Pensée véronaise – Pietà

Église San Anastasia, superbes fresques au plafond, et des marches de marbre carmin complètement usées. Il aura fallu des siècles, et des millions de pieds de pénitents, pour que le marbre froid, géométrique, inhumain, accepte d’arrondir ses angles, de s’adoucir, de prendre enfin les formes accueillantes de notre sainte mère l’église.
L’humilité de millions de pélerins contre l’orgueil fou d’une pierre.

Cette entrée a été publiée dans Réflexions. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.