Des torrents de bits…

Bad Days Comme annoncé, voici un long thibillet sur mes pérégrinations dans le no man’s land de l’erreur 404, et quelques réflexions émincées par dessus.

En quelques boulite poïntz :
1. mon blog a subi un dépassement de trafic
2. mon hébergeur m’a facturé (et continue à me facturer) les Gigas de trafic en trop
3. je n’ai pas payé avant de comprendre ce qui se passait
4. mon hébergeur m’a couiqué hors de la toile
5. j’ai donc payé… mais ma vengeance sera terrible !!!

Déroulé des opérations, avec quelques leçons d’existence à chaque étape, voire des interrogations technologico-économiques

A. Les statistiques, tiqueu tique

En Octobre, j’ai eu 127 869 visiteurs, dont 89 696 visiteurs uniques (les autres, c’est pas qu’ils viennent à plusieurs, c’est que ça peut être plusieurs fois le même, par exemple, moi, je me visite beaucoup, pour voir si je suis là, ou dans les limbes de l’erreur 404). En Novembre, 84 303 visiteurs uniques (et c’est pas fini).

La classe.

Pour mémoire, le « pape des blogs » (ce qui est une contrepèterie : le pope des blagues, ou le plop des bagues) a, selon son propre aveu, 130 000 visiteurs uniques par mois.

La grande classe pour moi, je tutoie les grands. (Mais il m’en coûterait que ces grands ne me vouvoyssent pas) (oui, je sais, c’est simplement « vouvoient », mais je suis chez moi, tant que l’huissier ne gare pas sa 404 devant ma porte).

Tout cela c’est du vent, à double titre. D’abord, et c’est évident, parce que ce n’est pas le nombre qui fait la qualité, au contraire, comme disait Chamfort, « Il y a à parier que toute idée publique, toute convention reçue, est une sottise, car elle a convenu au plus grand nombre. » (merci à bribes.org, qui cite ses sources, je croyais que cette citation, dont j’abusais, était de Michel Foucault…)

Ensuite, et surtout, parce que la majorité de ces visiteurs uniques a commencé à débarquer, que dis-je, à se déverser, à dégouliner, depuis le 12 octobre 2006. Certains (moi le premier) en ont conclu que ces visiteurs étaient de ces spammeurs que j’ai fustigé à de nombreuses reprises. Pas du tout, c’est moi qui ai introduit le loup dans la bergerie.

B. Ils veulent tout pour la musique, tout pour la musique…

Le 12 octobre, c’est le lendemain du 11. Jusque là, tout le monde suit ? Et le 11 octobre, j’ai mis en ligne deux thibillets, dont un juke-box de mes intros préférées, d’abord sous Radioblogclub, puis avec Zanorg.

C’est depuis ce jour là que je suis passé, grosso-modo, de 18 000 visiteurs uniques par mois, à presque 90 000.

Vous allez dire : « De quoi se plaint-il, ce gros verrat ? Il s’engraisse de visiteurs, il mange l’IP des Français » etc.

Il se plaint des faits suivants :

  1. les 72 000 visiteurs surnuméraires ne viennent que pour pomper les fichiers musicaux (ce dont je me battrais l’oeil, s’il n’y avait les points suivants)
  2. les fichiers musicaux sont lourds
  3. 72 000 x 2 megas, ça fait 144 gigas
  4. mon fournisseur d’accès m’autorise 25 gigas de traffic par mois, tout giga supplémentaire étant facturé 1 € pièce (ça fait pas cher de l’octet, certes, mais quand même…)

Le dilemme était donc : continué-je à mettre en ligne des morceaux de musique, dont les chiffres montrent clairement qu’ils sont téléchargés massivement au mépris des droits d’auteurs (voui, voui !), et c’est moi que je paie le transport,
ou bien,
supprimé-je les dits morceaux ? (tout en payant les factures accumulées)

J’ai supprimé les dits morceaux. D’autant plus que, les petits malins, ils ne téléchargeaient pas seulement les morceaux de zanorg (que j’avais mis sur la page), mais aussi ceux de radioblogclub (que j’avais initialement mis, puis supprimés de la page, mais pas de mon site).

C. Savez-vous planter des sous ?

A l’époque, je m’étais frotté les mains : pour un symbolique 12 € / an (formule Mega Top Premium Club), j’avais non seulement un nom de domaine (blogthib.com, pour ceux qui ne suivent pas), mais aussi un hébergement de mon site.

Content j’étais.

J’avais oublié la sacro-sainte loi d’Internet (et notamment du Web 2.0) : « quand c’est gratuit, ou pô cher, cherche quel est leur business model ».

Le business model, en l’occurence, c’est « on va laisser ce gros porcidé engraisser son site, et là, TCHAC ! on va lui tondre du 80 € par mois d’excédents de traffic jusqu’à ce qu’il passe à la formule Excellency Golden Standard VIP (5 € / mois), voire à la Super Mammouth Ambassador of  the Eldorado (20 Teraoctets de traffic quotidien, 10 000 adresses e-mail, 1 zillion de spams, 257 € / mois HT) »

J’en profite alors pour énoncer une autre sacro-sainte loi de la Vie : « quand tu veux économiser trois sous, quelques mois après, tu en perds dix ». C’est une loi valable pour les services, et pour la plupart des biens (mais pas les fers à repasser, et je ne pense pas, non plus, les ordinateurs portables).

D. I want to break free !

Je me suis dit « Mes cocos, il fera chaud avant que je ne vous renouvelle mon abonnement pour l’année 2007 ». Et j’ai cherché des solutions. Du genre

  1. je me crée un autre site chez un hébergeur gratuit qui accepte le SQL le PHP et les porcinets comme moi
  2. je transfère mon nom de domaine chez Gandi (qui administre déjà l’excellent thibierge.net)
  3. j’active une redirection vers mon site libre
  4. j’installe dotclear 1.2.5 sur ce site libre
  5. je sauvegarde ma base MySQL et la dumpe (ouais, je me la pète) sur ce nouveau site

Classieux, non ?
Eh ben ça marche pas 🙁

E. Nous n’avons pas les mêmes valeurs… et les vôtres sont les bonnes

Là, on commence à toucher à la quête philosophique. Si j’ai opté pour Dotclear comme plate-forme de blog, ce n’est pas par snobisme (« moi je triture du PHP au petit-déjeuner ») ni par radinerie (parce qu’à 5€ par mois, je pense que je peux me le payer), mais pour garder un contrôle total. Cela me permettait de sauvegarder régulièrement mes billets, voire l’architecture totale du blog, et le jour où je change de serveur, hop, je réinstalle tout là-bas, et l’internaute ne voit rien (ce qui est le but).

Las.

Depuis 11 mois, j’ai passé des heures à écrire des trucs en PHP, j’y comprends rien mais je m’accroche, je cannibalise des forums, je fais des copier-coller sauvages dans des lignes de code sans savoir ce que je fais (« mais c’est quoi un padding ? »), tout ça pour pouvoir être libre. Résultat : dès que je transporte mon blog ailleurs, a marche pas.
Par la malepeste.
Donc, vous avez tous raison, avec vos plate-formes de blog préformatées en ligne : moindre perte de temps, aucun souci technique, bref, vous êtes au coeur de l’objectif : bloguer.
Cette frustration, je l’éprouve aussi avec OpenOffice. Bon sang, j’y crois, au modèle d’une suite qui serait libre et gratuite pour tous, mais aussi complètement intégrée (UNE suite, pas PLUSIEURS logiciels rassemblés), et j’y ai consacré du temps sur les dernières années. Mais il y a des fois, j’ai envie de jeter l’éponge et de repasser tout sous Word, Excel et PowerPoint. (soyons francs : pour l’instant, je n’ai pas pu les quitter entièrement).
Et c’est aussi pourquoi j’hésite à passer à Linux (pourtant, une distribution qui s’appelle Ubuntu, ça ne promet que du bonheur…)

Ajoutez à cela que ça fait 15 jours que je n’ai plus de téléphone, et que je n’ai plus eu d’ADSL pendant 6 jours : hier soir, je me suis dit « basta, retour chez France Télécom, y en a marre ».
Marre d’une liberté trop cher payée, moi je veux juste que ça marche.

Cette entrée a été publiée dans Informatique et Internet and taguée , , , . Placez un signet sur le permalien.

0 Responses to Des torrents de bits…

  1. Hé, Doc, je compatis… sincèrement, même avec mon ploug tout pas beau que ça doit faire plus d’un an que je dis : demain, on refait la déco. Oui, mais comme Bribes.org le sait sans doute : "Morgen ist auch ein Tag" enfin, je veux dire "demain est un autre jour" mais alors, vraiment un autre, pas pareil du tout.

    Je compatis et je reste sur plougspot, avec mon formatage tout moche et mon minimum de html à écrire. Alors je compatis, mais je souffre moins, quand même.

  2. Yann dit :

    Ca m’étonne cette histoire de morceaux téléchargés; ton ftp n’est pas privé uniquement?

  3. julient dit :

    90 000 chapeau ! Page Rank de 5, pas mal ! Il te manque le côté people pour rejoindre ton pape. Ouais non, c’est très bien comme ça !

    Pour le transfert de ton blog, WordPress permet d’importer un blog Dotclear à partir de la base de données. Pour le thème, tu n’auras probablement pas le même, mais il en existe plein d’autres sur WordPress !

    Je peux te filer un coup de patte si tu veux. Envoie un petit mail et je me mets en route !

  4. nerik dit :

    Allez t’as déjà fait une partie de la route en reconnaissant ca.
    Dans quelques années, tu admettras qu’il est possible de battre le marché sur le long terme….
    J’en prfite pour dire que je me ferai bien une bière un de ces 4.

  5. Docthib dit :

    @ Monsieur Jean : plus le temps passe, plus je suis tenté par une plate-forme… Mais je résiste !

    @ Yann : non, c’est beaucoup plus simple : les morceaux étaient déposés dans un sous-répertoire du site. Les bourrins n’avaient qu’à aspirer le site entier pour tout récupérer (bonjour les Gigas de traffic…)

    @ Julient : Jamais, Monsieur ! Jamais ! Jamais !
    Bon, j’ai commencé à regarder WordPress. C’est pas mal. J’ai des doutes sur le transfert DotClear (je lis les forums, moi Monsieur). Je t’enverrai peut-être un mail, pour se prendre une bière, et que tu essaies péniblement de m’amener à WordPress, pffff, ça me fait rigoler. Je t’enverrai peut-être un mail, par pitié, réponds-moi.

    @ Nerik : Jamais, Monsieur ! Jamais ! Jamais ! Les marchés sont efficients ! Je me débrouille très bien comme ça ! DSK va être élu ! Je ne suis pas fou !
    OK pour s’en gifler une, onsmêle avec le Président.

  6. Lili dit :

    Essayez Viabloga!
    Si vous n’avez pas peur d’abandonner votre chaire, c’est une plateforme géniale ou commentateurs et auteur (descendu de sa hauteur ) sont à égalité d’outils , c’est donc plus créatif, (son, image, photo, plus de bordel, donc plus de vie!)

    Viva Viabloga!

  7. Lili dit :

    Pour vous en convaincre allez faire un tour chez
    leblase.net
    🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.