Note to self – la mort et la flamme

Je connais une personne, que j’aime, et qui mourra jeune. Dans sa famille, on n’en parle pas, on le passe sous silence, parce qu’elle est censée être guérie, donc c’est fait, hein, pourquoi on reviendrait sur ces épisodes désagréables du passé ?
Jusqu’à récemment, j’attribuais cela à de l’égoïsme, du bovinage : « elle est guérie, donc elle n’est plus malade ».
Mais une discussion à midi, avec une autre personne que j’aime, m’ouvre les yeux. Là où je ne voyais que de l’égoïsme (je me protège de l’inconnu, j’annule cette peur de la mort en niant le fait que cette personne puisse mourir), il peut y avoir une autre explication : la pudeur des autres, qui n’osent pas parler ouvertement de leur peur, par bienséance, par éducation, que sais-je. Le problème, c’est que cette attitude – très respectueuse – les éloigne d’elle, car elle se dit « ils ne se rendent pas compte », alors même, peut-être, qu’ils se rendent compte, mais n’osent pas / ne veulent pas en parler avec elle. Avant de la perdre pour de bon, ils la perdent déjà par leur silence. Et c’est pourtant de l’affection, et de la protection, de leur part, que de ne pas intervenir. Chaque être humain est une île. Le problème est que, le jour où elle mourra, ils regretteront probablement leur silence, tous ces moments dont ils auraient pu profiter ensemble, au lieu de se retrancher derrière leurs conventions. Et probablement, ils l’aimaient. Ils n’ont juste pas trouvé le bon moyen de l’exprimer.
Mais du côté positif, il reste tant de choses à faire. Chaque minute compte. Nous sommes des feux qui brûlent, et comme le dit Tyrell dans Blade Runner, tout est une question d’intensité et/ou de durée du feu.
Notre but, finalement : transmettre de la chaleur, et donner la force d’affronter la nuit.

Cette entrée a été publiée dans Blog. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.