campée sur ses jambettes qui dépassaient de sa jupette. Dans cette attitude, légèrement penchée en avant, immobile, elle semblait ne rien voir, ne rien entendre que le toc toc toc de la balle de tennis là-bas.
 
L’homme servit comme une brute, comme un vidangeur, il asséna son coup comme s’il avait voulu assommer un taureau avec sa raquette. Un éclair de jupette, un choc sourd et je vis la balle qui retournait à l’envoyeur avec autant de force tandis que la jeune fille (jeune femme ?) sautillait en attendant le coup suivant, elle était passée d’une immobilité totale à ce sautillement comme si elle était chargée à craquer d’énergie lumineuse, pleine d’impatience de chaleur de puissance de volonté, prête à se battre et à y prendre du plaisir. Pendant l’échange qui suivit, elle sautillait entre les coups, se replaçait rapidement, et puis elle partait d’un coup, plantait ses pieds fermement dans le sol et là, bien campée, le bras étendu, préparait son coup, dans lequel elle mettait toute cette énergie, ça faisait POW ! et on voyait des étincelles dans ses cheveux qui flottaient librement. L’échange s’est terminé quand le vidangeur du fond du court a raté la balle d’un bon mètre, il avait la figure rouge et transpirait, et elle, pendant qu’il ramassait deux balles, elle attendait, immobile à nouveau, et puis tout a coup elle a sautillé sur place, comme ça, pour rien, pour évacuer le trop-plein, et je me suis dit « Dieu tout puissant, mais quelle vitalité ! Quelle vitalité ! » Elle piaffait sur place comme un jeune fauve entre deux combats et j’étais admiratif, j’aime voir ce genre de choses, il existe encore des gens vivants, ceux qui ont faim, soif, qui ont envie que tout arrive, qui poussent des « Oh! » des « Ah! » devant la beauté toujours renouvelée de la vie et qui débordent d’énergie vitale, qui la communiquent aux autres comme un brasier qui s’étend dans les mes et les consume d’une jubilation sans fin. On ne peut pas être mortel quand on éprouve ça.

Je repris mon chemin après un dernier coup d’œil, elle me tournait toujours le dos, sérieuse, concentrée, sans avoir vu son visage je sentais qu’elle devait avoir une vraie beauté naturelle. Mais je balayai vite ce bouillonnement de pensées, là-bas, au bout, m’attendait Aline, et rien d’autre n’était important.

Creative Commons License
Roman, publié progressivement, sous un contrat Creative Commons. Et aussi sous licence Touchatougiciel.

Le roman, dans l’ordre, est
.

Cette entrée a été publiée dans Magnolia. Placez un signet sur le permalien.

0 Responses to Magnolia Express – 4ème partie – #15

  1. Atchoum dit :

    Ah, le tennis ! Quel beau jeu ! Bravo pour ce texte (pas que les autres ne soient pas bons, morbleu, loin de moi…) ; seulement celui-là sonne à mes oreilles et les souvenirs, vus et vécus, y répondent !

  2. Docthib dit :

    Hello Atchoum,
    welcome back !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.