Goûts de chiottes

J’ai deux types de lectures dans ma vie :

  • les lectures de transport en commun (ou de plumard, mais le plumard peut aussi être un endroit de transports, idéalement en commun)
  • les lectures de chiottes

Les secondes doivent répondre à un cahier des charges précis :

  • ne pas être des romans, car
  • pouvoir être saucissonnables en x fois 5-10 mn
  • ce qui suppose un propos simple, facilement mémorisable (« où en étais-je ? Ah oui… »), et un ensemble de petites notions agglutinées, plutôt qu’un long développement linéaire. Pour donner un exemple, je pense qu’il est difficile de lire Proust aux chiottes. Ou Kundera, et même Giono.
  • La lecture de chiottes doit aussi tenir la distance, puisque, mettons, à deux fois par jour, 2-3 pages chaque fois, il faut entre 50 et 100 jours ouvrés pour finir un livre de 300 pages. (enfin, je ne sais pas, ça dépend des personnes. Par exemple, à mon travail, les chiottes de l’étage ont une porte qui est verrouillée depuis 3 jours. Soit c’est une personne qui lit Guerre et Paix, soit c’est le pire cas de constipation que j’aie jamais vu).

Quelles ont été mes dernières lectures de chiottes (au travail) ?

  • Fractales, hasard et finance, de Benoît Mandebrot, qui hélas est tombé dans la cuvette m’est tombé des mains (trop compliqué)
  • Le monde tel que je le vois, d’Albert Einstein
  • Introductory Finance Textbook, d’Ivo Welch, qui m’a pris presque 1 an
  • Crabe, de Marc Behm (OK, c’est un roman, mais tellement foutraque qu’il peut se lire – sans problème, et avec plaisir – en 50 fois)

et depuis quelques semaines :

  • Entrepreneur malgré moi, d’Yvon Chouinard

Ce dernier livre est une vraie bonne surprise. J’y ai participé, certes, mais de manière très limitée, même si je suis remercié (merci à mon éditeuse) : souvenez-vous, il s’agit de cette recherche sur Chateaubriand qui avait donné lieu au Grand Google Game et sa suite. Mon éditeuse m’avait offert Enfantines pour me remercier. Et quelques semaines après, j’ai reçu cet Entrepreneur malgré moi. Je dois avouer que je l’ai laissé de côté. Malgré d’évidentes qualités de forme (il est imprimé sur papier recyclé, c’est moins rêche pour l’usage que j’envisageais), le fond ne me parlait pas, je bloquais déjà au titre, ça sentait le créatif-cotch-entrepreneur qui écrit le nième livre sur « je suis pas allé à l’école, et c’est pour ça que je vais vous donner des leçons sur comment faire ».
De fait, cette lecture de chiottes m’enchante. Elle répond au cahier des charges. Elle m’inspire. Elle aura droit à sa critique… d’ici quelques semaines (mois ?), suivant les cycles de la nature.

Cette entrée a été publiée dans Livres and taguée , , . Placez un signet sur le permalien.

0 Responses to Goûts de chiottes

  1. Christian dit :

    Les lectures de chiotte, c’est vraiment génial, tout à fait d’accord avec les critères préétablis.

    Ce que j’adore, ce sont les maisons de parents d’amis dans lesquels a été constitué une petite bibliothèque aux toilettes, alors on peut tomber sur un ouvrage passionnant qui sent bon la naphtaline (vu l’endroit, c’est parfois pas superflu).
    Ca me fait penser au titre de ce film que je n’ai pas vu : Drôle d’endroit pour une rencontre

  2. Yann dit :

    @ Doc: C’est pour ça qu’il te faut des patères aux toilettes!

    @ Christian: pas de chichis, toi aussi tu as le droit d’avoir ta bibliothèque personnelle 😉

  3. Monsieur Jean dit :

    Pour la porte des chiottes vérouillée depuis 3 jours, il existe une explication alternative (malheuresement déjà éprouvée pour vous il y a quelques mois) : le type est décédé…

  4. Monsieur Jean dit :

    Et votre éditeuse, elle est pas surtout éditrice ?

  5. camille dit :

    un livre de chiottes très apprécié chez nous par ceux qui y passent : les Miscellanées de Mr Schott
    [sinon c’est Mandelbrot, le Benoît des fractales, il me semble qu’il est L-é]

  6. Docthib dit :

    @ Christian : je suis d’accord, le chiotte de l’autre, c’est toujours une découverte. Déjà : y a-t-il des livres ? Ensuite : quels livres ? Répondent-ils au cahier des charges ? Enfin : Vais-je trouver mon bonheur ? Chez mon frère, par exemple, je prends systématiquement le Grévisse.

    @ Yann : d’où la patère, en effet, heureusement que toi, tu suis, alala, il va y avoir des plantés à l’examen, soyez attentifs, bon sang !

    @ Monsieur Jean 1 : vous allez rire (?), je n’y avais pas pensé, et du coup, immédiatement, j’ai fait passer le mot. Il n’y avait pas de macchabée dans les goguenots.
    « déjà éprouvée pour vous il y a quelques mois » ???

    @ Monsieur Jean 2 : Si fait, si fait.

    @ Camille : oui, en effet, les miscellanées répondent bien au cahier des charges. Cf. mes réflexions sur ce livre.
    Et merci pour Mandelbrot, j’écris sur un clavier fractal, c’est pour ça.

  7. Da vinci Yog dit :

    Je te propose LE bouquin écrit pour l’occase: "Passing time in the Loo".

    On l’a à, la maison; c’est en anglais, le format est une page recto-verso sur chaque thème: "La cybernétique", Shakespeare..bref, 608 pages de ce qui se fait de mieux dans le monde du tout :)…sauce américaine of course de ch’val !

  8. Docthib dit :

    Excellent ! je savais qu’il y avait un créneau à prendre. Je le commande ab imo pectore sur Amazon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.