Cinétique du pékin – 2

On va supposer que vous avez réussi à monter dans la rame. Il s’agit maintenant de se placer. Reprenons notre analogie fondée sur le Jeu de Go. Au Jeu de Go, il y a deux choses à noter :

  1. on place une pierre en fonction des degrés de liberté qu’elle permet d’obtenir
  2. il y a une hiérarchie des placements. Celle-ci est fondée sur cette notion de degrés de liberté, mais aussi sur des critères absolus (par exemple, un point parfaitement défini par ses coordonnées X Y dans l’espace de jeu) ainsi que des critères relatifs (la distance par rapport à un autre groupe de pierres).

Pour l’instant, je ne vais traiter que des placements absolus, car les placements relatifs dépendent de la foule et de sa viscosité. Nous allons donc nous placer dans un monde hypothétique (ou alors, dans le monde réel à 6h du matin) dans lequel nous avons une relative liberté de mouvement dans la rame. En bref, supposons qu’il n’y a pas de trop de pékins sentant l’ail et les aisselles sur notre chemin.

Avisons d’un oeil sagace le crobard de gauche. Le point idéal est le 1, opposé à la porte, adossé à la porte opposée (oui, ça rappelle les PNC). De là, vous êtes indélogeable, et relativement confortable, car adossé. Une remarque sur 1 : certains pékins en 2 profitent du fait qu’ils vous tournent le dos pour vous foutre sous le nez, soit leur dos gras, soit leur sac à dos rêche. Je n’ai pas vraiment de solution à cela, sinon la respiration stoïque, ou la pression comme-par-hasard dont le sens, en pékin, est « il y a quelqu’un derrière toi, ô dos fumeux ! »
Si 1 n’est pas libre, prenez position sur 2, et attendez que 1 se libère. Éventuellement, optez pour un des 3 (celui près du poteau central est le meilleur, de là, basculement vers 2, puis recul vers 1).
Évidemment, les 3 aux strapontins sont des zones à chaud, il s’agit de juger, c’est selon.
Quant aux 9, ils marquent clairement des zones inconfortables, car de passage. Cela impose des gymnastiques, mise de face, de côté, repli latéral, insertion des épaules, double axel, contorsion, épanchement de synovie, salto piqué…
Passons maintenant au crobard de droite, qui donne la disposition d’une rame plus moderne. Notez le placement des banquettes, qui supprime la moitié des strapontins, ceux-ci étant une abomination, puisqu’un strapontin, c’est la possibilité de s’asseoir dans une zone où on se tient debout, c’est con.
Dans cette rame nouveau genre, le point d’adossement central (précédemment 1) n’a plus qu’une valeur de 2, non pas qu’on puisse moins bien s’adosser que précédemment, mais parce qu’il existe une meilleure position : le 1. Ce 1 permet de s’enclencher dans un coin, de protéger son côté, voire de plonger dans le décolleté de Camille qui est en train de lire.
Si 1 n’est pas libre, on peut envisager la figure désormais classique : 4 prise de position, puis rotation centrale : 3, repli de dos : 2, translation latérale : 1.
Notez le 3 du bas, qui est une position à ne pas négliger, j’ai fait attention avec mes gros doigts à bien montrer qu’il existe vraiment un espace sécurisé entre la porte et la banquette. En françexte dans le tais, c’est un endroit dont vous n’avez pas besoin de bouger quand les pékins descendent / montent.
Bien bien bien.
La prochaine fois, je ne sais, soit on traitera des entrées sorties, soit on quittera la rame de métro pour parler des grappes de pékins, grappes statiques, grappes mobiles.
Vaste programme, comme disait le Général après qu’on lui eût dit « Mort aux cons ! »

Cette entrée a été publiée dans Cinétique du pékin, Réflexions and taguée . Placez un signet sur le permalien.

0 Responses to Cinétique du pékin – 2

  1. camille dit :

    je note en passant qu’au milieu des pékins, Camille dans le métro n’est pas anonyme

  2. Docthib dit :

    Vous notez vrai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.