Caillou – Vénitien

A Venise le jour,
je marche au milieu des places,
insouciant.
A Venise la nuit,
je longe les murs,
furtivement.

Tant d’ombre abrite encore tant de noirceur.

Cette entrée a été publiée dans Caillou. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.