Caillou – Fatal glaçon

Elle se retrouva
Prise dans les glaces
D’une vie trop géométrique
Où chaque chose avait sa place
Sans place pour elle.
(beauté froide du cristal,
Qui annule tout mouvement)
Elle devint Phenix,
Elle devint thermogène.
Elle s’échauffa, se secoua
Un peu.
(Il ne fallait pas endommager
Ses glaçons proches.
Se libérer ne signifie pas détruire).
Elle fondit dans l’eau tiède,
Infinie.

Pour autant que je sache, elle y est encore, partout à la fois,
Déposant des baisers salins
Sur tout être libre qui vient à elle.

Cette entrée a été publiée dans Caillou. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.