Magnolia Express – 2ème partie – # 26

Gros Bêta
 
Nous étions sur la jetée, Eileen s’est tournée vers moi, toute harnachée des pieds à la tête avec des bouteilles d’oxygène, des palmes aux pieds, des tubes partout et une espèce de harnais gonflable autour du buste. Elle a cligné de l’œil derrière son masque, a fait OK avec les doigts, puis HOP elle a sauté à l’eau pour rejoindre le moniteur. L’eau bleue moussait de bulles et d’écume blanche, puis le nuage s’est dissipé, Eileen et le moniteur se sont préparés et ont basculé vers le fond bleuté. Bientôt la surface a repris son teint de jeune fille, nous étions penchés sur la rambarde, à regarder silencieusement nos reflets dans l’eau.
 
Conrad s’est tourné vers moi en grimaçant : « Bon sang mais quelle idée ! Tu as déjà voulu faire ça, toi, dormir au fond d’un lac ? Est-ce que ça rime à quelque chose ?! ». Je ne savais pas très bien , c’est vrai que quand elle nous avait dit ça, on s’était regardés entre nous en se demandant ce qu’il fallait en penser. Eileen nous a dit qu’elle en rêvait depuis longtemps, que dormir tout au fond d’un lac, ça devait être reposant, et calme surtout, si calme, elle voulait le faire.

On aurait pu en rire, mais elle nous regardait sérieusement et Aline a dit qu’elle comprenait. Alors bon, si Aline comprend, il n’y a plus de questions à se poser. En tout cas, je le dis au risque de perdre mon indépendance intellectuelle chèrement acquise au fil des années, pour moi il n’y avait plus de questions à se poser. Mais pour Conrad, bernique ! Lui il ne comprenait pas, et qu’Aline lui dise ça, ça ne lui faisait ni chaud ni froid : il n’en voyait pas l’intérêt et on sentait qu’il était inquiet, peut-être qu’il imaginait que le fond d’un lac est toujours rempli de pieuvres d’eau douce et autres aquamonstres lacustres. Il n’avait jamais autant parlé et il faisait NON avec sa tête mais Eileen répondait avec un OUI têtu, avec un air un peu boudeur (et pourtant Eileen, habituellement elle n’était pas difficile, pas embêtante pour deux sous), et au bout d’un moment Conrad s’est tu. Puis il a fait un effort pour sourire et il est allé voir le moniteur de plongée, a passé un bras autour de ses épaules et lui a expliqué calmement qu’il lui couperait le nez si jamais il arrivait quelque chose à Eileen, le moniteur acquiesçait un peu nerveusement et il essayait de s’échapper mais Conrad faisait peser son bras un peu plus lourd tout en faisant semblant de rien, à lui expliquer qu’il tenait à Eileen et qu’on peut toujours vivre avec un nez coupé mais que c’est moins drôle en général. Quand il est revenu vers nous en grommelant, Eileen l’a pris par la taille en riant et en disant Gros Bêta.

Creative Commons License
Roman, publié progressivement, sous un contrat Creative Commons. Et aussi sous licence Touchatougiciel.

Le roman, dans l’ordre, est
.

Cette entrée a été publiée dans Magnolia. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.