Magnolia Express – 2ème partie – # 15

Déchirement
 
Elle me regardait du fond de son (mon) fauteuil vieux cuir usé, l’air était tiède et poussiéreux mais je sentais mes joues brûler, j’aurais bien bu un grand verre de café glacé. Puis l’allumette brûla le bout de mes doigts, je secouai la main d’un geste vif, elle s’est penchée, s’est relevée du fauteuil. Elle était debout, me regardait en se mordillant un peu la lèvre.
Et la porte de la librairie s’est ouverte, Conrad est entré en braillant je ne sais plus quoi, quand il a vu Aline il a enlevé sa casquette en disant Bel astre du jour vous brillez de mille feux, puis, comme il tenait la porte encore ouverte, Aline a ramassé son petit sac, Conrad a mis la casquette sur son coeur en prenant une pose de grenadier à cheval, l’autre main sur la poignée de la porte, et Aline est passée en riant, s’est retournée, juste sur le pas de la porte, a voulu dire quelque chose, mais Conrad n’avait rien vu et a refermé la porte sur son nez.
Puis il s’est tourné vers moi :
– Alors fiston, tu n’as pas l’air content de me voir ?!
– …

Creative Commons License
Roman, publié progressivement, sous un contrat Creative Commons. Et aussi sous licence Touchatougiciel.

Le roman, dans l’ordre, est
.

Cette entrée a été publiée dans Magnolia. Placez un signet sur le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.