Pensée floue – Les mains dans le cambouis gagneront toujours

Paradoxe : plus le temps passe, plus l’accès à l’information devient facile ; mais plus celle-ci devient évanescente.
Bon, je recommence.
Je suis en train de travailler sur des séries historiques, des chiffres économiques, me demande pas, je vais te prendre la tête, et tu as ton hamster à nourrir, je sais bien que je ne suis pas grand chose dans ta vie, juste quelques pixels sur un écran, ou un pantin en amphi, tu vois le topo.
Arrête de m’interrompre, je perds le fil.
Je compile des séries économiques, et j’utilise mon chéri OpenOffice pour faire mes calculs sous tableur.
Ce qui me frappe, c’est qu’il faut développer la virtuosité du mécanicien. Bidouiller dans le cambouis.
Bon, je recommence.
Un tableur, c’est un ensemble de fonctions. Plus le temps passe, plus les producteurs de tableurs (OpenOffice, Google Documents, Zoho…) développent des trucs en plus. Et que je te mets des tableaux croisés, de l’auto-complétion de cellule, des liens web, un distributeur de viagra, des slips en polaire.
Mais les vrais aventuriers, les conquistadors, ce sont ceux qui, il y a 10 ans, inventaient tous les moyens possibles pour contourner les limitations du logiciel.
D’où aphorisme :
Plus l’outil est simple, plus tu es contraint à être ingénieux.
Plus l’outil répond à tes besoins, moins tu es imaginatif.

Voilà un aphorisme que les gars de l’Oulipo ne démentiraient pas.

Après, j’ai continué à écrire, mais ça partait en trucs filandreux, donc je m’arrête là :

Chéris ta clé anglaise, le vrai pouvoir est dans ta main, qui prolonge ton cerveau.

Cette entrée a été publiée dans Productivité. Placez un signet sur le permalien.

0 Responses to Pensée floue – Les mains dans le cambouis gagneront toujours

  1. Julien dit :

    comme j’ai l’habitude dire depuis que je bidouille du html, css, php:
    "lorsque le mur est trop haut, passe à côté"

    je devrai bouddha ou Confucius tiens

    en même temps, y aura toujours des trucs compliqués à bidouiller. Avant (y a longtemps), on était inventif pour faire du feu, maintenant on a des briquets (qui ont été inventés avant les alumettes, t’y crois ça)

    bon, je commence à faire de longs commentaires, ça ça veut dire que mon blog me manque. je sais même pas si je vais pouvoir récupérer faux-rebonds.net ou si je vais me le faire piquer par des garagistes qui vont me le revendre au enchères.
    bouhihouhio…..

  2. matthieu dit :

    dans le même ordre d’idée, lu un article qui expliquait fort bien que ce magnifique outil d’ouverture au monde qu’est le net ne faisait que nous enfermer dans une bulle de plus en plus petite, en limitant, pour la plupart des usagers, son utilisation à un cercle ultra restreint de sites consultés, notamment via les aggrégateurs RSS dont on ne sort quasi plus des liens qu’on y a mis (ouh la, doute syntaxico-grammatical énorme là… passons…)
    allez, hop, je crashe mon netvibes 🙂

  3. Monsieur de Saint-Saëns dit :

    En 1960, les Russes, pour contrer la menace d’un nouveau bombardier américain trisonique (c’est à dire capable de voler à Mach 3), décident de fabriquer un chasseur trisonique, le MiG 25. L’avion, un trésor d’ingéniosité (fuselage en inox recouvert de titane, géométrie variable, post-combustion), est rapidement considéré à l’époque par les militaires occidentaux comme le plus avancé des chasseurs existants. En 1970, un pilote soviétique fait défection avec son Mig 25 et atterit au Japon. L’avion est entièrement démonté. On constate que l’électronique est… à lampes.

  4. Docthib dit :

    @ Julien : je crois beaucoup à cette loi du cambouis en programmation. Tu m’aurais vu, avec mes macros Excel il y a 20 ans, je *contournais* littéralement les limites du logiciel (NB : il y a 20 ans, il n’y avait pas de langage de programmation, donc une macro était limitée à un enregistrement de fonctions). Pour FauxRebonds, tu auras toujours le cache de Google, mais c’est sûr que c’est pas une solution satisfaisante…

    @ Matthieu : J’adhère un peu moins, même si, en effet, c’est le même ordre d’idée : nous sommes souvent comme des gens qui, chez Fauchon, iraient toujours acheter les mêmes pommes et c’est tout. J’adhère un peu moins, parce que c’est quand même Fauchon, et qu’il suffit de lever les yeux de son clavier pour voir des papayes, des mangues, des crêtes de coq et des langues de gekko…

    @ Monsieur de Saint-Saëns : absolument génial. C’est aussi le sens des manips que fait Gary Sinise dans "Apollo XIII" : il essaie de gagner quelques milliampères sur la batterie du bord, qui doit correspondre à 1/10ème de la puissance de n’importe quelle pile bton aujourd’hui. Et la mémoire de l’ordinateur de bord devait être de 4 Kilo-octets… (tu te rends compte, c’est merveilleux, il pouvaient programmer sur 4 000 octets, quel luxe !)

  5. matthieu dit :

    En effet, personne ne nous empêche de cliquer QUAND même sur le lien de la page d’à côté 🙂

  6. Yann dit :

    @ all, vos derniers échanges me font penser au temps que je peux perdre/gagner sur le site de TED
    http://www.ted.com/

    Pour les ordinateurs, George Dyson:
    http://www.ted.com/index.php/tal...

    Et pour l’espace aussi
    http://www.ted.com/index.php/tal...

    Et tout le reste est ……

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.