De Cyrano vieux à Roxane jeune, 10 ans après

Nous vivons côte à côte depuis si longtemps
Engagés dans la vie, dans ses nombreux contrats
Sur le lit du papier j’ai signé plusieurs fois
Mon nom avant le tien, ou le tien précédant.

Nous ne sommes rien de plus que nos deux signatures
La tienne est en volutes, en boucles de rondeur
Qui forment un rappel de tes yeux, ta blondeur
Elle conclut en un point, comme une apogiature.

Couché à tes côtés, je me différencie
Nos deux noms accolés forment un couple graphique
Dont tu prends la douceur, dont je montre les piques
Défendant le foyer face au mur de la nuit.

Point de musique en moi, mon nom est une flèche
Hérissée de barbons, affûtée et farouche
Dans un trait qui vous dit « Que personne ne me touche »
Non pas fils d’une plume, mais d’une pointe sèche.

Il arrive pourtant que tu signes à ma place
La plume dans ta main change de caractère
Pour ton nom les courbures, la douceur de la mère
Et pour le mien les griffes d’un vieux loup qui chasse.

Nous ne sommes rien de plus que nos deux signatures
La plume peut ignorer qui tracera les lettres
Le papier seulement connaîtra l’aventure
De ton me qui écrit jusqu’au fond de mon être.

********
Je ne suis pas vraiment satisfait de tout ça, c’est un essai, ça me paraît bien pompier…

Cette entrée a été publiée dans Fonds de miroir. Placez un signet sur le permalien.

3 Responses to De Cyrano vieux à Roxane jeune, 10 ans après

  1. mamz"elle dit :

    Doc, le quotidien nous tuera…:-)

    je laisse la plume à un autre poète

    Laissons le champs libre à l’oiseau
    Nous seront tous les deux priso-
    nniers sur parole

    A aucun prix, moi je ne veux
    Effeuiller dans le pot-au-feu
    La marguerite…

    (oui, un peu trop "pom pom tralala " votre Cyrano!
    envolez vous sur les volutes de son paraphe!)

  2. mamz"elle dit :

    Doc, le quotidien nous tuera…:-)

    je laisse la plume à un autre poète

    Laissons le champs libre à l’oiseau
    Nous seront tous les deux priso-
    nniers sur parole

    A aucun prix, moi je ne veux
    Effeuiller dans le pot-au-feu
    La marguerite…

    (oui, un peu trop "pom pom tralala " votre Cyrano!
    envolez vous sur les volutes de son paraphe!)

  3. Yves Duel dit :

    J’ai l’honneur de
    Ne pas te demander……

    Mais il y a des jolies chose, monsieur le pompier , comme ceci :

    Il arrive pourtant que tu signes à ma place

    ou cela :

    Sur le lit du papier j’ai signé plusieurs fois

    (curieux moi j’aurais écrit "DE papier" ; signe que j’ai rien compris ? Ah, la poësie !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.