Livre lu – De cape et de crocs, tome 8 : le maître d'armes

Ah je l’attendais depuis un an, depuis Chasseurs de chimères. Mazette, un an et demi !
J’attendais ce Maître d’armes, dont je devinais l’identité (comme une évidence).
Ce tome est superbe. Superbes dessins, à l’aérographe (?), cristallins, aérés, superbes couleurs de soleils couchants, de nuits. Maîtrise parfaite des expressions de visages, des postures, souvent façon Comedia dell’Arte. Certains se plaindront peut-être de l’abondance d’alexandrins, moi je me délecte.
Et cette fin, façon Siège d’Arras, c’est terrible, avec une idée absolument géniale pour les couleurs.
Je suis fan, depuis le début, et je ne suis vraiment pas déçu. Il n’y a plus qu’à attendre de longs mois pour le prochain tome. Tiens, pour patienter, je pourrais relire La princesse lointaine, ou bien lire Les Musardises, d’un certain… Edmond Rostand.

NB : malgré le ton dithyrambique, ce thibillet n’a pas été sponsorisé. J’écris skeuj veux.

Cette entrée a été publiée dans Livres. Placez un signet sur le permalien.

0 Responses to Livre lu – De cape et de crocs, tome 8 : le maître d'armes

  1. caroline dit :

    J’ai franchi le pas "De cape et de crocs" grce à votre billet qui a achevé de me convaincre.
    Un dimanche pluvieux m’a permis de dévorer les deux premiers opus. Chaudement recommandé pour un intense moment d’évasion. Je suis accro à Eusèbe.

  2. Docthib dit :

    Il est choupion, n’est-ce pas ! J’attends avec impatience le tome 9 (dans un an ? 🙁 ) où, peut-être, nous découvrirons le sombre visage de Fulgence, alter ego cuniculesque…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.