Touillage de sac

Dans le métro, il y a les préhistoriques, ceux qui sortent un petit morceau de carton coloré, qui l’insèrent dans la fente, qui récupèrent (ou vitupèrent en cas de petite lumière rouge) et qui passent. Et puis il y a les immatériels, les évanescents, qui laissent flotter leur Pass Navigo d’un air dégagé (ou préoccupé, du genre « je pense à autre chose, je suis multi-tche »). Dans les immatériels, il y a les femmes. Et là, je vais te dire, ça le fait pas du tout. C’est une des rares fois où les hommes sont fluides et grcieux (dans les limites de leurs limites) et les femmes sont à la traîne. Le problème vient de la technologie « sans contact », qui facilite la vie, mais aux dépens de l’esthétique cinétique :

  1. La femme typique (j’allais dire moyenne, c’est montrer d’où je viens, et le chemin qui me reste à parcourir) ne sort pas le Pass Navigo de son sac à main, elle entend bien profiter de la technologie sans contact ;
  2. Elle pose donc son sac à main sur la zone de détection, et ça fait Pof-bling ;
  3. Le plus souvent, ça ne marche pas. Alors vient le touillage : la femme, tenant son sac à (deux) main(s), lui fait opérer un mouvement circulaire sur le détecteur, elle voudrait lustrer le métal poli qu’elle ne s’y prendrait pas autrement et ça fait Ziouip ;
  4. Le plus souvent, ça marche, mais il y a quand même les cas où il faut renverser latéralement le sac, comme une peluche qu’on martyriserait, parce qu’à l’intérieur, le flacon de Chanel était entre le Pass Navigo et le détecteur, et les ondes fluchtrales ne passent pas au travers du Chanel (ce serait une chose à améliorer pour la version 2.0 de la technologie sans contact). Et ça fait Bling-clonk ;
  5. Et puis à un moment, ça fait Tilou ! et le monde se remet en place, les jambes des femmes redeviennent des compas qui arpentent le globe terrestre en tout sens, lui donnant son équilibre et son harmonie.

Au final, les femmes ont l’air de caissières de supermarché devant leur code-barre, et même Ariane Ascaride dans « Marie-Jo et ses deux amours » a du mal à garder son charme dans cette posture (et dieu sait si elle a du charme).

Cette entrée a été publiée dans Fonds de miroir. Placez un signet sur le permalien.

0 Responses to Touillage de sac

  1. lili dit :

    Peuchère, Doc, la nostalgie n’est plus ce qu’elle était!
    y a donc plus de poiçonneur aux Lilas ?
    vous pensez qu’un jour les portables serviront aussi à repasser nos chemises?
    ( je regarde toujours d’un air triste et amusé tous ces gens qui ont un portable greffè à leur oreille ( le comble de la misère pour moi étant l’oreillette), mais je vous assure je vis sans portable et je vais bien )

  2. Da Vinci Yog dit :

    Tu verras Doc’, tout ira mieux quand ton Pass Navigo sera sur ton téléphone Bouygues Telecom..et ça c’est pour bientôt…

    L’actu, ici, c’est évidemment l’iPhone que je vais acheter la semaine prochaine si le vent de folie qui règne déjà ici me le permet…les gens vont devenir fous… à suivre sur mon blog of course 🙂

  3. hé hé dit :

    L’homme qui aimait les femmes…
    (Et sans google monsieur)

  4. Docthib dit :

    @ Lili : j’ai été farouchement anti portable. Maintenant j’en ai un, mais je suis farouchement anti-utilisateurs de portables. Quant à repasser les chemises, je préfèrerais une esclave nubile, parfumée et docile, qui repasserait mes chemises et prendrait mes messages…

    @ Da Vinci Yog : nous avons une connaissance commune (un président qui joue au rugby) qui a fait un mémoire sur le porte-monnaie électronique. Il y a du potentiel, il y a des blocages. A suivre… sur ton blog 😉

    @ Hé hé : skeu c’est que la culture ! Bravo mon ami(e), t’es le/la plus fort(e).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.