Aphorisme

« Quand ça change vite, ça change toujours dans le mauvais sens ».
Il faut du temps pour établir la confiance, et pour faire de bonnes choses, il faut accepter de prendre (et non pas perdre, comme le croient certains) du temps.
Par opposition, les stratégies de « j’arrive, je change tout, je ne prends pas le temps de consulter », on sait où ça mène.
Tristan Nitot a publié hier un excellent billet sur le sujet. J’y reviendrai (ou pas), car enseigner, ou publier des manuels, c’est vraiment une stratégie de très long terme. Et on se souviendra de mes réflexions sur la tyrannie du court terme.

Cette entrée a été publiée dans Réflexions. Placez un signet sur le permalien.

0 Responses to Aphorisme

  1. Christian dit :

    Mettez-ça sur le compte de trop jeunes années, mais la meilleure méthode pour moi pour réformer, c’est :
    Si aujourd’hui, on devait recommencer de zéro, qu’est-ce qu’on ferait?
    La définition du projet en découlant serait tellement bien, et susciterait tellement l’adhésion que la a réforme en serait facilitée.

    Je vous renvoie vers une note de Tom Peters (ok je sais) parlant un peu du même thème ou pas :
    le titre est un poème :
    Enhance Cross-Functional Effectiveness and Deliver Speed, "Service Excellence," and "Value-added Customer ‘Solutions’
    http://www.tompeters.com/entries...

  2. Docthib dit :

    Christian, ce que vous dites là est plein de profondeur. Sérieux. Je vis dans un environnement dans lequel le terme "réforme" apparaît souvent. Reste à connaître comment ces réformes sont décidées, conçues, implémentées. Votre règle a pour moi un énorme avantage : elle crée l’adhésion, car on partage tous un rêve, un enthousiasme. C’est ce que Tristan Nitot dit depuis des années sur la genèse du projet Mozilla (puis Firefox).
    Maintenant, l’article de Peters, il va me falloir du temps pour le lire : (1) une intro longue et confuse ; (2) beaucoup de termes de jargon que je ne comprends pas bien dans le contexte (c’est quoi, silo-ing ? mettre en silo ? Quoi que c’est ?). Mais il y a probablement des bonne choses à glner. Même si ça devrait normalement concerner plutôt http://www.devperso.fr (mais c’est une autre histoire). Merci en tout cas.

  3. Yves Duel dit :

    je suis d’autant plus sensible au terme que je tente d’écrire un gros papier un peu chiant sur "la vitesse" alliée au radicalisme des réformes dans un domaine bien particulier (implanter un système de microfinance). Aller vite, c’est la certitude de dévaster sans même les voir des micro-institutions silencieuses qui sont souvent le coeur même des liens sociaux. Le prêt, le crédit, la confiance sont le coeur même de ces liens sociaux. Le radicalisme des réformes proposées par les généreux détenteurs du fric consistent trop souvent à dire : poussez vous, jvais vous montrer ce qu’est un "Marché Du Crédit". Et donc faire naïvement comme s’il s’agissait d’une activité qui ne relève que des principes (je veux dire : des croyances) de l’efficience des marchés, alors qu’il s’agit avant tout de liens sociaux de dépendance, de gestion de projets collectifs et de trucs subtils et compliqués comme ça.

    Tiens, une suggestion : celle qui m’a le plus aidé dans ces réflexions, c’est Florence Weber, anthropologue (logique, non ?) et son tout petit bouquin sur l’ethnologie économique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.